Le sort de plus de 400 femmes dans les groupes d'épargne en RD Congo préoccupent les salésiens

Membres de l'Association Villageoise d'Epargne et Crédit (AVEC), partenaire des Salésiens pour aider les femmes vulnérables en RDC.
Credit: Domaine public

Le sort de plus de 400 femmes en République démocratique du Congo (RDC) qui ne peuvent plus remplir leurs obligations financières dans leurs groupes d'épargne et de crédit respectifs en raison des restrictions imposées par la COVID-19 est une source de préoccupation pour les Salésiens de Don Bosco (SDB) qui servent dans ce pays d'Afrique centrale.

Les femmes font partie des 20 groupes gérés par l'Association Villageoise d'Epargne et Crédit (AVEC) qui est partenaire des Salésiens du Don Bosco Center dans l'archidiocèse de Bukavu, situé à l'est de la RDC.

"Ces associations sont un moyen efficace pour permettre aux membres de mieux se préparer économiquement à une catastrophe telle que COVID-19", a déclaré la direction de Don Bosco Center dans un rapport publié par Mission Newswire, le service d'information officiel des Missions salésiennes.

Dans le rapport du 29 juin, la direction ajoute : "Malheureusement, la plupart des membres vivent au jour le jour et utilisent l'argent du groupe AVEC pour des activités qui ne garantissent guère plus que leur survie.

Les restrictions imposées par la COVID-19 depuis le 19 mars, qui interdisent les rassemblements de plus de 20 personnes, ont affecté les groupes dont les membres individuels se situent entre 20 et 45 personnes. Certains groupes ont totalement suspendu leurs activités tandis que d'autres ont réduit le nombre de participants.

En conséquence, les membres ont actuellement des difficultés à rembourser leur crédit ou à mettre quelque chose de côté, déclare la direction des Salésiens qui ajoute : "Pour des raisons de sécurité, certains ont suspendu leurs activités génératrices de revenus même s'ils ont un crédit à rembourser. D'autres donnent la priorité aux coûts de la nourriture".

Parmi les femmes touchées, on trouve Adidja Sikambwe, 53 ans, qui vend des bananes frites dans la rue et dont les revenus ont diminué en raison des restrictions imposées par le COVID-19 qui ont limité sa clientèle.

Son entreprise risquant la faillite compte tenu des besoins plus pressants pour assurer la survie de sa famille, Sikambwe ne peut ni rembourser son crédit auprès du groupe AVEC ni faire d'économies, rapporte la direction des Salésiens.

Le non remboursement de son prêt, observent les Salésiens, aura des répercussions économiques sur les autres membres de son groupe, car il n'y aura pas suffisamment de fonds pour répondre aux demandes des autres personnes ayant besoin d'un crédit. L'ensemble du groupe risque la faillite. "Beaucoup de femmes qui cherchent à rejoindre les groupes AVEC et sont soutenues par le Don Bosco Center étaient déjà dans des situations désespérées avant le début de la pandémie et sont maintenant poussées à une plus grande vulnérabilité", a déclaré le directeur des Missions salésiennes, la branche américaine de développement des Salésiens de Don Bosco, le père Gus Baek.

Il ajoute : "Le Don Bosco Center aide ces femmes et leurs familles en répondant à leurs besoins fondamentaux et en leur fournissant une éducation et un soutien social. L'objectif est d'aider ces femmes à se rétablir et à avoir un revenu propre pour donner à leurs enfants l'espoir d'un avenir meilleur".

Les membres des SDB qui exercent leur ministère en RDC depuis plus d'un siècle ont tenu à ce que les enfants les plus vulnérables de la nation centrafricaine ne soient pas oubliés.

Entre-temps, les membres des SDB qui exercent leur ministère en Éthiopie se sont associés à l'Aide à l'Église en Détresse (AED) internationale pour encourager l'apostolat des jeunes et des familles. Ce partenariat implique une subvention de 16 705 dollars US fournie par AED, l'organisation caritative internationale catholique de 73 ans qui existe pour "soutenir les fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou dans le besoin, par l'information, la prière et l'action".

Les salésiens ont une base à Notre-Dame Auxiliatrice, la paroisse d'Adwa dans le diocèse d'Adrigat, dans le nord de l'Éthiopie. Ils s'occupent d'une communauté de quelque 220 fidèles catholiques, dont la plupart vivent "au jour le jour".

"Le revenu mensuel moyen de la plupart des familles équivaut à entre 35 et 70 dollars américains, ce qui suffit à peine pour survivre. En outre, les familles connaissent de nombreux problèmes et ont besoin de beaucoup de soutien", a déclaré la direction de l'AED le mardi 30 juin en référence aux fidèles catholiques de la paroisse d'Adwa en Éthiopie.

"Les salésiens fondent leur travail sur trois piliers principaux : l'aide aux enfants, aux jeunes et aux familles. C'est un travail d'une importance cruciale, et AED propose d'apporter une contribution de 14 875 euros pour l'année en cours", a déclaré la direction d'AED dans le rapport du 30 juin.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]