A la rencontre d’une religieuse kenyane qui cherche à donner un souffle de vie à la recherche universitaire

Sr. Pr. Agnes Lucy Lando, directrice de la recherche et des études de troisième cycle à l'université Daystar au Kenya.
Credit: Sœurs de Marie de Kakamega (SMK).

Sœur Agnes Lucy Lando comprend les difficultés de la recherche dans les universités grâce à ses 14 années d'enseignement dans des établissements d'enseignement supérieur kenyans et à son accession au rang de professeur.

Récemment nommé directeur de la recherche et des études de troisième cycle à l'Université Daystar, l'une des principales universités du Kenya, dont le siège est à Nairobi, la capitale du pays, Sr. Lando n'a pas eu la tâche facile pour se frayer un chemin jusqu'à la direction de l'université.

Le manque de financement et la lourde charge de travail qui pèse sur les donateurs, qui sont censés enseigner, mener des recherches et s'engager dans le service communautaire avec peu de motivation, sont quelques-uns des défis qui entravent la recherche dans les établissements d'enseignement supérieur kenyans.

La situation, selon le membre de la Congrégation religieuse des Sœurs de Marie de Kakamega (SMK), ne fait qu'empirer lorsqu'il s'agit d'universités privées.

"Contrairement aux universités publiques, les universités privées n'ont pas accès aux ressources publiques et lorsqu'il s'agit de concours pour obtenir des fonds pour mener des recherches, les personnes issues des universités publiques sont, pour une raison quelconque, prioritaires. Les universitaires des universités privées doivent travailler très dur lorsqu'ils recherchent des fonds", dit-elle.

Les institutions gouvernementales qui cherchent à engager des universitaires en particulier ont également tendance à aller dans les universités publiques, explique le professeur Lando.

La charge de travail a également tendance à être plus lourde dans les universités privées que dans les universités publiques, ce qui oblige les chercheurs des établissements d'enseignement supérieur privés à se sacrifier davantage pour consacrer du temps à des recherches utiles.

"Regardez la situation du COVID-19 par exemple", dit-elle, et ajoute : "Les professeurs des universités publiques sont partis pour des engagements personnels alors que le reste d'entre nous, dans les universités privées, n'ont jamais eu de répit depuis l'apparition du virus et le confinement qui l'a suivi. En fait, tout ce que nous avons dû faire très vite, c'est de migrer en ligne où nous avons continué les cours".

Dans la catégorie des universités privées, celles qui sont gérées par l'Église catholique ont l'avantage d'être financées par des organisations qui soutiennent les chercheurs au sein de l'Église, selon le professeur catholique qui est également président du comité d'examen éthique de l'Université Daystar et président du forum des chanceliers de l'Université Daystar.

"Les universités catholiques ne se battent pas comme les autres universités privées en termes de financement. Elles sont financées par le Vatican et par de nombreuses autres organisations religieuses", dit-elle.

Elle fait cependant l'éloge des évêques du Kenya dans le cadre de leur forum collectif, la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB), qui fournit des fonds aux chercheurs, quel que soit leur lieu d'enseignement.

"L'Université Daystar n'est pas (a) une institution catholique mais le KCCB a toujours financé mes projets de recherche. Les évêques ne font pas de ségrégation lorsqu'ils accordent des fonds de recherche", dit-elle.

Aujourd'hui, le membre de la SMK est un modèle de zèle dans le domaine universitaire et dans les couloirs de recherche du Kenya. Elle est consultante en recherche auprès de personnes et d'organisations clés de la région, loin de ses fonctions officielles à l'université Daystar.

En octobre 2016, elle est devenue la première Africaine à être élue au conseil d'administration de l'Association internationale de communication (AIC), une association académique de plus de 40 000 universitaires provenant d'au moins 80 pays.

Avec plus de 50 publications, dont des articles de revues à comité de lecture, des livres, des chapitres de livres et des introductions de livres, la pétillante professeure est la plus publiée parmi ses pairs à l'université et n'a de rivale que le vice-chancelier de l'université, le professeur Laban Ayiro.

Environ une semaine après avoir passé l'entretien pour son poste actuel, la religieuse avait suffisamment de temps pour demander le financement de deux propositions de recherche et elle avait déjà des fonds pour l'une d'entre elles lorsqu'elle s'est adressée à ACI Afrique le vendredi 26 juin.

"Grâce à la pression exercée par le vice-chancelier, qui m'a fait embrasser cette fonction avec audace et passion, j'ai reçu la nomination en courant", a déclaré Sœur Lando dans son mot d'acceptation qui a suivi sa nomination le 15 juin.

"Je me suis présenté à l'interview le vendredi 12 juin 2020. Et le 19 juin 2020, j'ai tenté d'obtenir deux bourses de recherche auprès de la KFC (Kenya Film Commission)", a-t-elle déclaré dans la note qu'elle a partagée avec ACI Afrique.

La première recherche, "Examiner l'étendue de la connaissance et de la pratique des droits des artistes kenyans" a déjà valu à l'Université Daystar le prix KES. La seconde, "Comment la commission du film du Kenya peut-elle faire avancer l'agenda des bonnes nouvelles", devrait être financée au cours du nouvel exercice financier, qui débutera en juillet 2020. 

"C'est en effet une grande faveur de Dieu ! Je prie pour que ce soit une indication des grandes merveilles que le bon Dieu va accomplir à la Direction de la recherche", dit-elle, exprimant son optimisme dans son nouveau rôle après avoir servi au Département de communication de l'Université Daystar pendant les 12 dernières années.

Un professeur de communication et d'études médiatiques, Sr. Lando, une ancienne élève de l'Université pontificale grégorienne de Rome, dit qu'elle n'est jamais liée par sa spécialisation lorsqu'elle mène des recherches, mais qu'elle explore d'autres domaines.

"Je suis une érudite et en tant qu'érudite, je fais des recherches sur tout ce qui me semble devoir être approfondi, en particulier dans les sciences sociales", dit-elle, ajoutant que ses enquêtes précédentes ont porté sur le leadership et même les mathématiques.

Pour relever le défi du financement, l'universitaire d'origine kenyane encourage les chercheurs à élaborer des propositions de recherche de pointe qui suscitent l'intérêt d'organismes de financement potentiels.

Elle insiste également sur la recherche collaborative et encourage les novices du monde universitaire à se mettre en contact avec de grands noms du domaine qui n'ont aucun problème à obtenir des financements.

"Cherchez toujours des occasions de travailler sur des projets de collaboration. Parfois, vous devenez le chercheur principal, parfois le second et ainsi de suite. Certains grands noms du monde universitaire sont toujours à la recherche de chercheurs pour travailler avec eux", dit-elle, ajoutant que dans l'une de ses récentes enquêtes au Rwanda, elle a été recrutée par une équipe de chercheurs de l'université du Maryland, basée aux États-Unis, qui disposait de toutes les ressources nécessaires à la recherche.

Le professeur catholique décourage les donateurs d'être attirés par les entreprises à rendement rapide et de négliger la recherche, considérée comme "très peu gratifiante".

"La recherche dans nos universités continue de souffrir parce qu'elle est très peu gratifiante. Elle est très coûteuse et prend beaucoup de temps. C'est un travail lourd et donc peu attrayant pour nos professeurs qui cherchent des moyens plus rapides de gagner de l'argent", dit-elle.

Le professeur Lando, qui supervise la création de la télévision Ukweli pour l'Église catholique au Kenya, ajoute : "Il est plus facile pour un professeur d'enseigner dans différentes universités et d'élargir ses sources de revenus que de s'engager dans la recherche".

Sa vision pour l'université Daystar, où elle témoigne de sa foi catholique, est de placer la recherche au centre de toutes les activités de l'université après son mandat de trois ans en tant que directrice de la recherche et des études de troisième cycle.

"D'ordinaire, l'enseignement a toujours été le numéro un dans les universités kenyanes, passant toujours avant la recherche et le service communautaire", dit-elle et ajoute, "C'est ma prière et mon espoir qu'à la fin des trois années, nous aurons réussi à avoir comme fonctions principales dans l'ordre la recherche, l'enseignement et le service communautaire. Pour que la recherche éclaire notre enseignement et notre service à la communauté. La recherche rend une université active. Et c'est là notre objectif".

Sa passion pour la recherche, dit-elle, est fondée sur sa quête de la vérité et sur la connaissance que la Bible est fondée sur la vérité.

"La recherche est une organisation systématique vers une conclusion logique et la poursuite de la vérité. La recherche de la vérité est le fondement de la Bible", dit le professeur Lando, et explique : "La recherche est très biblique. Elle part du livre de la Genèse qui met en évidence comment Dieu a créé tout de manière systématique".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]