Les évêques du Kenya : Malgré la COVID-19, "le devoir et l'obligation d'adorer Dieu reste indispensable"

Mgr Anthony Ireri Mukobo pendant la messe télévisée à la Basilique de la Sainte Famille à Nairobi, le dimanche 28 juin.
Credit: Domaine public

Les évêques catholiques du Kenya ont rappelé au peuple de Dieu de la nation d'Afrique de l'Est leur "devoir et obligation" de continuer à adorer Dieu malgré les restrictions due au COVID-19 et ont exhorté les familles à transformer leurs maisons respectives en "église domestique".

"Avec la fermeture des lieux de culte, nous pouvons penser que nous avons perdu notre sens de l'unité et la manière conventionnelle de pratiquer le culte... Nous devons reconnaître que même si nous ne pouvons pas nous réunir de manière habituelle, notre devoir et notre obligation d'adorer Dieu restent indispensables", déclarent les membres de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB) dans un message collectif lu à la fin de la messe télévisée, le dimanche 28 juin.

Dans leur déclaration lue par le président de la Commission de liturgie de la KCCB, Mgr Anthony Ireri Mukobo, les évêques du Kenya invitent les fidèles à réfléchir à la question suivante : "Comment Dieu veut-il que vous continuiez à entretenir des relations avec Lui en cette période de COVID-19 où les lieux de culte sont fermés ? »

Soulignant la nécessité pour les individus de trouver du temps pour méditer et parler à Dieu dans la prière, les prélats invitent les fidèles à se mettre à l'image des premiers chrétiens en disant : "Lorsque notre vie est influencée par la prière, nous nous efforçons d'aimer et de servir Dieu et nos voisins".

"Dans leur message du 28 juin, les évêques kenyans ont demandé au Pape Benoît XVI de faire de chaque foyer une église domestique.

En tant qu'Eglise domestique, les évêques disent que la famille est appelée "à proclamer, célébrer et servir l'Evangile de la vie" et ajoutent : "C'est ici que les parents et les personnes qui s'occupent des enfants transmettent les valeurs de l'Evangile - respect, amour, action de grâce, charité, pardon, endurance, désintéressement et générosité".

Qualifiant le foyer de "première école des vertus et valeurs de la foi", les évêques soulignent que les foyers devraient "être le premier lieu de culte" où les fidèles lisent les Saintes Écritures, chantent leurs hymnes préférés, récitent le chapelet et prient ensemble.

"Cher peuple de Dieu, une Église nationale renforcée est l'une des plus grandes retombées positives de COVID-19", a déclaré Mgr Mukobo, qui a présidé la messe télévisée à la Basilique de la Sainte Famille, à Nairobi, au nom des évêques du Kenya et a ajouté : "Nous avons tant perdu à cause de COVID-19 ; nous ne pouvons pas nous permettre de perdre notre foi, notre culte et nos valeurs familiales".

Les prélats appellent les jeunes et les enfants du Kenya à "apprécier" qu'ils sont eux aussi "une partie indispensable de la famille et de l'Église : vous êtes notre espoir".

Ils reconnaissent les défis auxquels les jeunes sont confrontés dans le cadre des restrictions de COVID-19 et leur rappellent qu'ils ne peuvent pas se permettre de perdre espoir et de laisser les réseaux sociaux, l'anxiété, l'ennui, la pression négative des pairs et les comportements destructeurs ruiner leur vie.

"N'utilisons pas le temps que nous avons sur des heures interminables à utiliser l'électronique de façon négative pour vous occuper", conseille Mgr Mukobo, qui est aussi l'Ordinaire du lieu du Vicariat apostolique d'Isiolo, aux jeunes du Kenya.

"Établissons plutôt des routines réalistes pour voir comment utiliser notre temps à bon escient ; je sais que vous êtes capables de faire des merveilles", a déclaré l'évêque kenyan le 28 juin.

Alors que nous créons une distance physique afin de ne pas propager le virus, les évêques du Kenya déclarent dans leur déclaration collective, "nous pouvons faire des œuvres de miséricorde envers nos voisins en les nourrissant et en les habillant. ”

"Il y a tant de choses que nous pouvons faire en ce moment ; nous devons simplement demander à l'Esprit Saint de nous inspirer", disent les évêques et proposent le défi suivant : "Pourrions-nous inspirer aux personnes qui souffrent l'espoir, la joie et le courage ? 

Ils remercient les professionnels de la santé pour leur rôle dans le contrôle de la propagation de la pandémie et les invitent à être "résilients et patients". "Les évêques appellent également le peuple de Dieu au Kenya à continuer à adhérer aux mesures de confinement due au COVID-19.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]