Le remède Jésuite pour guérir « l’injustice de la pauvreté » en Afrique et contenir le COVID-19

Logo de la Conférence des Jésuites d'Afrique et de Madagascar (JCAM), l'organisme qui réunit les Supérieurs Majeurs Jésuites d'Afrique et de Madagascar.
Credit: Conférence des Jésuites d'Afrique et de Madagascar (JCAM)

Les membres de la Compagnie de Jésus (Jésuites) d'Afrique et de Madagascar ont, dans un communiqué de presse du 15 mai, exprimé leurs préoccupations concernant le niveau de pauvreté sur le continent en le qualifiant « d'injustice » et se sont adressés à diverses entités qui pourraient aider à relever le défi dans le cadre de la crise du COVID-19.

« Les Jésuites ont appelé l'Union africaine, les gouvernements africains individuels et la communauté internationale à guérir l'injustice de la pauvreté et ses causes structurelles s'ils veulent réussir à contenir des crises comme le COVID-19 », ont déclaré les membres de la Conférence des Jésuites d'Afrique et de Madagascar (JCAM) dans leur déclaration collective, partagée avec ACI Afrique.

Ils ajoutent : « Si les pays africains et la communauté internationale veulent sérieusement éradiquer les maladies comme COVID-19, alors les gouvernements africains et la communauté internationale doivent assurer aux plus 400 millions de personnes extrêmement pauvres en Afrique un accès continu à l'eau, à la nourriture et à un logement décent.

 JCAM, dont le secrétariat se trouve à Nairobi, la capitale du Kenya, est l'unité de coordination des engagements apostoliques communs pour les jésuites exerçant leur ministère en Afrique et dans l'île de Madagascar, dans l'océan Indien.

Dans cette déclaration de deux pages, les membres de JCAM soulignent l'importance de la prise en compte des besoins humains fondamentaux : « Des systèmes de protection sociale efficaces pour les pauvres afin de garantir qu'ils aient accès aux biens de première nécessité comme de l'eau, le logement et la nourriture sont essentiels lorsqu'une crise comme COVID-19 frappe ».

Ils regrettent, en référence aux systèmes de protection sociale sur le continent, que « dans de nombreux pays d'Afrique, ces systèmes restent limités dans leur couverture et devront être considérablement améliorés pour répondre à une pandémie comme celle du COVID-19 ».   

La Banque mondiale a prédit que COVID-19 poussait 40 à 60 millions de personnes dans l'extrême pauvreté dans le monde, dont 23 millions en Afrique subsaharienne. 

Dans leur déclaration collective, les membres de la Société, vieille de 485 ans et basée en Afrique et à Madagascar, mettent également en garde « les gouvernements africains qui disent aux pauvres de s'éloigner de la société sans leur offrir d'alternatives pour accéder à la nourriture et à un abri, font preuve d'un grave manque d'intérêt pour les personnes vulnérables et pauvres et ne les protègent pas ».

« Les Jésuites servent dans 34 des 46 pays subsahariens qui abritent les plus grands bidonvilles du continent et certaines des populations les plus pauvres, où la plupart des familles se développent au jour le jour », disent les membres de JCAM, qui ajoutent : « Les points d'accès à l'eau sont difficiles à trouver et encore plus difficiles à atteindre lorsque des restrictions de mouvement sont en place dans l'espoir d'empêcher la propagation de la maladie ».

Ils racontent un cas dans un des quartiers informels du Kenya : « Comme l'a dit une habitante de Korogocho, à Nairobi, Rose Mbone : Nous n'avons pas assez de nourriture pour manger, nous n'avons pas assez d'eau pour boire et pour faire cuire nos aliments, alors où trouverons-nous de l'eau pour nous laver les mains fréquemment ? 

En réponse aux défis liés à la pandémie mondiale, les jésuites de tout le continent ont lancé diverses initiatives du « COVID-19 Response » dans différents pays afin d'atteindre les personnes vulnérables, en leur apportant l'aide nécessaire, affirment les membres de JCAM dans leur déclaration du 12 mai. 

« Les Jésuites d'Afrique estiment que l'aide aux pauvres est une option préférentielle importante, car les effets du COVID-19 ont été plus graves pour les pauvres, affectant les familles à faibles revenus, les mauvaises conditions de logement et l'accès limité aux besoins de base », notent-ils.

Les membres de JCAM font référence au père Chukwuyenum Afiawari, jésuite supérieur de la province d'Afrique du Nord-Ouest, basé au Nigeria, et déclarent : « Dans la plupart des agglomérations urbaines, de nombreuses personnes qui gagnent un salaire journalier dans le secteur informel ont été envoyées en congé sans solde et rester à la maison signifie se priver de produits de première nécessité comme la nourriture et les produits d'hygiène ».

Les membres font également référence à l'explication que le président de JCAM, le père Agbonkhianmeghe Orobator, a donnée concernant les initiatives des jésuites sur le continent en disant : «L'inspiration derrière les interventions des jésuites en Afrique est la priorité donnée à la disposition la plus urgente et la plus vitale nécessaire pour aider les gouvernements et les autres hommes et femmes de bonne volonté à réduire l'impact du COVID-19 sur les pauvres et les vulnérables ».  

Si les Jésuites se soucient de nourrir les affamés, ils sont également préoccupés par l'injustice et les disparités structurelles qui conduisent à la pauvreté et à la faim. Les membres de JCAM citent le père Orobator, né au Nigeria, qui a dit et ajouté : « Nous ne nous contentons pas de donner du pain aux affamés ; nous nous soucions de la raison pour laquelle les affamés ont faim ».  

Les membres de JCAM « collaborent avec d'autres réseaux jésuites à travers le continent » dans le but « d'aider les pauvres et les personnes vulnérables pendant la pandémie dans au moins 25 pays », une initiative qui cible « quelque 24 264 familles dans les zones urbaines et périurbaines », indique leur déclaration collective.

Les Jésuites qui exercent leur ministère en Afrique et à Madagascar disent qu'ils « donnent la priorité aux personnes âgées, aux enfants, aux ménages monoparentaux, aux réfugiés et aux migrants, ainsi qu'aux personnes souffrant de maladies chroniques, qui sont les plus vulnérables aux effets de la maladie ».

 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]