Le pape François évoque la mémoire de Jean Paul II "avec beaucoup d'affection et de gratitude"

Le pape François fait signe de la main depuis une fenêtre du palais apostolique le 10 mai 2020.
Credit: Vatican Media.

Le pape François Dimanche a rappelé le centenaire de la naissance de Saint Jean Paul II, en évoquant sa mémoire «avec beaucoup d'affection et de gratitude».

"Du ciel, il continue d'intercéder pour le peuple de Dieu et la paix dans le monde", a déclaré François, notant qu'il offrira une messe à l'autel du tombeau du pape polonais dans la basilique Saint-Pierre pour marquer l'occasion le 18 mai.

Dans son discours du Regina caeli du 17 mai, François a déclaré que les commandements de Dieu sont "une lumière pour nos pas", et non pas "une sorte de miroir, dans lequel nous pouvons voir se refléter nos misères et nos incohérences".

S'exprimant depuis la bibliothèque du palais apostolique en raison de la pandémie de coronavirus, il a déclaré : "la Parole de Dieu nous est donnée comme la Parole de vie, qui transforme, qui renouvelle, qui ne juge pas pour condamner, mais guérit et a pour but le pardon".

Il a souligné que Jésus relie l'amour pour lui à l'observance des commandements, en disant "Si tu m'aimes, tu garderas mes commandements" et "celui qui accepte mes commandements et les observe est celui qui m'aime".

Selon François, Jésus veut que notre amour pour lui ne se limite pas à des sentiments chaleureux et flous. "Cela exige la volonté de suivre son chemin, c'est-à-dire la volonté du Père", a-t-il dit.

Jésus "n'a pas dit : 'Aime-moi comme je t'ai aimé', mais 'aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé'".

Pour rendre cela possible, le Père a envoyé l'Esprit Saint pour guider ses apôtres et nous, a expliqué le pape François : "L'Esprit lui-même les guide, les éclaire, les fortifie, afin que chacun puisse marcher dans la vie, même dans l'adversité et les difficultés, dans les joies et les peines, en restant sur le chemin de Jésus".

L'Esprit Saint nous aide à ne pas céder à l'erreur et au péché, a-t-il dit. "Cela est possible précisément en restant docile à l'Esprit Saint. afin que, par sa présence active, il puisse non seulement consoler mais aussi transformer les cœurs, les ouvrir à la vérité et à l'amour".

Après avoir prié le Regina Coeli, l'antienne mariale traditionnelle, le pape François a noté que certains pays recommencent à avoir des liturgies publiques ou évaluent la possibilité suite au pire de la pandémie COVID-19. En Italie, les messes publiques commenceront le 18 mai.

"Mais s'il vous plaît, continuez à suivre les règles, les prescriptions qu'ils nous donnent afin de sauvegarder la santé de tous et des gens", a-t-il exhorté.

Le pape s'est également adressé spécialement à tous les garçons et filles dont les premières communions ont été reportées en raison de la pandémie.

Il a invité les enfants "à vivre ce temps d'attente comme une occasion de mieux se préparer : prier, lire son livre de catéchisme pour approfondir la connaissance de Jésus, grandir dans la bonté et dans le service des autres".

La messe du dimanche matin du pape François a été offerte aux éboueurs, aux nettoyeurs de rue et aux concierges des hôpitaux.

"Un travail que personne ne voit, mais qui est nécessaire pour survivre", a-t-il déclaré. "Que le Seigneur les bénisse, les aide".

Dans son homélie, le pape a parlé de la promesse faite par Jésus à ses disciples de ne pas les laisser orphelins en leur envoyant le Saint-Esprit.

Il y a un fort sentiment d'être orphelin dans le monde d'aujourd'hui, a-t-il dit. Bien qu'il ait beaucoup de choses, "le Père manque".

"Aujourd'hui, nous pouvons dire que nous vivons dans une société où le Père manque, un sentiment d'être orphelin qui affecte l'appartenance et la fraternité de chacun", a-t-il dit.

Selon François, l'Esprit Saint nous rappelle que nous avons un Père aux cieux qui n'est pas loin, mais qui nous est accessible.

"Ce n'est qu'avec cette conscience des enfants qui ne sont pas orphelins que nous pouvons vivre en paix parmi nous", a-t-il déclaré : La guerre est l'une des conséquences de l'absence de la conscience d'un Père aimant, car sans Père, "la fraternité est perdue".

"Nous demandons à l'Esprit Saint de nous rappeler toujours, toujours, cet accès au Père".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]