Les évêques européens appellent l'UE à soutenir les chrétiens persécutés au Nigeria

Le cardinal Jean-Claude Hollerich, archevêque de Luxembourg, au Vatican, le 5 octobre 2019.
Credit: Daniel Ibáñez/CNA

Le président de la commission épiscopale européenne a promis aux chrétiens persécutés au Nigeria qu'il plaiderait pour un soutien accru de l'Union européenne. 

Le cardinal Jean-Claude Hollerich, qui dirige la Commission des conférences épiscopales de l'Union européenne (COMECE), a écrit une lettre aux évêques nigérians, déclarant que la Commission plaidera pour une assistance de l'UE et une coopération avec les autorités nigérianes afin de lutter contre la violence et les persécutions. 

Le cardinal a exprimé sa solidarité avec les communautés chrétiennes nigérianes qui, a-t-il écrit, "vivent une situation d'attaques continues par des terroristes, des insurgés et des milices, qui dans certains cas atteignent des niveaux de véritable persécution criminelle", selon une déclaration de la Commission européenne du 2 juillet.

On estime à 6 000 le nombre de chrétiens nigérians tués depuis 2015, principalement par des bergers Boko Haram et des militants peuls, rapporte la Commission européenne.

Plus de 600 chrétiens ont été tués à ce jour en 2020, selon un rapport de la Société internationale pour les libertés civiles et l'État de droit (Intersociété) du 15 mai. Des chrétiens ont été décapités et incendiés, des fermes ont été incendiées, et des prêtres et des séminaristes ont été ciblés pour des enlèvements et des rançons.

Une attaque de Boko Haram sur un village de l'État de Borno, au nord-est du Nigeria, a fait au moins 81 morts le 9 juin. Cette attaque est la dernière en date d'un groupe islamiste qui s'en prend à la population chrétienne du pays. Au début du mois de juin, un pasteur chrétien et sa femme enceinte ont été tués dans leur ferme dans la région du nord-est du pays.

En janvier, des militants ont kidnappé quatre séminaristes catholiques du séminaire du Bon Pasteur à Kaduna, tuant l'un d'entre eux, Michael Nnadi. Le 1er mars, le prêtre nigérian David Echioda a été kidnappé par des hommes armés après avoir célébré la messe dominicale, mais il a été libéré quelques jours plus tard.

La Commission des conférences épiscopales européennes a appelé les États membres de l'UE à "accroître leurs efforts afin de mettre fin à la violence au Nigeria, de traduire les criminels en justice, de soutenir les victimes et de promouvoir le dialogue et la paix", selon la déclaration de la

COMECE.

En mai 2020, les évêques ont "exhorté la communauté internationale à utiliser les instruments diplomatiques, politiques et financiers pour aider les autorités nigérianes à mettre fin à la violence, à traduire les criminels en justice, à soutenir les victimes et à inclure pleinement les chrétiens (47% de la population nationale) dans toutes les structures de l'État et à tous les niveaux de l'administration - y compris la police et les forces armées".

Les dirigeants des États-Unis ont également appelé à soutenir davantage les chrétiens du Nigeria. Le 25 juin, l'ancien député Frank Wolf a déclaré que les États-Unis devraient envoyer un envoyé spécial au Nigeria pour coordonner la protection de la population chrétienne et empêcher une nouvelle déstabilisation de la région.

En février, l'ambassadeur itinérant des États-Unis pour la liberté religieuse, Sam Brownback, a déclaré à l'ANC que le Nigeria était l'un des pays les plus préoccupants en matière de violations de la liberté religieuse. 

  1. Brownback a déclaré qu'il craignait que la situation au Nigeria ne s'étende aux pays voisins si rien n'était fait pour réprimer la persécution religieuse.

"Il y a beaucoup de gens qui se font tuer au Nigeria, et nous craignons que cela ne se répande beaucoup dans cette région", a-t-il déclaré à l'AED. "C'est un problème qui est apparu sur mes écrans radar ces deux dernières années, mais surtout l'année dernière".

Le cardinal Hollerich a déclaré qu'il était particulièrement inquiet pour les personnes qui sont forcées de quitter leur foyer en raison de la violence accrue au Nigeria. Il a déclaré qu'il était important que l'Europe les accueille et les protège.

"Mes pensées et mon cœur sont avec les nombreux jeunes qui sont obligés de quitter le pays à cause de la violence et du manque de perspectives socio-économiques", a déclaré M. Hollerich.

 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]