En Afrique du Sud, des religieuses font un important don aux personnes dans le besoin, malgré les restrictions imposées par la COVID-19

Avec l'augmentation des cas de pertes d'emplois et de pénurie alimentaire en Afrique du Sud suite aux restrictions liées au COVID-19 dans le pays, les organisations caritatives se sont prononcées fermement en faveur des personnes les plus touchées.

Parmi elles, les Sœurs du Bon Pasteur dont l'initiative a été reconnue par les membres de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC) dans un rapport publié sur leur site web le mercredi 20 mai.

"De différentes manières, les personnes de bonne volonté ont tout mis en œuvre pour tendre une main charitable aux nécessiteux de notre société, en particulier en cette période où la COVID-19 a ajouté un nouveau coup de pouce à la pauvreté pour de nombreux défavorisés de notre société", a écrit le responsable de la communication sociale de la SACBC, le père Paul Tatu.

Au mercredi 20 mai, l'Afrique du Sud avait signalé 18 003 cas de COVID-19, 8 950 guérisons récupérations et 339 décès liés à ces cas.

Le père Paul a également écrit : "Depuis le début du confinement en Afrique du Sud, nous avons été témoins de nombreuses œuvres de charité menées par différentes institutions, églises, organisations religieuses et personnes individuelles, répondant aux besoins des pauvres, principalement en leur distribuant des colis alimentaires".

Le mercredi 19 mai, les religieuses qui dirigent le centre d'apprentissage Good-Shepherd ont fait don de nourriture et d'équipements de protection individuelle COVID-19 à des dizaines de personnes pauvres de Madidi. C’est une communauté démunie de la province du Nord-Ouest de l'Afrique du Sud.

Le père Tatu dans son message du 20 mai publié sur le site web de la SACBC, est revenu sur ce don. Parmi les articles distribués, autres que les colis alimentaires, figuraient des serviettes hygiéniques et des vêtements.

Cependant, Sr Colleen Simpson, la directrice du centre qui travaille avec la communauté de Madidi depuis 1990, a organisé l'activité.

De l'avis de Sœur Colleen, les colis alimentaires organisés ne devaient couvrir que 50 personnes, mais des centaines de personnes ont fait la queue pour recevoir des colis alimentaires. Elle a dit qu'il lui était difficile de les renvoyer les mains vides. Car, elle connaissait leur pauvreté. Le centre devait faire un effort supplémentaire pour s'assurer que davantage de personnes rentrent chez elles avec un peu de nourriture.

Un rapport de recherche publié par Ask Afrika le mercredi 20 mai 2020, indique que le chômage et la perte de revenus qui en découle restent des préoccupations majeures pour les Sud-Africains qui luttent également contre l'insécurité alimentaire pendant la pandémie.

L'enquête a révélé que la sécurité alimentaire au niveau des ménages est faible. Un adulte sur trois se couchait le ventre vide.  Ça, il n'avait pas assez de nourriture à manger chez lui. Un cinquième des personnes interrogées ont perdu du poids pendant la période de confinement de COVID-19 en raison d'un manque de nourriture.

Toutefois, la sécurité alimentaire est une préoccupation pour les communautés vulnérables. La moitié de celles qui vivent dans les banlieues ou les zones métropolitaines indiquant qu'elles sont préoccupées par la quantité de nourriture dans leurs maisons.

Près de 40 % des adultes dans ces zones ont également réduit la taille de leurs portions ou la fréquence de leurs repas en raison de la quantité limitée de nourriture dans leur foyer.

L'intervention des religieuses qui dirigent le centre d'apprentissage du Bon-Pasteur a été honorée par la présence de représentants du département gouvernemental de développement social de la municipalité de Madibeng, qui ont également aidé à la distribution des colis. 

Les South African Policies Services (SAPS) étaient également présents pour s'assurer que les précautions de sécurité contre COVID-19 sont respectées par les personnes rassemblées. 

Mme Henrietta Poo, Directrice du département du développement social de la municipalité de Madibeng, a déclaré qu'en tant que membre du département, elle apprécie beaucoup le travail que le Centre du Bon Pasteur fait pour les personnes démunies de Madidi.

Elle a ajouté que le centre est le bras du département pour atteindre les gens de Madidi et des environs.

 Le geste de distribuer des colis alimentaires signifie beaucoup pour la population, surtout en cette période de malheurs du COVID-19.

"Lorsque les gens ont quelque chose à manger dans la maison, ils restent chez eux et aident à freiner la propagation du Coronavirus’, a-t-elle affirmé. Avant d'ajouter : "depuis le confinement de COVID-19, c'est la première fois qu'une action de sensibilisation d'une telle ampleur est organisée pour la communauté Madidi."


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]