Un ancien membre du Congrès Américain plaide pour un envoyé spécial pour protéger les chrétiens au nigérians

Église catholique, dans la ville d'Akure, la plus grande ville de l'État d'Ondo, au Nigeria.
Credit: Via Shutterstock

Les Etats-Unis devraient envoyer un envoyé spécial au Nigeria pour aider à coordonner la protection de la population chrétienne et empêcher une déstabilisation supplémentaire dans la région, a déclaré l'ancien député Frank Wolf le jeudi 25 juin.

Wolf s'exprimait lors d'un point de presse sur la violence permanente à laquelle sont confrontés les chrétiens dans le pays, qui était organisé par l'organisation In Defense of Christians. L'ancien membre du Congrès a effectué 17 mandats en tant que représentant du 10e district du Congrès de la Virgine et a beaucoup travaillé sur les questions des droits de l'homme, du génocide et de la liberté religieuse.

"Une implosion du Nigeria déstabilisera les pays environnants", a déclaré M. Wolf. Il a décrit le peuple nigérian comme "criant à l'aide", et a déclaré que "la politique et les actions actuelles de l'ambassade américaine au Nigeria ont échoué" à protéger les groupes vulnérables.

Les extrémistes islamiques, a déclaré M. Wolf, ont tué plus de personnes au Nigeria que l'ISIS au Moyen-Orient, mais le sort des chrétiens nigérians fait l'objet de beaucoup moins d'attention. 

Un envoyé spécial dans la région du lac Tchad, située au nord-est du Nigeria, servirait à "coordonner la réponse à la crise" et à travailler avec les alliés pour mieux protéger les populations de la région. 

Mgr Matthew H. Kukah, du diocèse catholique de Sokoto, était également présent à la réunion. Il a déclaré que la situation au Nigeria découle d'une culture qui a dévalué le christianisme et ne se soucie plus de la foi. 

Comme les paysages géopolitiques et économiques ont changé, a dit l'évêque, de la place a été faite à la croissance des groupes extrémistes militants. 

"C'est le vide que [les extrémistes] exploitent - principalement un Occident qui est en retrait, en ce qui concerne le christianisme et les valeurs chrétiennes, un Occident dans lequel les diplomates et les hommes d'affaires sont loin de s'intéresser aux questions de foi, en particulier lorsqu'il s'agit du christianisme", a déclaré Mgr Kukah. 

Le gouvernement nigérian a donné "pas mal d'oxygène aux extrémistes islamiques par la nature [...] des nominations politiques qui ont été faites", a déclaré Mgr Kukah, dans ce qu'il a qualifié de "démonstration flagrante de népotisme et de favoritisme". “

Au Nigeria, pour la première fois dans l'histoire du pays, a expliqué Mgr Kukah, le président et tous les chefs de la sécurité sont musulmans, ce qui pourrait contribuer à l'absence d'action directe contre la violence religieuse croissante. "Nous avons le sentiment que si vous soulevez le voile, vous pouvez comprendre", a-t-il dit.  

Mgr Kukah a rejeté l'idée selon laquelle les groupes extrémistes sont importés au Nigeria depuis l'extérieur du pays et échappent donc au contrôle du gouvernement. 

"S'ils viennent de l'extérieur, comment expliquons-nous, en tant que chrétiens, que le ministre de l'intérieur soit musulman ? Quand le directeur général des douanes est musulman ? Quand le directeur général de l'immigration est un musulman", a-t-il demandé. 

"Quelqu'un doit être conscient de ce qui se passe", a déclaré Mgr Kukah. 

Au Nigeria, a déclaré Mgr Kukah, la population chrétienne est encore plus gênée par ce qu'il a appelé une "absence presque totale des médias". Il n'y a pas de station de radio ou de média chrétien, a-t-il dit, ce qui signifie qu'il est difficile pour les chrétiens de partager leurs histoires. 

En février, l'ambassadeur itinérant pour la liberté religieuse, Sam Brownback, a déclaré à CNA que le Nigeria était l'un des pays les plus préoccupants en matière de violations de la liberté religieuse. 

  1. Brownback s'est dit préoccupé par le fait que la situation au Nigeria va s'étendre aux pays voisins si rien n'est fait pour réprimer la persécution religieuse.

"Il y a beaucoup de gens qui se font tuer au Nigeria, et nous craignons que cela ne se répande beaucoup dans cette région", a-t-il déclaré à CNA. "C'est un problème qui est apparu sur mes écrans radar ces deux dernières années, mais surtout l'année dernière".

Brownback a exprimé sa frustration quant au fait que le gouvernement nigérian ne faisait pas assez pour protéger les groupes religieux.

"Je pense que nous devons pousser le gouvernement Buhari [le président nigérian Muhammadu] plus loin. Ils peuvent faire plus", a-t-il déclaré. "Ils ne traduisent pas en justice ces gens qui tuent des croyants. Ils ne semblent pas avoir le sens de l'urgence pour agir".

 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]