Advertisement

Une religieuse kenyane honorée par l’État pour avoir nourri les enfants des rues pendant la pandémie du COVID-19

Sœur Winnie Mutuku des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul, fondatrice de Upendo Street Children dans le diocèse catholique de Kitale au Kenya. Elle a reçu l'Ordre présidentiel de service, le prix Uzalendo, le jour de la fête de Madaraka. Sœur Winnie Mutuku Sœur Winnie Mutuku des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul, fondatrice de Upendo Street Children dans le diocèse catholique de Kitale au Kenya. Elle a reçu l'Ordre présidentiel de service, le prix Uzalendo, le jour de la fête de Madaraka.
Sœur Winnie Mutuku

Sœur Winnie Mutuku servait un déjeuner tardif à 14 garçons de la rue dans l'enceinte de la cathédrale du Cœur Immaculé du diocèse de Kitale, dans l'ouest du Kenya, lorsqu'elle a reçu un appel peu familier d'un fonctionnaire du gouvernement.

Pendant un instant, le membre des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul est resté figé au même endroit et a écouté un message de félicitations de la part d'une personne qui s'est présentée comme un fonctionnaire du département d'Etat du travail dans la capitale du pays, Nairobi.

Il m'a appelé et m'a dit : "Félicitations, Sœur Winnie. Vous venez de recevoir une mention élogieuse du président Uhuru Kenyatta pour les services rendus pendant la pandémie COVID-19". Il devait être quelques minutes avant 15 heures", se souvient Sœur Winnie dans une interview avec ACI Afrique mardi 2 juin.

Le fonctionnaire du gouvernement lui a ensuite transmis une copie d'écran d'une liste comportant 68 noms de Kenyans ayant fait preuve de leadership durant la pandémie. Elle se trouvait à la 56e position sur une liste qui contenait les noms de médecins, d'infirmières, de journalistes et d'autres personnes de différentes professions qui avaient reçu l'Ordre présidentiel de service, le prix Uzalendo.

Advertisement

Le président Kenyatta a fait cette annonce le lundi 1er juin, lorsque le Kenya a célébré la 57e journée du Madaraka pour commémorer le jour, en 1963, où le pays a obtenu son indépendance après des décennies de colonisation.

Le président a déclaré que ce prix était une reconnaissance des services éminents et exceptionnels rendus au Kenya pour aider à guider le pays à travers la pandémie de coronavirus.

"Pour reconnaître et honorer les Kenyans qui ont fait preuve d'un service exemplaire, de sacrifice, de patriotisme, d'héroïsme et d'un sens élevé du devoir civique en aidant à guider le Kenya à travers la pandémie actuelle ; et au nom d'une nation éternellement reconnaissante, j'ai, en ce 1er jour de juin 2020, émis un décret établissant un nouveau prix national et une mention élogieuse de l'État - l'Ordre présidentiel de service - le prix Uzalendo", a déclaré le président Kenyatta lors de la célébration virtuelle qui a été diffusée depuis la présidence du Kenya.

Il a ajouté : "Les noms des premiers récipiendaires de cette haute distinction nationale ont été publiés dans un numéro spécial de la Gazette du Kenya qui leur est consacré".

More in Afrique

Une chaîne de messages de félicitations a suivi, inondant le téléphone portable de Sœur Winnie alors même qu'elle essayait de se concentrer sur les garçons de la rue.

"Je laisse généralement les garçons s'amuser après le repas et danser sur de la musique que je fais jouer depuis mon téléphone portable. Je n'ai pas eu le temps de répondre aux messages de félicitations car les garçons me suppliaient déjà de jouer la musique", dit Sr Winnie.

La religieuse d'origine kenyane qui a été présentée par ACI Afrique pour son altruisme dans l'alimentation des garçons de la rue au milieu de la pandémie COVID-19 dit avoir été prise par surprise lors de l'annonce du chef de l'Etat.

"C'était totalement inattendu. Nous ne faisons rien de spécial dans la rue avec les garçons. Tout ce que je fais en tant que Fille de la Charité (Sœur) ne mérite aucune reconnaissance de l'État", a déclaré l'humble religieuse, qui a ajouté : "J'ai été très perplexe quant à savoir qui a donné mon nom au gouvernement. J'aimerais vraiment savoir qui c'était pour que je leur demande ce qu'ils ont trouvé de si spécial à mon sujet et à propos de mon projet".

Advertisement

Sœur Winnie a attiré l'attention du monde entier grâce au projet Upendo Street Children (USC), une organisation caritative qu'elle a fondée dans le diocèse catholique de Kitale, au Kenya, pour rendre leur dignité aux enfants sans abri, leur donner les moyens de s'instruire et enfin les réunir avec leurs familles respectives.

Dans une interview accordée à ACI Afrique en avril, Sœur Winnie a partagé les défis auxquels les garçons des rues de Kitale étaient confrontés au Kenya dans le contexte du couvre-feu du crépuscule à l'aube, caractérisé par des brutalités policières contre les personnes qui traînaient dans les rues pendant les heures de couvre-feu.

Dix garçons qui n'avaient nulle part où aller après que le centre ait réuni 23 garçons avec leurs familles grâce à un programme d'intégration d'urgence ont été obligés de passer des nuits dans les forêts autour de la ville car ils n'étaient plus les bienvenus dans la rue.

Sr Winnie a été montrée dans de nombreuses images bravant la pluie pour nourrir les garçons de la rue en plein air avant qu'ils ne se retirent dans leur cachette, loin des policiers brutaux et des habitants de Kitale tout aussi hostiles.

"Personne ne veut voir les garçons dans la rue. Lorsque les policiers en patrouille les voient dans les rues la nuit alors qu'ils (la police) appliquent le couvre-feu, ils les battent très fort. Beaucoup de garçons des rues que je connais se retirent maintenant dans les forêts et les centres ferroviaires pour la nuit et ne se montrent dans les rues qu'à l'aube", a déclaré Sœur Winnie dans l'interview d'avril avec l'ACI Afrique.

Les turbulences de COVID-19 n'ont pas empêché Sœur Winnie de tendre la main aux garçons qui vivent encore dans la rue et de faire des visites à domicile pour ceux qui ont retrouvé leur famille.

Lorsqu'elle s'est adressée à l'ACI Afrique avant la remise du prix présidentiel, Sœur Winnie avait mobilisé les dix garçons pour le showground de Kitale où elle les a rassemblés pour un repas et leur a donné une part séparée à manger de leur cachette.

Les lundis, mercredis et vendredis sont des jours où le personnel de l'USC apporte de la nourriture aux enfants des rues qui attendent au terrain d'exposition de Kitale, où les garçons aiment traîner. Les mardis et les jeudis sont réservés aux visites à domicile pour vérifier les progrès des garçons chez eux.

"Nous encourageons les garçons à transporter des récipients de nourriture où nous leur servons de la nourriture trois jours par semaine. Après avoir pris le repas ensemble, ils emportent le reste dans leurs récipients de nourriture", a déclaré Sr Winnie.

Mais le mardi 2 juin, un jour après la remise du prix, Sœur Winnie a signalé qu'elle avait déjà obtenu un espace dans l'enceinte de la cathédrale du Sacré-Cœur où les garçons mangent leur nourriture avec un toit au-dessus de leur tête.

"Kitale est un endroit intéressant. Il pleut toujours ici et parfois sans prévenir. C'est pourquoi la plupart de nos repas ont été servis sous la pluie. Mais maintenant, je suis heureuse que nous ayons un endroit sûr où nous pouvons manger ensemble en paix", dit-elle et ajoute : "De nombreux jours, j'étais si émue de voir les enfants sous la pluie. Leur image me trottait dans la tête chaque fois que je les laissais sous la pluie".

De plus, dit-elle, des adultes se présentaient chaque fois que son équipe apportait de la nourriture au terrain d'exposition et elle n'avait aucun moyen de les renvoyer pour que les garçons aient assez à manger.

Submergée par la douleur des enfants des rues, Sœur Winnie s'est adressée au vicaire général du diocèse de Kitale qui a donné à son projet un espace dans les locaux de la cathédrale du Cœur Immaculé et elle a depuis déplacé les garçons du terrain de spectacle ouvert.

"Aujourd'hui, les garçons ne sont pas obligés de manger leur nourriture dans la précipitation par crainte de la pluie. Ils ont également le temps de se retrouver après un repas car ils ont un toit au-dessus de leur tête", dit-elle.

De plus, le centre a constaté une constance dans la fréquentation des repas, ce qui est un plus pour l'organisation qui souhaite établir une relation avec les garçons pour un processus d'intégration réussi.

Deux des garçons qui avaient été réunis avec leur famille après l'annonce du couvre-feu sont déjà retournés dans la rue.

"Deux" n'est pas un mauvais chiffre si l'on considère la manière désordonnée dont nous avons réuni les garçons avec leurs familles. En fait, je pensais que la quasi-totalité d'entre eux retourneraient à la rue parce qu'un processus d'intégration adéquat n'avait pas été suivi pour les réunir avec leur famille. Nous avons tout fait dans la précipitation à cause du couvre-feu", dit Sr Winnie.

Cependant, les enfants des rues d'Upendo ont dû faire face à de nouveaux défis, notamment un recrutement bloqué et de lourdes dépenses qui s'étendent aux familles des garçons.

"Ces jours-ci, nous nourrissons des garçons qui n'étaient pas dans notre système parce que quand ils viennent, nous ne pouvons pas les renvoyer. Nous ne pouvons pas non plus les recruter dans notre programme parce que l'environnement COVID-19 ne permet pas de mener des entretiens et des interventions de suivi adéquats pour un processus de recrutement complet," déclare Sr.

Elle ajoute : "Maintenant, nous sommes seulement coincés à nourrir les garçons, mais notre objectif va au-delà de la simple alimentation. Nous voulons transformer la vie de ces garçons. Nous voulons leur donner une famille, à la fois au centre et à l'endroit d'où ils viennent. Nous voulons laisser un impact dans la vie de ces garçons parce que je crois qu'ils n'ont pas leur place dans la rue".

"Nous dépensons plus qu'avant COVID-19. Le carburant pour les visites à domicile consomme déjà beaucoup d'argent", dit-elle, ajoutant qu'elle apporte 8 kilos de maïs ou de farine de maïs, 2 kilos de haricots, de l'huile de cuisine, du savon et d'autres articles de base à chaque visite pour soutenir les familles des garçons des rues. Parfois, il apporte des vêtements et de la literie en fonction des besoins.

Mais le plus grand désir de Sœur Winnie, révèle-t-elle, a été de voir les enfants des rues de Kitale dans un établissement permanent où ils pourront acquérir des compétences de vie et d'autres formations. C'est la seule chose qui lui soit venue à l'esprit lorsqu'elle a appris qu'elle avait été inscrite sur la liste des candidats pour le prix Uzalendo.

"J'avais déjà demandé à collaborer avec le gouvernement pour un centre de secours pour les enfants des rues. J'espère que maintenant que tout le monde a vu notre travail, la demande sera acceptée et que nous aurons un centre où les enfants des rues pourront s'adonner à des activités comme l'agriculture, le tricot, la menuiserie et acquérir d'importantes compétences pratiques", dit-elle.

Pendant ce temps, l'ancienne élève du Tangaza University College (TUC), un collège constitutif de l'Université catholique d'Afrique de l'Est (CUEA) basée au Kenya, a été saluée par son alma mater pour l'impact qu'elle a eu sur la vie dans son ministère.

Faisant référence à ce prix dans un communiqué daté du mardi 2 juin, le directeur de l'Institut de communication sociale (ISC) du TUC, le père Cleophas Tesha, a déclaré : "Nous sommes heureux que l'une de ces personnes reconnues et honorées soit notre ancienne élève immédiate (alumna) qui a obtenu son diplôme en octobre de l'année dernière, à savoir Sœur Winnie Mutuku des Filles de la Charité de Saint-Vincent de Paul".

Le père Cleophas a exprimé sa gratitude pour cette religieuse très talentueuse qui, selon lui, utilise ses compétences en matière de réseautage, de collaboration et de communication ainsi que la confiance acquise pendant sa formation au TUC "pour motiver, promouvoir et développer les talents des garçons qu'elle sert".

"Puisse sa reconnaissance rester un témoignage pour tous nos étudiants que oui, Tangaza est l'un des meilleurs endroits pour apprendre et expérimenter une croissance holistique", a déclaré l'Ecclésiaste dominicain né en Tanzanie et a ajouté : "En effet, notre devise au Tangaza University College, à savoir, "Enseigner aux esprits, toucher les cœurs et transformer les vies" continue de parler plus fort".