Le pape François: la prière ouvre la porte de l'espoir

Le pape François prononce un discours d'audience générale dans la bibliothèque du Palais Apostolique.
Credit: Vatican Media

S'exprimant par le biais du livestream en raison de la crise du coronavirus, le pape a déclaré le 20 mai que tout au long de l'histoire, la prière avait aidé les gens à voir au-delà de leur souffrance.  

Il a dit : "Les hommes et les femmes qui prient savent que l'espoir est plus fort que le découragement. Ils croient que l'amour est plus puissant que la mort, et qu'il triomphera sûrement un jour, même si nous ne le savons pas dans les temps et les manières".

Dans son discours prononcé depuis la bibliothèque du Palais Apostolique, le pape a poursuivi son cycle de catéchèse sur la prière, en réfléchissant sur le récit biblique de la création et des épreuves du peuple d'Israël.

Il a décrit la page d'ouverture de la Bible comme "un grand hymne d'action de grâce" affirmant la bonté et la beauté de la création de Dieu.  Cette beauté inspire l'homme à prier, a dit le pape en citant le Psaume 8, 4-5 : "Quand je vois tes cieux, l'ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu mets en place, qu'est-ce que l'homme dont tu te soucies, et un fils d'homme dont tu prends soin ?" 

Il a dit : "L'homme en prière contemple le mystère de l'existence autour de lui, voit le ciel étoilé au-dessus de lui - que l'astrophysique nous montre aujourd'hui dans toute son immensité - et se demande quel dessein d'amour doit se cacher derrière une œuvre aussi puissante."

"Et, dans cette immensité sans limites, qu'est-ce que l'homme ? Presque rien", dit un autre psaume : un être qui naît, un être qui meurt, une créature très fragile. Pourtant, dans l'univers entier, l'être humain est la seule créature consciente d'une telle profusion de beauté".

Le pape a dit que le psalmiste reconnaît que, comparé à l'immensité de l'univers, l'homme semble insignifiant, et pourtant il est appelé à une relation avec Dieu.

"La relation avec Dieu est la grandeur de l'homme : son intronisation. Par nature, nous ne sommes presque rien, petits, mais par vocation, par appel, nous sommes les enfants du grand Roi", a-t-il dit.

Il a poursuivi : "C'est une expérience que beaucoup d'entre nous ont vécue. Si l'histoire de la vie, avec toute son amertume, risque parfois d'étouffer le don de la prière en nous, il suffit de contempler un ciel étoilé, un coucher de soleil, une fleur... pour raviver l'étincelle de l'action de grâce. Cette expérience est peut-être à la base de la première page de la Bible".

"Lorsque le grand récit biblique de la Création est écrit, le peuple d'Israël ne vit pas des jours heureux. Une puissance ennemie a occupé le pays, beaucoup ont été déportés, et maintenant ils sont esclaves en Mésopotamie. Il n'y avait pas de patrie, pas de temple, pas de vie sociale et religieuse, rien".  "Et pourtant, en partant de la grande histoire de la Création, quelqu'un a commencé à trouver des raisons de rendre grâce, de louer Dieu pour l'existence." 

Le pape François a décrit la prière comme "le premier élan d'espoir", disant que ceux qui prient sont capables de voir que, malgré ses difficultés, la vie est remplie de grâce. 

Notre vocation, dit-il, est d'être porteurs de joie. "Cette vie est le don que Dieu nous a fait : et elle est trop courte pour être consumée dans la tristesse, dans l'amertume. Nous louons Dieu, contents simplement d'exister", a-t-il déclaré.

En conclusion, le pape a noté que la création portait la "signature" d'un Dieu aimant. 

Que le Seigneur nous fasse comprendre cela de manière toujours plus profonde et nous amène à dire "merci" : et ce "merci" est une belle prière", a-t-il dit. Dans ses salutations aux différents groupes linguistiques après sa catéchèse, le pape a exhorté les catholiques lusophones à prier le chapelet quotidiennement en mai, le mois de Marie, "apprenant de Notre-Dame à avoir un regard contemplatif avant tous les événements de notre vie".

S'adressant aux catholiques polonais, le pape François a déclaré "Ces jours-ci, nous célébrons le 100e anniversaire de la naissance de Saint Jean-Paul II. Lui, berger de grande foi, aimait à confier l'Église et toute l'humanité à Dieu dans la prière". 

En choisissant la devise épiscopale "Totus Tuus" ["Je t'appartiens entièrement"], il a également montré que dans les moments difficiles, nous devons nous tourner vers la Vierge qui peut nous aider et intercéder pour nous. Que sa vie, construite sur une prière profonde, intense et confiante, soit un exemple pour les chrétiens d'aujourd'hui".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]