Un prélat nigérian plaide pour l’arrête de brutalité pour donner une chance à la paix parmi les communautés en guerre

Mgr Ignatius Ayau Kaigama, archevêquede l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria.
Credit: Domaine public

Le conflit violent interethnique continu entre les communautés Jukun et Tiv au Nigeria est une préoccupation pour l'archevêque d'Abuja qui appelle les membres des deux groupes ethniques à mettre fin à la "brutalité mutuelle" et à se tendre "la main de la fraternité".

"Pourquoi les Tiv et les Jukun ne peuvent-ils pas, au nom de Dieu, arrêter la brutalité mutuelle, les stéréotypes, la perception intimidante de l'autre et se donner la main droite de la fraternité et faire ce pour quoi ils sont le plus connus, l'agriculture et la pêche, afin de pouvoir connaître la prospérité économique et une relation interpersonnelle saine", a déclaré Mgr Ignatius Ayau Kaigama de l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria, le dimanche 28 juin, lors d'une messe télévisée. 

Je prie pour qu'il soit possible que les politiciens, les prêtres ou les chefs traditionnels du Jukun regardent sincèrement ce peuple droit dans les yeux et disent : "Ce sont nos frères et sœurs faits à l'image et à la ressemblance de Dieu, nous ne leur ferons aucun mal", a déclaré l'archevêque dans son homélie.

Il a poursuivi : "Je prie également pour que les parties prenantes de Tiv puissent regarder avec amour, le peuple Jukun dans les yeux, et dire, nous vous aimons et vous respectons avec l'amour de Dieu parce que vous êtes nos frères et sœurs".

Principalement situés dans l'État de Taraba au Nigeria, les membres des communautés Jukun et Tiv ont connu des conflits violents récurrents depuis 1959, des rapports indiquant que les crises sont basées sur des conflits de propriété et de contrôle des terres. 

Le clergé du diocèse de Jalingo, sur le territoire de l'État de Taraba, a récemment déploré les multiples cas de violence dans leur juridiction pastorale et a appelé toutes les parties en conflit à donner une chance à la paix. 

Dans son homélie du 28 juin, Mgr Kaigama, qui appartient au groupe ethnique Jukun, a déclaré : "Les Jukun et les Tiv de l'État de Taraba, d'où je viens, se sont inutilement disputés pendant des décennies. Ils se donnent des coups mortels en s'infligeant mutuellement de graves blessures, en exterminant des vies innocentes et en créant des difficultés économiques pour les populations déjà pauvres".

Malheureusement, chaque groupe s'efforce de prouver qu'il est la victime et non l'agresseur. Pourtant, on dit : "Des villageois de Jukun et Tiv brûlés ou des gens de Jukun et Tiv tués" ; je me demande si les extraterrestres de l'espace sont responsables", a demandé le prélat.

Pour aller de l'avant, l'archevêque qui a noté que la violence a été provoquée par des disputes sur des "terres agricoles fertiles" a exhorté le gouvernement du Nigeria à "lancer des projets agricoles dans la zone touchée et à équiper les jeunes d'outils agricoles modernes qui les occuperont".

Cela, a déclaré Mgr Kaigama, "favorisera le progrès économique, l'intégration sociale et la coexistence pacifique".

S'adressant aux peuples Jukun et Tiv qui "prétendent être chrétiens", le prélat nigérian a qualifié leurs actes les uns contre les autres de "non chrétiens".

"Vous ne pouvez pas être chrétien et faire le genre de choses que nous voyons se faire", a déclaré Mgr Kaigama, qui a exprimé sa préoccupation quant au fait que la "relation empoisonnée" entre les membres des communautés est transmise aux jeunes générations. 

Soulignant l'unité entre les membres des communautés en guerre, Mgr Kaigama a déclaré : "Il est possible pour les Jukun et les Tiv de s'unir, de vivre et de travailler ensemble de manière heureuse et fructueuse".

Il a ajouté : "S'il vous plaît mes frères, Jukun et Tiv, Tiv et Jukun, nous pouvons nous unir. Surmontez cette tendance malsaine et rétrograde et avancez dans la foi". 

"Que Dieu vous bénisse, Jukun et Tiv, et que vous restiez dans la paix et le bonheur tous les jours de votre vie", a conclu l'archevêque. 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]