Les religieux d'Afrique de l'Est rendent un vibrant hommage au regretté professeur de théologie africain

Père Charles Nyamiti de regretter mémoire.
Credit: Domaine public

Les religieux d'Afrique de l'Est ont rendu un hommage élogieux au prêtre d'origine tanzanienne, le père Charles Nyamiti, connu dans la région et au-delà. Il a enseigné la théologie pendant de nombreuses années dans des établissements d'enseignement supérieur.

Il est considéré comme "un ancêtre de la théologie africaine". Il est décédé le mardi 19 mai 2020 à l'âge de 89 ans.

L'annonce a été faite dans un communiqué de Mgr Paul Ruzoka archevêque de l'archidiocèse de Tabora en Tanzanie. Il a ainsi précisé que le décès a été constaté "vers 11 heures à l'hôpital St. Anna Ipuli de Tabora".

Cependant, surnommé "ancêtre", le professeur Nyamiti est connu pour sa contribution à la théologie africaine. Pendant quelque 35 ans, il a enseigné à l'Université catholique d'Afrique orientale (CUEA), basée au Kenya.

"Il était un ancêtre à plusieurs égards. Tout d'abord, il est un ancêtre de la théologie africaine parce qu'il a été l'un des initiateurs de ce genre de théologie", a déclaré le père Laurenti Magesa, qui est également professeur de théologie africaine et compatriote du défunt père Nyamiti, à l'ACI Afrique, le mercredi 20 mai 2020.

Le professeur basé à Nairobi a également déclaré que le maître en théologie, Nyamiti a mérité le titre d'ancêtre" en étant mort vieil homme en Afrique.

Il a rappelé comment feu le professeur Nyamiti l'avait convaincu de poursuivre des études de théologie africaine dans les années 1970.

"Il m'a vraiment attiré dans la théologie africaine", dit le père Magesa. Il se souvient de leur rencontre au séminaire de St. Paul en Tanzanie. "il revenait juste de l'école en Europe quand il m'a rencontré au séminaire de Kipalapala et nous avons marché ensemble et là il a vraiment mentionné l'importance de la théologie africaine - voir les choses du point de vue africain".

« Nous n'irons nulle part dans l'évangélisation sans utiliser la réalité africaine", raconte le père Magesa en rappelant les paroles du défunt professeur, paroles qui l'ont inspiré à poursuivre des études de théologie africaine.

Toutefois, le père Magesa déclare  que la mort du professeur Nyamiti est une "grande perte pour la théologie africaine".

 Il se souvient en se référant au professeur Nyamiti. "Il avait sa propre façon de faire de la théologie africaine. Ce sera donc une grande perte et j'ai vu des réactions de la part de personnes qui ne le connaissent pas personnellement", se souvient-t-il. Avant de poursuivre : "La meilleure façon d'honorer le pionnier de ce type de théologie "est de poursuivre ses réflexions sur la théologie africaine, non seulement intellectuellement, mais en les mettant en pratique, notamment dans la liturgie et la célébration des sacrements".

Né en Tanzanie en 1931, le professeur Nyamiti a été ordonné prêtre en 1962. Il a rejoint l'université de Louvain en Belgique où il a obtenu un doctorat en théologie systématique et dogmatique et un certificat en théorie de la musique et en piano. 

Le regretté Prof. est également titulaire d'une licence et d'un second doctorat en anthropologie culturelle et en composition musicale, de l'Université de Vienne en Autriche. 

Il a enseigné au St. Paul’s Kipalapala Senior Seminary en Tanzanie avant de déménager à Nairobi, au Kenya, en 1983 pour enseigner à l’Institut supérieur catholique d’Afrique de l’Est (CHIEA), devenu CUEA. Il a servi à l'institution jusqu'en juin 2018 lorsque la «fraternité CUEA» lui a fait ses adieux.

L'un de ses nombreux anciens élèves, le père Richard Rwiza, se souvient du regretté professeur Nyamiti comme un "magistère". "En tant qu'étudiants, nous l'appelions magistère, ce qui signifie enseignement de l'Eglise", a-t-il déclaré.

Le père Rwiza qui est à la tête de CUEA Press, a déclaré à ACI Afrique, "vous ne pouviez pas être enseignés par Nyamiti et ne pas comprendre l'enseignement de l'Eglise", a-t-il affirmé. 

Le père Rwiza s'est également souvenu de lui comme "un homme humble, engagé et dévoué, passionné par le travail scientifique".

 "Il était totalement engagé dans la mesure où si vous le rencontriez, vous deviez faire attention car il demandait au hasard des documents de l'Eglise", se rappelle-t-il.

Il ajoute que bien que le professeur Nyamiti soit mort, il a formé d'autres personnes qui peuvent continuer à suivre ses enseignements.

 "D'un côté, nous disons qu'il nous manque. Mais, il nous a donné l'inspiration pour faire de la théologie", dit le père Rwiza et ajoute : "Il devrait y avoir une continuation de ce qu'il a fait. Si nous sommes engagés et dévoués dans la théologie africaine, alors nous ferons sa promotion et nous nous souviendrons de lui".

Pour le professeur de théologie dogmatique né au Kenya, le père Peter Gichure, le professeur Nyamiti était un "bon catholique qui était un peu conservateur dans sa théologie".

Il était également un grand musicien et très fidèle à l'Église.

"Il était respecté par ses étudiants et était un peu strict avec eux. Mais, il voulait toujours le meilleur de chacun", dit le père Gichure, ajoutant que le défunt professeur aimait interagir avec ses étudiants.

"Malgré son âge, il aimait être avec ses étudiants. Chaque fois que nous allions aux fêtes du département pour accueillir les nouveaux étudiants, il insistait pour venir même si c'était la nuit. Il en profitait pour parler aux étudiants de l'exploitation et du sérieux de leurs efforts théologiques et pour être loyal envers l'Église", ajoute le père Gichure qui dirige l'École des études supérieures de CUEA.

Le Père Gichure a reconnu la capacité du défunt professeur Nyamiti à relier tous les ministères de la théologie et à y apporter une synergie, montrant qu'ils sont tous liés.

"A part cela, il était très malade et il avait du mal à marcher. Il était très vif. Il a été hospitalisé, mais, il est resté très fort et ne s'est jamais plaint de sa maladie", se souvient-t-il.

"Il disait que je ne sais pas quand le Seigneur viendra pour moi, mais, je suis prêt. Il n'a pas eu à se soucier de sa mort", raconte le père Gichure.

"Nous l'avons surnommé l'ancêtre et maintenant il est devenu un véritable ancêtre", dit-t-il. Le jeudi 21 mai, feu le professeur Nyamiti reposera au cimetière des prêtres de son archidiocèse natal de Tabora, en Tanzanie. 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]