Advertisement

"Le diable cherche à détruire l'Eglise par envie" : Le pape François

Le pape François célèbre la messe dans la chapelle de la Casa Santa Marta le 9 mai 2020. Vatican Media. Le pape François célèbre la messe dans la chapelle de la Casa Santa Marta le 9 mai 2020.
Vatican Media.

Le diable se sert de l'envie pour tenter de contrecarrer la proclamation de l'Evangile, a déclaré le pape François lors de sa messe matinale de samedi.

Dans son homélie dans la chapelle de la Casa Santa Marta, le 9 mai, le pape a réfléchi sur la première lecture de la journée, Actes 13:44-52, dans laquelle la communauté juive d'Antioche rejette la prédication de Saint Paul sur Jésus.

Il a déclaré "D'une part, il y a le Seigneur, il y a l'Esprit Saint qui fait grandir l'Église, et elle grandit toujours plus : c'est vrai. Mais d'un autre côté, il y a l'esprit mauvais qui cherche à détruire l'Église".

Après avoir cité d'autres exemples dans les Actes des Apôtres où les apôtres ont fait face à un rejet, le pape a demandé : "Et quel est l'instrument du diable pour détruire la proclamation de l'Évangile ? L'envie. Le Livre de la Sagesse [2:24] le dit clairement : "Par l'envie du diable, le péché est entré dans le monde" - envie, jalousie, ici. Toujours ce sentiment amer, amer."

Réfléchissant sur cette lutte durable, le pape François a cité saint Augustin d'Hippone, qui a écrit dans "La Cité de Dieu" que "l'Église progresse dans son pèlerinage au milieu des persécutions de ce monde et des consolations de Dieu".

Advertisement

"Une Église qui n'a pas de difficulté manque de quelque chose", a-t-il dit. "Le diable est trop calme. Et si le diable est calme, les choses ne vont pas bien. Toujours la difficulté, la tentation, la lutte... la jalousie qui détruit. L'Esprit Saint crée l'harmonie de l'Eglise, et le mauvais esprit détruit. Jusqu'à aujourd'hui."

Le pape a noté que dans la première lecture, la communauté d'Antioche a retourné les femmes et les hommes de la ville contre les apôtres. Il a observé que les pouvoirs temporels sont souvent un instrument par lequel l'envie est attisée contre les chrétiens.

Il a déclaré : "Faisons attention à la prédication de l'Evangile : ne jamais tomber, faire confiance aux pouvoirs temporels et à l'argent. La confiance des chrétiens, c'est Jésus-Christ et le Saint-Esprit qu'Il a envoyé, et c'est précisément le Saint-Esprit qui est le levain, c'est la force qui fait grandir l'Église".

Oui, l'Église avance, dans la paix, avec résignation, dans la joie : entre "les consolations de Dieu et les persécutions du monde".

Le pape a conduit les spectateurs, via le livestream, dans un acte de communion spirituelle, composé par saint Alphonse de Liguori, fondateur des Rédemptoristes.

More in Afrique

Il a prié : "Mon Jésus, je crois que tu es présent dans le très Saint Sacrement. Je T'aime par-dessus tout et je désire Te recevoir dans mon âme. Puisque je ne peux pas Te recevoir maintenant de façon sacramentelle, viens au moins spirituellement dans mon cœur. Je T'embrasse comme si Tu étais déjà là, et je m'unis entièrement à Toi. Ne permets jamais que je sois séparé de Toi".

Le pape a terminé la célébration par l'adoration et la bénédiction du Saint-Sacrement. La congrégation a ensuite chanté l'antienne mariale de Pâques "Regina caeli".

Au début de la messe, le pape a noté que le 9 mai est la fête de Sainte Louise de Marillac, la fondatrice française des Filles de la Charité. Sa fête tombe normalement le 15 mars, mais elle a été transférée cette année parce qu'elle tombe un dimanche de carême. Un tableau de la sainte du XVIIe siècle a été apporté à la chapelle du pape pour marquer l'occasion.

Les Filles de la Charité appartiennent à la famille Vincentienne. Les religieuses vincentiennes vivent à la Casa Santa Marta, la résidence du pape, et dirigent un dispensaire pédiatrique au Vatican.

Au début de la messe, le pape a dit "C'est aujourd'hui la commémoration de Sainte Louise de Marillac : prions pour les sœurs vincentiennes qui dirigent ce dispensaire, cet hôpital, depuis près de 100 ans et qui travaillent ici, à Santa Marta, pour cet hôpital. Que le Seigneur bénisse les sœurs".

Advertisement