A l'occasion de la Journée de l'Afrique, les Africains ont été invités à "protéger leur patrimoine contre les agents du crime organisé".

Une affiche pour l'édition 2020 de la Journée de la libération de l'Afrique.

Cette année, à l'occasion de la Journée de l'Afrique, la Coalition pour la libération et la restauration de l'Afrique (CALAR), a appelé les Africains de toutes les régions du monde à se réveiller et à revendiquer leurs droits et dignité. Ils doivent également "protéger leur patrimoine contre les agents du crime organisé".

C'est une initiative de collaboration entre de nombreux groupes du continent et de la diaspora.

Célébrée chaque année le 25 mai, cette journée est également connue sous les termes de Journée de la libération africaine (ALD) et de Journée de la liberté africaine (AFD). Elle marque la fondation de l'Organisation de l'unité africaine (OUA), aujourd'hui Union africaine (UA), le 25 mai 1963. 

Dans une déclaration signée par le Père Aniedi Okure, directeur exécutif du Réseau Foi et Justice en Afrique (AFJN), à l'occasion de ladite célébration, la coalition constate que le continent saigne de "l'exploitation des ressources" par les gouvernements étrangers et de la mauvaise gouvernance locale. Il souligne la nécessité de rechercher la justice économique. 

"Le continent saigne de l'exploitation des ressources, laissant ses systèmes de santé fragiles", affirment les membres de CALAR dans leur déclaration partagée avec ACI Afrique samedi 23 mai.  Avant d'ajouter : "La faible gouvernance continue d'exposer l'Afrique aux pratiques criminelles organisées des gouvernements étrangers et des multinationales qui évitent habilement les impôts, manipulent les prix et limitent les possibilités de fabrication".

Cependant, les membres de la CALAR déplorent que l'Afrique perde plus par les flux illicites vers les gouvernements et les élites étrangers qu'elle ne reçoit d'aide et d'investissements directs étrangers réunis. 

"Nous affirmons que la dette de l'Afrique a été payée plusieurs fois. En fait, le monde doit à l'Afrique et aux Africains des réparations pour les horreurs de l'esclavage, du colonialisme, de l'apartheid et de l'exploitation continue des ressources. Nous sommes convaincus qu'une Afrique plus forte et unie et un monde meilleur sont inévitables", ont-ils déclaré.

La Conférence inaugurale des États africains indépendants a été accueillie par le premier Premier ministre et président du Ghana, Kwame Nkrumah, à Accra du 15 au 22 avril 1958. 

Le 25 mai 1963, trente et un chefs d'État africains ont convoqué une réunion au sommet qui a établi le précurseur de l'UA, l'OUA, dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba.

Marquée par l'anniversaire de l'UA, la célébration annuelle de la Journée de l'Afrique reconnaît les succès de l'UA depuis sa création dans la lutte contre le colonialisme, l'apartheid et les progrès réalisés sur le continent. L'événement est également utilisé pour réfléchir aux défis auxquels le peuple de Dieu et les institutions du continent sont confrontés dans leurs interactions avec les autres citoyens et institutions du monde.

Cette année, la Journée de l'Afrique sera diffusée sur YouTube et Facebook Live sous le thème "Les sanctions impérialistes contre le Zimbabwe, Cuba et le Venezuela sont des actes de guerre : les Africains doivent se battre partout". 

Les organisateurs de cet événement largement médiatisé ont noté que la commémoration de la Journée de l'Afrique de cette année se produit à un moment douloureux. 

"Trop de vies africaines ont été réclamées par la COVID-19. Néanmoins, alors qu'une pandémie mondiale présente des défis, notre combat pour la libération de l'Afrique ne peut être arrêté ! La Journée de la libération de l'Afrique 2020 va de l'avant", ont annoncé les organisateurs sur africanliberationday.net

Toutefois, dans leur déclaration intitulée "Afrique, souviens-toi de qui tu es", les membres de CALAR expriment leur engagement à soutenir les "idéaux de l'Afrique" dans le contexte de la pandémie de la COVID-19.

"En cette Journée de la libération de l'Afrique, le 25 mai 2020, nous, en tant que peuple de foi et de conscience, nous sommes unis pendant cette crise de la COVID-19 pour élever les idéaux de libération de l'Afrique", déclare le Père Okure, porte-parole de CALAR.

Il poursuit : "Reconnaissons et affirmons avec confiance la puissance et le dynamisme du peuple africain. Les origines de la famille humaine se trouvent en Afrique, le "berceau de l'humanité". 

Les membres de la coalition notent que les grandes universités africaines, comme l'université de Tombouctou au Mali, qui remonte au 12e siècle, sont de puissants exemples de la brillance, de l'innovation et du génie des Africains. 

"Regardons vers l'intérieur et trouvons notre or en nous. L'Afrique, qui compte actuellement plus de 1,3 milliard d'habitants, fait un bond en avant grâce à son innovation", déclare le responsable d'AFJN, une communauté de défenseurs des relations responsables des États-Unis avec l'Afrique, dans la déclaration partagée avec ACI Afrique.

Il souligne que certaines innovations faites en Afrique, notamment les stations de lavage des mains à l'énergie solaire fabriquées au Ghana pour faire face à la propagation de la COVID-19, la "promesse d'un nouveau traitement" de Madagascar et les kits de test du Sénégal qui sauvent maintenant des vies sur tout le continent.

Les Africains ont également été appelés, le jour de leur libération, à mobiliser les ressources nationales pour faire de l'accès universel aux soins de santé une réalité. Selon les membres du CALAR, la justice économique doit inclure des soins de santé publics de qualité pour tous. 

"En avril 2001, les États membres de l'Union africaine ont convenu d'allouer au moins 15 % de leur budget annuel à la santé. Près de vingt ans plus tard, la plupart des pays sont loin d'avoir atteint cet objectif. La COVID-19 est l'occasion d'appuyer sur le bouton de réinitialisation", déclarent les membres de la coalition et annoncent : "Nous rejetons la pression exercée par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international pour privatiser les services essentiels, y compris la santé".

Dans leur déclaration, ils abordent également l'importance de protéger la planète et ses habitants et de démocratiser tous les services essentiels. 

"Nous exigeons un engagement total envers les femmes et les filles en tant que leaders, entrepreneurs et agents de changement", notent-t-ils. Ils ajoutent : "Nous ne serons pas totalement libres tant que nous n'aurons pas décolonisé nos esprits et maximisé la créativité de nos jeunes... Honorons les sacrifices de nos ancêtres et exigeons un leadership qui place les intérêts du peuple au premier plan. Nous devons exploiter les bienfaits du soleil et du vent en Afrique pour créer de nouveaux emplois, cultiver notre propre nourriture et promouvoir un modèle de développement économique plus juste", déclarent-ils dans la déclaration collective.

A cet effet, les militants ont appelé l'Union africaine, les dirigeants nationaux, les institutions religieuses, les mouvements sociaux, les sociétés civiles, la diaspora "et toutes les personnes de bonne volonté à se libérer des chaînes de l'oppression, à rompre avec la tutelle de l'Occident et de la Chine et à promouvoir la responsabilité à tous les niveaux de l'interaction humaine".

"Nous sommes un pont vers les bénédictions des générations futures. Restons forts, comme des toiles d'araignée unies, croyant et vivant les droits à la dignité et à la justice dont notre Créateur nous a dotés", disent-ils. Avant de poursuivre : "Unissons-nous pour nous libérer ! L'avenir nous appartient !"

En marge de cette déclaration, le Père Okure a appelé les Africains du continent et d'autres régions du monde à "libérer l'Afrique de l'étau qui maintient les enfants de Mama Africa dans la pauvreté".

"Nous invitons les groupes confessionnels, les organisations de la société civile, les individus et les groupes actifs qui sont prêts à se joindre à cette entreprise à collaborer pour libérer l'Afrique de l'étau qui maintient les enfants de Mama Africa dans des conditions de pauvreté, afin de rendre aux Africains leur dignité si douée", déclare le Père Okure, membre de l'Ordre dominicain. 

Selon lui, "la situation est urgente, surtout au vu des lignes de faille révélées par la COVID-19, et nécessite un effort soutenu de tous les collaborateurs".

Pour sa part, Sœur Teresa Okure de la Compagnie du Saint-Enfant Jésus (SHCJ) qui a participé à la rédaction de la déclaration, a exhorté les Africains à se libérer des puissances mondiales qui semblent vouloir "prendre possession de Mama Afrique", en précisant la Chine.

"Nous sommes comme des crieurs publics qui appellent tous les Africains, chez eux et à l'étranger, à se réveiller et à faire équipe pour nous libérer, ainsi que notre cher continent, des chaînes du colonialisme, du néocolonialisme, de l'exploitation à multiples facettes et de l'agenda insidieux et subtil des Chinois pour prendre possession de Mama Africa et la peupler de l'excès indésirable de ses deux milliards d'habitants", déclare Sr Teresa dans un message partagé avec l'ACI Afrique à l'occasion de la Journée de l'Afrique.

Elle ajoute, en référence à ceux qui veulent exploiter l'Afrique : "Ils ne réussiront pas, par la grâce de Dieu, si nous ne coopérons pas avec Dieu. Que Dieu nous interdise de les laisser faire. ”

Le professeur de Nouveau Testament et d'herméneutique des genres à l'Institut catholique d'Afrique de l'Ouest (CIWA) de Port Harcourt, au Nigeria, ajoute : "Cette déclaration est un appel au "réveil" de la ville à tous les Africains. Une fois que nous serons pleinement éveillés et conscients, nous pourrons prendre ensemble des mesures rapides et durables pour atteindre notre objectif".