Le Cardinal Piat « comprends la déception » de la communauté musulmane à l’occasion de la fête de l'Aïd al-Fitr à Ile Maurice

Maurice Cardinal Piat, évêque du diocèse de Port-Louis à l'île Maurice.
Credit: Domaine public

Les musulmans du monde entier se préparent à célébrer l'Aïd al-Fitr, la fin du jeûne du Ramadan une période qui dure un mois de l'aube au coucher du soleil. A cet effet, le chef de l'Église catholique de l'île Maurice, dans l'océan Indien, a exprimé sa solidarité avec les fidèles musulmans du pays, regrettant ainsi les restrictions liées à la COVID-19 qui limiteront les rassemblements.

"Chers frères et sœurs de foi musulmane, je comprends tout à fait votre déception de ne pouvoir la célébrer, avec la communauté, à la mosquée, et dans la joie de grandes réunions familiales, comme vous en avez l’habitude.", a déclaré l'évêque du diocèse de Port-Louis, le cardinal Maurice Piat, le jeudi 21 mai.

Dans un communiqué publié sur le site internet du diocèse de Port Louis, il a exprimé sa sympathie. " Ayant vécu la même frustration à Pâques, le mois dernier, nous pouvons sympathiser avec vous sur ce point ", a-t-il déclaré.

 

Cependant, le fait de marquer ces célébrations religieuses dans le confinement "est un sacrifice spirituel que nous pouvons offrir à Dieu en lui demandant de protéger le peuple mauricien et de l'aider à sortir plus fraternel et plus uni de cette grande épreuve", a affirmé le cardinal Piat, membre de la Congrégation du Saint-Esprit (Spiritains). 

C'est ainsi qu'avant le début du mois de Ramadan, l'Église de Maurice s'est jointe le 14 mai aux musulmans du pays pour une journée de prière, de jeunesse et d'action caritative. Ceci, en réponse à l'appel du Haut Comité interreligieux pour la Fraternité humaine, affilié au Vatican, en faveur d'une journée de "prière et de supplication" à Dieu pour mettre fin à la pandémie.

"Cette journée de prière nous a rassemblés en tant que frères en humanité, chacun avec ses propres croyances et rituels, pour implorer le même Dieu et lui demander d'avoir pitié de nous dans cette tragédie aux conséquences économiques et sociales terribles", a déclaré le prélat de 78 ans lors de la journée de prière commune du 14 mai.

Toutefois, l'île Maurice située à environ 1 930 kilomètres au large des côtes africaines, est un pays à la diversité religieuse.

Sur une population de 1,2 million d'habitants, 49 % sont hindous, 32 % chrétiens, 17 % musulmans et 0,4 % bouddhistes. Le catholicisme est la dénomination chrétienne dominante avec 26,2 % d'adeptes, répartis dans le diocèse de Port-Louis et le vicariat apostolique de Rodrigues.

"En cette fête de l'Aïd, je prie avec vous le Dieu tout-puissant et miséricordieux, en lui demandant de protéger notre pays et de mettre dans nos cœurs un esprit de sagesse, de courage et de fraternité, afin que nous puissions surmonter ensemble cette crise sanitaire et économique qui nous bouleverse tous", a écrit le cardinal Piat le 21 mai. Avant de conclure : "En ces circonstances particulières de la pandémie de COVID-19, je voudrais, en mon nom propre et au nom de tous mes frères et sœurs chrétiens, vous souhaiter, malgré tout, une belle et joyeuse fête de l'Aïd".

Suite à la prolongation du couvre-feu national dans le pays jusqu'au 1er juin, le cardinal a émis des directives pour guider les activités pastorales prévues du 15 au 31 mai.

Elles concernent essentiellement les enterrements. Ils doivent se faire "directement au cimetière" avec un maximum de dix personnes et avec des personnes en deuil observant la distanciation sociale. 

Il a également mis en garde contre les cérémonies d'inhumation au domicile des défunts. Dans la mesure où, il sera difficile de remplir les conditions sanitaires requises.

"Le sacrement des malades à domicile est autorisé à condition que les conditions sanitaires strictes soient respectées (port d'un masque et de gants)", a également ordonné le prélat.

Avant d'ajouter : "En ce qui concerne les activités pastorales et les cérémonies à l'église après le 1er juin 2020, le diocèse devra attendre de nouvelles réglementations gouvernementales".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]