Ce que font les chefs d'église en Afrique australe pour lutter contre la violence basée sur le genre

Des militants protestent contre la violence basée sur le genre et le féminicide en Afrique du Sud.
Credit: Domaine Public

Les dirigeants de la Commission Justice et Paix (JPC) de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC) ont, dans un entretien avec ACI Afrique, fait part des mesures prises par les dirigeants des églises de la région pour lutter contre la violence basée sur le genre et les fémicides (VBGF) en Afrique du Sud, qui ont connu une forte augmentation ces derniers temps.

Dans l'interview du lundi 29 juin, le coordinateur de la JPC, le père Stan Muyebe, a déclaré à

ACI Afrique que les dirigeants de l'Eglise catholique dans le pays participent aux réformes du système judiciaire en cours en réponse "à la culture d'impunité qui prévaut autour des cas de viol et de féminicide".

"On a le sentiment que les gens n'ont pas peur de tuer ou de violer des femmes parce qu'il n'y a pas de conséquences visibles. Cela s'explique par les faibles taux de condamnation dans les affaires de viol et de féminicide, ainsi que par les peines légères infligées aux auteurs", a déclaré le père Stan, qui a ajouté : "Les femmes sont également réticentes à signaler les cas de viol en raison de la façon dont le système judiciaire traite ces affaires".

La Commission s'est associée aux Nations unies pour mener des recherches auprès des juges et des membres du personnel des tribunaux des délits sexuels récemment créés, afin d'identifier les contraintes et les obstacles à l'efficacité de ces entités juridiques, a déclaré le père Stan.

"Lorsque la recherche sera finalisée en août et septembre, nous utiliserons cette recherche pour organiser une plateforme de dialogue entre le gouvernement et les fonctionnaires de la cour", a déclaré le prêtre dominicain à ACI Afrique avant d’expliquer que, "Le dialogue cherchera à identifier les mesures qui doivent être prises pour remédier à l'efficacité limitée des tribunaux des délits sexuels".

L'Église et les Nations unies seront au premier plan de cette intervention, a-t-il ajouté.

Au niveau de la base, les membres de l'église et leurs dirigeants respectifs sont également impliqués dans les interventions du système judiciaire, les femmes catholiques des diocèses de Witbank et de Pretoria lançant un ministère de proximité auprès des victimes de viol, leur offrant un soutien spirituel et juridique avant et pendant les audiences du tribunal, a partagé le père Stan.

"Les études sur l'attrition ont établi que certaines des survivantes de viols abandonnent les poursuites pénales en raison du manque de système de soutien et des menaces des auteurs", a-t-il révélé et ajouté, "Les femmes catholiques ont réussi à offrir aux survivantes de viols l'accompagnement pastoral nécessaire pour faire face à l'attrition dans les cas de viols".

Considérant que la violence contre les femmes est "une question d'attitude et de comportement" qui ne peut être traitée de manière concluante par la seule réforme du système judiciaire, les dirigeants de l'Eglise d'Afrique du Sud participent également à la mobilisation pour le changement de comportement et de normes sociales, un élément clé du plan d'action national récemment publié pour mettre fin à la violence contre les femmes, a déclaré le père Stan.

"Plus de 80 % des Sud-Africains déclarent pratiquer une forme de religion.   Cela signifie que les auteurs sont très probablement des personnes qui fréquentent nos églises.  Il est donc important que les chefs religieux soient en première ligne pour s'exprimer et mettre les hommes de leurs églises au défi de mettre fin à la violence", a déclaré le père Stan lors de l'interview du 29 juin.

La JPC a lancé une initiative invitant "tous les hommes de foi" du pays à publier une vidéo sur les médias sociaux qui s'attaquent à la violence contre les femmes. 142 chefs religieux, dont des évêques et des prêtres catholiques ainsi que des pasteurs d'autres églises, y ont participé pendant les mois de mai et juin.

Le "défi vidéo" est le résultat d'un sommet national des Nations Unies et de la JPC de 2018 pour les chefs religieux appartenant à diverses confessions et religions qui ont identifié l'initiative comme l'une des "méthodes efficaces" contre la violence liée au sexe, a noté le coordinateur de la JPC.

Pour rendre l'initiative plus efficace, le Père Stan a déclaré qu'il est prévu d'organiser un programme de formation pour les leaders religieux afin de les équiper d'outils, d'incitations et de compétences basés sur l'Evangile pour inciter les hommes à mettre fin à la violence contre les femmes.  

JPC est également impliqué dans une campagne de mobilisation ciblant les hommes dans les tavernes et autres lieux de consommation de bière, un programme qui a été reconnu par l'ONU comme l'une des "stratégies les plus efficaces de mobilisation sociale autour de la violence liée au sexe".

"Les tavernes sont des espaces où des milliers d'hommes se retrouvent chaque semaine pour se rencontrer et boire de la bière.  En même temps, l'alcool est l'un des facteurs qui contribuent à la violence sexiste", a déclaré le père Stan à ACI Afrique, ajoutant : "Nous nous associons à des associations de propriétaires de tavernes.  Elles nous offrent une plate-forme pour venir dans les tavernes afin de discuter avec elles de questions concernant de vrais hommes".

 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]