Les religieuses Kenyane parmi les catholiques du monde entier à souhaiter que la messe papale en ligne continu.

Les Franciscaines Missionnaires de Marie (FMM).
Credit: Domaine Public

Après que le Vatican a cessé de retransmettre en direct les messes quotidiennes du pape François cette semaine, les catholiques du monde entier ont demandé au pape de reprendre la diffusion.

Le 18 mai, les diocèses de toute l'Italie ont pu reprendre les messes publiques. Mais de nombreux catholiques dans d'autres pays n'ont toujours pas accès à la messe.

C'est le cas des Franciscaines Missionnaires de Marie à Nairobi, au Kenya, où un confinement a été prolongé jusqu'au 6 juin, fermant tous les lieux de culte publics.

Sœur Mary Anne Williamson a écrit une lettre au nom de sa communauté religieuse, demandant si la retransmission en direct de la messe du pape François pouvait être rétablie. Elle a déclaré à CNA que les sœurs étaient "consternées" lorsqu'elles ont appris que la diffusion de la messe du pape serait interrompue.

"Lorsque nos églises ont fermé il y a environ huit semaines, nous avons commencé à avoir une Liturgie de la Parole dans notre chapelle. Mais ensuite, nous avons appris que nos sœurs, dans notre maison générale à Rome, également fermée, célébraient la messe du Saint-Père depuis leur maison. Nous avons trouvé EWTN sur le serveur de notre chaîne de télévision Zuku et nous avons commencé à le rejoindre à 8 heures du matin, heure de Nairobi", a-t-elle déclaré.

Cependant, les sœurs se sont réunies pour assister à la messe du pape après la prière du matin dans leur chapelle. Williamson a déclaré que les sœurs missionnaires ont trouvé significatif de prier de cette manière en union avec le pape et les chrétiens du monde entier.

"Nous avons vraiment apprécié l'homélie du Saint-Père et les traductions faites par Sœur Bernadette", a-t-elle déclaré. Elle poursuit :"Nous avons également apprécié les moments d'adoration eucharistique à la fin de la messe du matin à Santa Marta".

"Nous savons que la messe du pape François a été appréciée par d'autres et probablement par beaucoup de personnes dans le monde entier. Nous continuerons à espérer que les médias du Vatican pourront à nouveau la diffuser".

Alors que certains pays d'Europe assouplissent leurs mesures de confinement, les catholiques d'Inde, du Nigeria, d'Afrique du Sud, du Kenya, d'Angleterre, de Suisse et d'autres pays n'ont toujours pas accès à la messe publique. En Irlande, les églises ne devraient pas rouvrir avant juillet.

Toutefois, le pape François a commencé à diffuser sa messe matinale en continu depuis la chapelle de la Casa Santa Marta, sa résidence au Vatican, le 9 mars, le lendemain de la suspension des messes publiques par les diocèses italiens suite à une ordonnance gouvernementale.

 Le porte-parole du Vatican a déclaré que le streaming était offert "pour permettre à ceux qui le souhaitent de suivre les célébrations en union de prière avec l'évêque de Rome".

Au début de la messe, chaque jour, le pape offrait une intention de prière différente, souvent liée à la souffrance infligée par la pandémie de coronavirus. Le porte-parole du Vatican a annoncé la fin de la messe en direct du pape : "Le Pape souhaite que le peuple de Dieu puisse ainsi revenir à une familiarité communautaire avec le Seigneur dans les sacrements, en participant à la liturgie dominicale et en reprenant, également dans les églises, la visite quotidienne du Seigneur et de sa Parole".

Un article d'ACI Prensa sur la conclusion de la messe quotidienne diffusée par le Vatican a reçu plus de 1 900 commentaires sur les médias sociaux, les gens exprimant leur gratitude pour le live Stream et demandant pourquoi il était annulé alors que les diocèses de certaines régions d'Amérique latine sont toujours sous contrôle.

"Merci beaucoup, Saint-Père, mais j'espère que vous considérez que pour les pays du Mexique et d'Amérique, nous restons en quarantaine et il est très précieux de vibrer de votre présence et de vos conseils. Que le Seigneur vous bénisse et soit toujours avec vous", a écrit Carmen Vazquez en espagnol.

Du Costa Rica, Sandra Fernandez Es a écrit : "C'est une grande perte, comme c'est triste. Je m'étais déjà habituée à le regarder très tôt le matin, et c'était très bon pour moi".

"J'en suis venu à penser que j'étais le seul à manquer la messe avec le Pape. A Porto Rico, nous sommes toujours en quarantaine", a déclaré Iris Lugo.

Mary Grenada a écrit d'Argentine : "Dommage !!! Il était très important pour nous d'avoir la messe tous les jours à la maison. J'espère qu'ils enverront notre demande de continuer au Pape. Merci ! !! De la part de l'Argentine."

Catherine Addington a écrit sur Twitter le 19 mai : "Le flux de masse quotidien de @Pontifex me manque".

Vatican News a rapporté le 20 mai que des milliers de personnes en Chine avaient regardé la traduction en direct de la messe du pape via WeChat et que la nouvelle de la retransmission en direct allait se terminer a été "accueillie avec un peu de souffrance et aussi avec quelques larmes".

Vatican News a déclaré avoir reçu des messages de milliers de personnes exprimant leur appréciation pour le spectacle de la messe du pape pendant la pandémie.

Sœur Mary Anne a déclaré à CNA qu'elle pense que même dans les endroits où les églises sont rouvertes, comme en Italie, les personnes confinées chez elles et les autres catholiques apprécieraient probablement d'avoir la possibilité de voir les messes du pape et d'entendre ses homélies.

Elle a déclaré que pendant la quarantaine, les sœurs du Kenya avaient enseigné à des étudiants en utilisant Zoom, mais que les coupures d'électricité et d'internet chez certains étudiants avaient rendu la tâche difficile.

"Nous savons que nous faisons partie des chanceux qui ont une chapelle, un accès à Internet, de la nourriture et un abri. Notre vie de prière et de travail peut se poursuivre, bien que de manière nouvelle", a-t-elle déclaré. Elle pourvoit : "Nos journées, en particulier notre adoration eucharistique à tour de rôle, sont offertes pour notre monde souffrant et la fin de cette pandémie".

Alors que les messes publiques reprennent dans certaines régions du monde, les paroisses vont également décider de poursuivre ou non les retransmissions de la messe en direct qu'elles ont offertes pendant la pandémie.

Le père Gregory Apparcel, recteur de l'église Saint-Patrick, la paroisse anglophone de Rome, a déclaré à CNA que le flux de vie de la paroisse avait gagné une audience beaucoup plus large que prévu.

"Nous avons aussi beaucoup de personnes participant à ces messes, venant des États Unis et d'autres pays où les messes publiques ne sont pas encore disponibles. Et aussi de nombreuses personnes qui sont confinées chez elles pour de nombreuses autres raisons", a-t-il déclaré.

Le prêtre a déclaré avoir reçu des demandes pour continuer les messes malgré la fin du confinement.

"Ils espèrent que nous continuerons à le faire, ce que nous essaierons de faire tout au long de l'été, et au-delà si nécessaire", a-t-il déclaré.

"Il a ouvert un nouveau ministère dont nous n'aurions jamais pensé avoir besoin".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]