Centenaire de la naissance de Jean-Paul II, les Africains rendent hommage à un saint qui a vécu avec eux.

Saint Jean-Paul II lors de sa visite apostolique en Ouganda en 1993.
Credit: Domaine public

De tous les moments remarquables qu'un prêtre de l'archidiocèse de Nairobi au Kenya se souvient des nombreuses occasions où il a interagi avec Saint Jean-Paul II au cours de ses 27 ans de mandat en tant que pape, une expérience particulière se détache.

« J'ai ce souvenir d'un humble serviteur de Dieu qui s'est agenouillé pour cueillir mon chapelet quand j'étais jeune séminariste », se souvient le père Stephen Okello en racontant l'incident qui s'est produit en août 1984.

« Je participais à une réunion inter-séminaire à Rome et après la messe à la résidence du Pape Jean Paul, tous les séminaristes faisaient la queue pour serrer la main du Pape qui nous donnait aussi des chapelets. Mon chapelet est tombé et alors que j'essayais de le ramasser, j'ai senti une main forte me tirer vers le haut et le Saint-Père s'est penché, a ramassé le chapelet et me l'a remis en me serrant la main de manière rassurante », raconte le père Stephen.  

Le prêtre de la Consolata, âgé de 63 ans, avait déjà rencontré le pape Jean-Paul II en 1980 lors du voyage pastoral inaugural du Souverain Pontife en Afrique, au cours duquel il avait visité six pays africains, dont le Zaïre (aujourd'hui la République démocratique du Congo), la Haute-Volta (aujourd'hui le Burkina Faso), la Côte d'Ivoire, la République du Congo, le Kenya et le Ghana.

Agé de 23 ans, le séminariste Stephen faisait partie de la chorale qui a chanté à la Basilique de la Sainte Famille de Nairobi pendant la messe avec le Pape Jean-Paul II au Kenya en 1980. 

« Il (le pape Jean-Paul II) était la personne la plus joyeuse que j'aie jamais rencontrée dans la vie et il avait ce sourire contagieux sur le visage. Il nous a tous remplis d'un immense amour et d'un désir d'être toujours près de lui. Il avait vraiment l'Esprit de Dieu », se souvient le clerc né au Kenya dans un entretien avec ACI Afrique le 18 mai, jour du centenaire de la naissance de Jean-Paul II. 

La fois suivante où le prêtre de la Consolata est allé à Rome pour ses études théologiques en 1983, il a rencontré un Pape très priant.

« Le défunt Mgr Ndingi Mwana a' Nzeki nous a rencontrés au Vatican et nous a emmenés rencontrer le pape Jean-Paul II dans une chapelle où nous l'avons trouvé en prière très intense. Il faisait des sons qui n'étaient pas audibles et nous étions tous soudainement immergés dans sa prière comme si c'était aussi notre propre prière », se souvient le prêtre, ajoutant : « et alors qu'il nous saluait, il m'a touché la joue et m'a dit : « Tu es si jeune » ».

Le père Stephen, professeur de philosophie à l'Université catholique d'Afrique orientale (CUEA), a rencontré le pape Jean-Paul II au moins trois autres fois après qu'il ait été ordonné prêtre en 1987. 

C'est le père Stephen qui a goûté aux paroles en swahili prononcées par le pape à Uhuru Park au Kenya en septembre 1995, lorsque le chef de l'Église catholique de l'époque a amené le synode en Afrique lors de sa visite au Kenya, en Afrique du Sud et au Cameroun.

Les paroles ont été enregistrées sur cassette et envoyées au Vatican, ce qui a permis au pape de les parcourir en prévision de son interaction avec le peuple de Dieu au Kenya, qui allait devenir sa dernière visite pastorale dans ce pays d'Afrique de l'Est.

« Lorsqu'il est arrivé à l'aéroport international de Jomo Kenyatta à bord d'un avion de Kenya Airways, le pape Jean-Paul II s'est mis à saluer en swahili, en prononçant des plaisanteries en swahili très courant, à la stupéfaction d'une foule joyeuse qui était arrivée pour rencontrer le pape bien-aimé », se souvient le père Stephen.

La voix tremblante du prêtre qui décrit sa dernière rencontre avec le pape Jean-Paul II en 2004, un an avant sa mort, trahit son amour pour le pape qui a depuis été déclaré saint.

« Il était très vieux et malade lorsqu'il nous a donné une audience en 2004 », dit-il, ajoutant : « Bien que son esprit soit assez normal, on pouvait voir la frustration sur son visage dans le sens où il n'était pas capable de s'adresser à nous efficacement. Cela m'a vraiment brisé le cœur ».

De nombreuses autres personnes ont partagé leurs souvenirs de Saint Jean Paul II à l'occasion de son centenaire, qui est célébré dans le monde entier le lundi 18 mai.

Né en Pologne en 1920 et nommé Karol Józef Wojtyła, il a été fait cardinal en 1967. En octobre 1978, il est devenu le premier pape issu d'un pays slave et le premier pape non italien en 455 ans. Il a pris le nom de son prédécesseur, le pape Jean-Paul Ier, dont le pontificat n'a duré que 34 jours.

Ayant effectué 16 voyages pastoraux à travers 38 pays d'Afrique subsaharienne au cours de ses 27 ans de pontificat, Saint Jean-Paul II est à ce jour le pape qui a le plus voyagé sur le continent africain.

Lors de son premier voyage en Afrique en 1980, on se souvient qu'il avait exhorté les Ghanéens à promouvoir la dignité des personnes ainsi qu'à défendre l'égalité et la justice.

« L'Église vous demande d'apporter l'influence de l'Évangile et la présence du Christ dans toute activité humaine, et de chercher à construire une société où la dignité de chaque personne est respectée et où l'égalité, la justice et la liberté sont protégées et promues », a-t-il déclaré dans une homélie à Accra.

En 1982, lors de sa visite pastorale au Nigeria, le pape Jean-Paul II a appelé à la réconciliation entre chrétiens et musulmans, en disant : « Nous tous, chrétiens et musulmans, vivons sous le soleil de l'unique Dieu miséricordieux ».

Le père Patrick Alumuku, un ressortissant nigérian qui a travaillé en étroite collaboration avec le pape Jean-Paul II pendant 12 ans au service Afrique de Radio Vatican, se souvient du pape qui « aimait l'Afrique ».

La presse italienne l'a appelé « Le Pape qui aime l'Afrique » en raison de ses nombreux voyages sur notre continent », explique le père Alumuku, actuellement directeur de la télévision catholique du Nigeria (CTV), basée à Abuja.

Il ajoute : « On se souvient de lui avec tendresse dans tout le continent. Il a également permis la croissance de l'église sur notre continent et nous remercions Dieu pour sa vie, son exemple et son leadership. Et il reste un modèle d'évangélisation pour l'ensemble du continent africain ».

Le directeur de CTV se souvient d'un dirigeant qui « est venu appeler à une nouvelle évangélisation au Nigeria et cet appel a en fait donné un nouvel élan à l'activité missionnaire du Nigeria ».

« Cela a également donné l'impulsion au désir de groupes de missionnaires, éventuellement de Nigérians, de devenir missionnaires pour eux-mêmes et d'être missionnaires en dehors de leur pays. Et ce fut le début du grand mouvement pour les vocations dans notre pays. J'ai travaillé ici pendant douze ans, puis j'ai été envoyé étudier à Rome et j'ai également travaillé pour Radio Vatican », déclare le clerc nigérian qui est titulaire d'un doctorat en communication sociale de l'Université Grégorienne de Rome.

Dans son témoignage sur Saint Jean-Paul II partagé avec l'ACI Afrique, le Président du Symposium des Conférences Episcopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM), le Cardinal Philipp Ouédraogo, célèbre un serviteur de Dieu qui a beaucoup voyagé

« C'est un grand pape, un pasteur authentique et témoin de Jésus-Christ », déclare Mgr Ouédraogo.

L'archevêque de Ouagadougou au Burkina Faso explique la « grandeur » de Saint Jean-Paul II : « Tout d'abord, par sa personnalité, il était un homme de Dieu, imprégné de Dieu qui n'avait pas peur d'annoncer l'Évangile aux petits comme aux grands de ce monde. Il a fait, semble-t-il, 104 voyages pastoraux et a légué à l'Église 14 encycliques, qui constituent de précieux enseignements sur la foi, l'Église et le monde ».

Il poursuit : « En ma qualité de président du Symposium des conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM), au nom de l'épiscopat africain, nous devons lui rendre un vibrant hommage pour ses nombreux voyages pastoraux sur le continent africain et sa précieuse Exhortation post-synodale Ecclesia in Africa ».

Citant ses expériences personnelles avec Saint Jean-Paul II, le cardinal Ouédraogo dit avoir eu des contacts avec lui en tant que séminariste et en tant qu'évêque.

« Alors que j'étudiais à Rome entre 1979 et 1983, j'ai vécu avec beaucoup de douleur l'attentat contre le pape sur la place Saint-Pierre », dit le cardinal de 75 ans, qui ajoute : « Je le considère comme un vrai père et un guide pour ma vie ».

Du 18 au 24 novembre 2019, le président du SCEAM dit avoir accueilli et présidé le 4e Congrès panafricain de la Miséricorde Divine à Ouagadougou dont le thème était « La Miséricorde Divine, une grâce pour notre temps ».

Il ajoute, en référence au saint qu'il considère comme le pionnier de la Miséricorde Divine, « En cela nous pouvons voir une convergence et une communion profonde entre Saint Jean Paul II et notre Pape François pour qui la miséricorde est le cœur vibrant de l'Évangile ».

« Alors, Saint Jean-Paul II, priez pour l'Église et le monde que vous avez tant aimé et servi », dit le cardinal burkinabé dans ses remarques finales à l'ACI Afrique et remercie les différents médias qui facilitent le marquage du « centenaire de la naissance du Pape Jean-Paul II avec une pierre d'or ».

Pour sa part, le Camerounais Martin Jumbam, journaliste, traducteur et interprète catholique, se souvient de Saint Jean-Paul II comme d'un chef spirituel qui a laissé une empreinte dans le secteur de l'éducation et de la santé du pays.

Partageant ses souvenirs personnels des deux visites du pape Jean-Paul II au Cameroun en 1985 et en 1995, Martin Jumbam déclare : « Lorsque le pape Jean-Paul II s'est rendu pour la première fois au Cameroun en 1985, je n'étais pas encore actif dans les médias catholiques et j'ai observé les événements plus de loin que de l'intérieur ».

La visite pastorale du Pape au Cameroun a vu la création d'institutions d'enseignement et d'établissements de santé florissants, déclare Martin Jumbam et ajoute, en référence à la visite papale de 1985 dans son pays, « Je me souviens de la rencontre du Saint-Père avec des intellectuels catholiques à Yaoundé, la capitale du Cameroun. Là, le Saint-Père les a exhortés à être plus actifs dans la recherche des solutions aux problèmes de leur société et à ne pas attendre que d'autres viennent de l'extérieur et le fassent à leur place ».

Il ajoute : « Lors de cette rencontre, le pape a appelé à la création d'institutions catholiques d'enseignement supérieur et que l'Université catholique d'Afrique centrale, entre autres institutions, est venue en réponse à cet appel. Elle a depuis lors acquis une solide réputation pour sa recherche de l'excellence intellectuelle et de l'intégrité en matière académique ».

« En fait, il est dirigé par les Jésuites et se situe au-dessus de tous les autres instituts d'enseignement supérieur au Cameroun, qu'ils soient publics, privés ou confessionnels », déclare Martin Jumbam dans son interview à l'ACI Afrique lundi 18 mai.

Le journaliste catholique basé à Douala, qui a également rencontré le Saint-Père lors de sa deuxième visite dans ce pays d'Afrique centrale en 1995, déclare : « Des deux visites du pape Jean-Paul II au Cameroun, notre peuple, et celui des pays voisins, a récolté de nombreux avantages, tant spirituels que matériels, tout cela pour la plus grande gloire du Dieu Tout-Puissant. Saint Jean Paul II, priez pour nous ».

Le cardinal Christian Tumi, archevêque émérite de Douala au Cameroun, dit que Saint Jean-Paul II aimait l'Église, en particulier le peuple de Dieu en Afrique.

« En Afrique, par exemple, il a encouragé l'enculturation, en faisant entrer dans l'Église des cultures africaines en accord avec l'Évangile », explique le cardinal camerounais.

L'un des revers auxquels le cardinal Christian Tumi a dû faire face lorsque le pape Jean-Paul II l'a nommé archevêque de Garoua, dit-il, était d'avoir peu de prêtres à servir dans l'église locale, un défi que, selon lui, le pape a résolu immédiatement.

« J'ai écrit au Pape pour lui parler de ce défi et il m'a envoyé des prêtres de l'archidiocèse de Milan pour m'aider dans mon ministère pastoral. Ainsi, chaque année, j'ai reçu 6 prêtres de Milan envoyés par le Pape pour aider l'archidiocèse de Garoua », dit le Cardinal de 89 ans et ajoute en référence à Saint Jean-Paul II, « Le Pape a également soutenu l'Église locale dans la construction d'écoles, d'hôpitaux et de paroisses à Garoua ».

Entre-temps, dans une lettre partagée avec ACI Afrique, Charles Besigye, un Focolarino ougandais se réfère à Saint Jean-Paul II comme « le Pape du peuple ».

« Votre Sainteté JP II », écrit Charles et poursuit, « Si vous étiez encore ici sur terre avec nous, nous aurions partagé un gâteau à l'occasion de votre 100e anniversaire. Nous vous célébrons tout de même ici sur terre comme vous le faites au ciel avec les saints. Je remercie Dieu qui m'a fait connaître et rencontrer un Saint en trois occasions qui ont marqué ma vie ».

Le membre romain du mouvement des Focolari raconte ensuite sa première rencontre avec le pape Jean-Paul II lors d'un festival qui a rassemblé plus de 16 000 jeunes du monde entier en 1990 au Palaeur Studium de Rome.

« Il nous a encouragés à construire un monde uni, comme le suggère le titre de la réunion. La seule chose dont je me souviens aujourd'hui, c'est son visage souriant lorsqu'il s'est adressé à nous », dit-il.

Lors de l'événement World Youth qui s'est tenu à Rome en 2000, Charles se souvient d'une nuit remarquable que des millions de jeunes à travers le monde ont passée avec le Pape.

« Son amour pour les jeunes était si grand. J'avais accompagné un groupe de plus de 10 jeunes du Kenya et nous avons eu le privilège d'occuper les premiers longs rangs pour pouvoir le voir et l'entendre directement sur la scène », dit-il.

Charles, qui était également présent aux funérailles du pape Jean-Paul II sur la place Saint-Pierre en avril 2005, déclare : « C'était incroyable de voir combien de personnes étaient présentes et pleuraient la perte d'un pape qui aimait tant les gens. Nous avions porté des banderoles portant l'inscription « Santo Subito » (Saint immédiatement) ... et nous avons élevé nos voix et nos banderoles d'acclamation à Santo Subito alors que nous l'accompagnions au repos ».

« Je suis plein de gratitude envers Dieu qui nous a fait le don de Jean-Paul II, qui nous a laissé un héritage de son Magistère dans lequel l'Église et la société puiseront toujours pour nourrir les générations actuelles et celles à venir », dit Charles, né en Ouganda, et ajoute : « Nous vous demandons à Saint-Paul II de nous aider à garder foi et espoir en ce moment difficile de la pandémie COVID-19.  Joyeux anniversaire »!


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]