Les professionnels des médias en Afrique rendent un vibrant hommage à un prêtre américain qui a "épousé" les médias.

Feu Père Robert (Bob) Astorino qui a fondé l'Union of Catholic Asian News (UCA News). Il a joué un rôle consultatif dans la création de l'Agence catholique d'information pour l'Afrique (CANAA)
Credit: Domaine public

Le reste du monde pleure la disparition du père Robert (Bob) Astorino qui a "épousé le professionnalisme des médias" pour l'Église en Asie, en fondant l'Union of Catholic Asian News (UCA News) et en en étant le directeur exécutif pendant 30 ans. 

Mais en ce qui concerne le journalisme catholique en Afrique, on se souviendra du prêtre missionnaire de Maryknoll comme un mentor, l'homme qui a donné vie à un rêve conçu pour "permettre aux Africains de raconter leurs propres histoires au reste du monde".

Le père Astorino, originaire de New York, est décédé le jeudi 25 juin dans un hôpital de l'État de New York aux États-Unis à l'âge de 77 ans.

Sir Benedict Assorow, le rédacteur en chef du Catholic Standard au Ghana, a rencontré le prêtre de Maryknoll pour la première fois à la fin des années 1980, lorsqu'il a participé à l'Union de la presse en Europe.

"Le père Astorino m'a frappé par son sourire très jovial. Il débordait de positivité et il faisait des blagues qui nous ont longtemps fait rire", se souvient Ben, ajoutant qu'il avait fait une pinte pour prendre les coordonnées du prêtre lors de leur première rencontre et qu'il était resté en contact étroit avec lui.

Sir Assorow, qui a été directrice de la communication au Symposium des conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM), basé au Ghana, pendant plus de dix ans, a raconté sa rencontre avec le père Astorino dans une interview à l'ACI Afrique avant l'enterrement du prêtre de Maryknoll, le mardi 30 juin.

"Je me souviens aussi de lui pour son amour des cigarettes. Il adorait fumer et il avait toujours une tasse de café à la main. La plupart du temps, quand il s'asseyait pour écrire, il avait une cigarette au coin de la bouche et du café avec lui", se souvient Sir Assorow, qui dirige le Catholic Standard, l'hebdomadaire catholique national du Ghana, dont les évêques catholiques de ce pays d'Afrique de l'Ouest sont les actionnaires majoritaires.

Ils se sont rencontrés pour la deuxième fois en 2007 lors d'un événement à Rome. À l'époque, M. Assorow avait réfléchi à l'idée de créer un média de l'Église qui permettrait aux Africains de raconter leur propre histoire sur le continent qui connaissait une croissance constante de l'Église catholique.

"A cette époque, nous n'avions pas de plateforme de l'Eglise catholique qui racontait des histoires africaines par les Africains eux-mêmes. Les médias que nous consommions étaient présentés depuis l'extérieur de l'Afrique", dit-il et ajoute, "j'avais partagé l'idée avec certains de mes amis et il me fallait une force pour la réaliser".

C'est le père Astorino qui a lancé l'idée, en l'aidant à organiser des réunions à Rome, au Ghana et à Nairobi, au Kenya, où des plans ont été mis en place pour lancer la Catholic News Agency for Africa (CANAA), une agence de presse continentale qui donne la parole aux catholiques d'Afrique.

Jouant le rôle de conseiller dans la création de CANAA, le père Astorino a cherché à modeler CANAA pour UCA News, rappelle Sir Asssorow.

"Il en a fait une agence de presse indépendante, ne s'appuyant pas sur d'autres médias pour le contenu, mais avec du personnel dans un certain nombre de pays qui lui fournit suffisamment de contenu", dit-il en référence à UCA News, le plus grand service d'information catholique d'Asie, que le père Astorino a fondé en 1979.

Avec trois experts des médias sur le continent qui étaient bien ancrés dans le journalisme catholique, CANAA a démarré en 2013 et est devenue au fil du temps un point de référence pour les nouvelles de l'Église en Afrique. Parmi eux, Sir Assorow, qui a travaillé dans les services de communication des évêques au Ghana et au SCEAM, le père Don Bosco Onyalla, d’origine Kenyan, qui a une expérience diocésaine et nationale dans la mise en place d'un réseau de stations de radio au Soudan du Sud, et le père Patrick Tor Alumuku, d’origine nigérian, qui a travaillé au Service Afrique de Radio Vatican pendant plus de dix ans, entre autres.

Le père Don Bosco, prêtre du diocèse de Rumbek au Soudan du Sud, qui a été le premier coordinateur de CANAA, se souvient d'un gourou des médias qui a toujours soutenu la direction de l'agence de presse.

"Le missionnaire de Maryknoll en Asie a toujours exprimé sa disponibilité à partager sa sagesse acquise au cours de décennies de service dans les médias catholiques", déclare le père Don Bosco.

Il raconte un incident passé où, en tendant la main au père Astorino, le prêtre de Maryknoll a regretté qu'il ne soit pas disponible à ce moment-là et a promis de le joindre plus tard.

Après avoir été absent pendant quelques semaines, il a répondu : "Je suis ici pour reprendre notre conversation chaque fois que vous m'inviterez à le faire sur un sujet que vous souhaitez aborder", se souvient le père Don Bosco.

Le père Don Bosco, qui est devenu plus tard le directeur de l'Association pour l’Information Catholique en Afrique (ACI Afrique), un service d'information pour le continent africain, déclare à propos du père Astorino : "Je l'ai trouvé pragmatique dans ses approches et franc dans son discours".

Lors des deux réunions auxquelles ont participé le père Don Bosco et le père Astorino, le défunt prêtre a souligné la nécessité de disposer de ressources financières pour gérer les projets de l'Église. 

Dans l'une des nombreuses lettres que le père Don Bosco a reçues de son mentor, le père Astorino a écrit : "Le principal défi de CANAA en ce moment est d'obtenir les fonds dont elle a besoin pour se développer en tant que service d'information compétent et crédible. Sans argent, rien ne peut arriver. Pas d'argent, pas de paroles, comme disent les Chinois".

C'est un défi qui a conduit à l'effondrement de la création de Sir Assorow. Il déclare : "Je suis triste que CANAA soit morte parce que nous n'avions pas les fonds nécessaires pour la faire avancer.

Nous avions le soutien des évêques au sein du SCEAM, mais il nous manquait le soutien moral et financier du reste de l'Église".

Le Père Don Bosco atteste que de nombreuses personnes ont profité de la riche expérience du Père Astorino dans la supervision des médias catholiques "ayant un public important".

"Dans le processus de création de l'ACI Afrique, je trouve que le conseil du père Astorino d'avoir un personnel réduit au siège (HQ) est tout à fait pertinent", dit le prêtre au sujet de l'agence qu'il dirige depuis le mois d'août de l'année dernière.

À un moment donné, le rédacteur en chef de l'ACI Afrique a demandé au prêtre de Maryknoll comment procéder pour la rémunération du personnel d'un service d'information continental.

Sa réponse a été la suivante : "Assurez-vous de trouver la bonne personne pour chaque emploi et payez ce qu'il faut pour l'engager. C'est particulièrement important pour les personnes dont le poste implique directement des tâches journalistiques telles que la rédaction", se souvient le père Don Bosco.

Le père Astorino a également déclaré un jour qu'il avait appris de sa propre expérience de gestion des médias en Asie que le personnel à plein temps travaillant dans différentes parties du continent doit être payé en fonction de sa localité.

Dans un autre conseil prêtre du diocèse de Rumbek, le père Astorino a également conseillé : "Engager une personne non qualifiée comme rédacteur en chef juste parce que son salaire serait inférieur à celui d'une personne réellement qualifiée serait vraiment contre-productif pour l'ensemble du service d'information".

Il a tenu à souligner la nécessité d'avoir un "service d'information indépendant" qui puisse raconter l'histoire de l'Afrique dans une perspective de foi catholique", ajoute le père Don Bosco.

Il rappelle les conseils du père Astorino à cet égard : " CANAA ne devrait pas être liée au SCEAM si elle veut être respectée en tant que service d'information crédible, professionnel et indépendant. Si elle reste étroitement liée au SCEAM, elle ne peut être considérée que comme une entreprise de relations publiques des évêques africains".

Quant au père Alumuku, qui a fondé la télévision catholique du Nigeria (CTV), un réseau de télévision qui unit les chrétiens de la nation la plus peuplée d'Afrique, la nouvelle de la mort du père Astorino a été choquante.

"Je suis stupéfait par la nouvelle du décès du père Bob Astorino, prêtre et journaliste de renom", a déclaré le père Alumuku à l'ACI Afrique. 

Le père Alumuku, qui est également directeur de la communication dans l'archidiocèse catholique d'Abuja, se souvient d'avoir rencontré le père Astorino lors d'une des réunions en vue de la création de CANAA dans la capitale du Kenya, Nairobi. 

"Il (le père Astorino) avait une incroyable richesse d'expérience en matière de journalisme. Il est venu à Nairobi de Hong Kong où il travaillait à l'Union of Catholic Asian News (UCA)", déclare le père Alumuku, qui ajoute : "Ses formidables contributions ont éclairé la mise en place de l'agence de presse catholique africaine".

Né le 27 mai 1943, le père Astorino a fait ses études dans des écoles catholiques de sa ville natale de New York avant d'entrer à Maryknoll comme séminariste.

Après son ordination en 1970, le père Astorino s'est rendu à Hong Kong en 1971 et a participé au lancement du Bureau catholique de communication sociale de Hong Kong, dont il a été le directeur adjoint pendant plusieurs années.

Après avoir mené une étude de faisabilité sur les besoins d'information de l'Église en Asie, il a lancé UCA News en 1979 pour fournir des nouvelles à l'Église catholique en Asie, établissant finalement 14 bureaux de presse pour couvrir 22 pays.

Le père Astorino est connu pour avoir été le pionnier des médias catholiques en Asie et pour avoir encadré de nombreuses personnes dans le domaine du journalisme, celles qu'il a formées travaillant ensuite dans les communications catholiques et les médias laïques.

Son ministère dans le journalisme catholique a été reconnu par de hautes personnalités. Il a été membre du Conseil pontifical pour la communication sociale du Vatican. L'Association de la presse catholique aux États-Unis lui a décerné en 1998 le prix Bishop John England, qui récompense "les éditeurs qui ont utilisé la presse catholique pour défendre les droits de la religion et des individus dans une société libre".

Dans leurs messages de condoléances, les trois professionnels des médias en Afrique se souviennent d'un homme humble, généreux et jovial qui "s'est donné tout entier dans le domaine de la communication dans l'Eglise".

Dans ses remarques d'adieu au défunt prêtre missionnaire de Maryknoll, le fondateur de CTV, basé à Abuja, déclare : "Il a servi Dieu en écrivant, que Dieu écrive son nom dans le livre de la vie. ”


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]