Panélistes Africains : Les médias sociaux seront un service essentiel pour l'Église après la COVID-19

Lors d'une réunion virtuelle ciblant l'Afrique francophone, organisée pour explorer les moyens par lesquels les médias peuvent servir au mieux l'Église en Afrique dans le contexte des défis posés par la COVID-19, les panélistes ont déclaré que les médias sociaux, qui ont été largement utilisés pendant la pandémie, continueront d'être engagés après le coronavirus.

Organisée par l'Union de la presse catholique africaine (UCAP), la convention du vendredi 3 juillet a suivi celle qui s'était tenue une semaine plus tôt en ciblant l'Afrique anglophone.

"La pandémie du COVID-19 a imposé à l'Eglise catholique et aux fidèles un nouveau comportement qui ne disparaîtra pas de sitôt. Malgré le deconfinement, les médias sociaux ont toujours leur place dans la communication de l'Eglise", a déclaré le secrétaire général adjoint de l'UCAP, Paul-Miki Roamba, lors de son discours d'ouverture lors de l'événement du 3 juillet.

Le journaliste burkinabé a déclaré que la mesure de cofinrment visant à minimiser les infections du COVID-19 sur le continent "a permis à l'Eglise et aux chrétiens de découvrir ce nouveau moyen de communication sans rencontres physiques".

"Étant donné l'importance des médias sociaux dans l'Église pendant cette crise, ils seront encore utiles même après la pandémie du COVID-19 car il sera difficile pour l'Église et les chrétiens de se séparer de ce moyen de communication qui les a réunis", a expliqué Paul-Miki, journaliste à Radio Ouaga au Burkina Faso.

Il a ensuite mis en évidence les différents médias sociaux qui ont été utilisés pendant la pandémie en disant : "Grâce à l'utilisation de Facebook par l'église, des millions de chrétiens ont pu suivre la messe et d'autres enseignements de l'église pendant le confinement ; grâce à WhatsApp, les fidèles ont reçu des lectures et des messages quotidiens".

Sous le thème "Le rôle des nouveaux médias dans le service de l'Église pendant et après COVID19", la session virtuelle de l'après-midi du 3 juillet a rassemblé des panélistes de différents pays francophones d'Afrique.

Daniele Babooram, une journaliste catholique basé à l'île Maurice, a également pris la parole lors de l'événement. Elle a fait remarquer que les médias sociaux ont offert au peuple de Dieu "des opportunités pour une nouvelle évangélisation".

"COVID-19 a fait vivre les citoyens dans la peur de l'inconnu", a-t-elle déclaré en se référant à son expérience à l’ile Maurice et a ajouté : "L'Eglise est intervenue par le biais des médias sociaux avec le cardinal Piat en appelant les fidèles à rester calmes dans la prière et la solidarité".

Un autre panéliste, Stanislas Saralta, a conseillé aux journalistes catholiques "d'identifier les plateformes de médias sociaux populaires dans leurs pays respectifs, de créer une audience virtuelle, d'identifier des personnes ressources et des fans, de créer un projet, de choisir les moyens de communication, de créer une campagne et, après évaluation et partage des résultats obtenus avec votre communauté virtuelle. ” 

Le journaliste basé au Tchad a ajouté : "Les journalistes catholiques en Afrique devraient donner la priorité aux plateformes de médias sociaux populaires afin de mobiliser des ressources humaines et financières". 

Pour Tina Ngoie Divita, qui est basée en République démocratique du Congo (RDC), "Pour utiliser efficacement les médias sociaux, il est nécessaire de comprendre (à la fois) leur nature (et) aussi de s'assurer qu'ils sont utilisés de manière responsable".

La journaliste congolaise a souligné la nécessité d'un engagement responsable des médias sociaux en disant : "Nous devons faire preuve de respect et de responsabilité envers la vie privée et la réputation des individus".

Elle a mis en garde contre la désinformation et la désinformation en disant : "Avec la quantité d'informations reçues des plateformes de médias sociaux, il est important que les journalistes catholiques fassent toujours une certaine vérification avant de publier ou aident le public à vérifier la véracité d'une information circulant sur les médias sociaux. ”

Pour sa part, le président de l'UCAP, George Sunguh, né au Kenya, a encouragé les journalistes catholiques "à être très proches de notre église mère".

"Donnons tout le soutien possible, de nos perspectives personnelles et professionnelles à l'église", a déclaré M. Sunguh, ajoutant, en référence au peuple de Dieu, "Nous pouvons travailler très étroitement avec nos diocèses et paroisses pour les aider à présenter les informations de manière professionnelle afin que nous puissions atteindre nos fidèles avec des informations qui ne soient pas fausses ; l'église dépend de nous en particulier pour les nouvelles sur la pandémie du COVID-19".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]