L’épiscopat d'Afrique australe rendent hommage à l'icône de l’anti-apartheid pour l'héritage de la démocratie et de l'égalité

L'icône anti-apartheid de l'Afrique du Sud, Andrew Mlangeni, décédé le 22 juillet.
Credit: Public Domai

Les évêques catholiques d'Afrique australe ont rendu hommage au feu Andrew Mlangeni, l'icône de l’anti-apartheid qui a participé au procès Rivonia de 1963-1964 aux côtés de Nelson Mandela, en l'applaudissant pour sa contribution à la démocratie et à l'égalité en Afrique du Sud.

Mlangeni est décédé le mercredi 22 juillet dans un hôpital militaire de la capitale du pays, Pretoria. Il avait 95 ans.

Dans son Tweet du 22 juillet annonçant la mort de M. Mlangeni, dernier survivant du procès pour trahison de Rivonia, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a déclaré : "Sa mort signifie la fin d'une histoire générationnelle et place notre avenir entre nos mains". 

Les membres de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC) ont exprimé leurs "sincères condoléances à la famille Mlangeni et à l'ensemble du peuple sud-africain pour la disparition de M. Andrew Mlangeni". ”

Dans leur déclaration collective du mercredi 22 juillet obtenue par ACI Afrique, les membres de la SACBC disent en référence à M. Mlangeni : "En tant qu'Eglise catholique, nous l'applaudissons pour sa contribution à l'avènement d'une Afrique du Sud démocratique où tous les peuples sont égaux. Nous reconnaissons avec gratitude le sacrifice qu'il a fait dans sa vie personnelle pour réaliser l'idéal d'une société égalitaire,"

Les prélats remercient Dieu d'avoir offert à M. Mlangeni une longue vie, "permettant ainsi à l'Afrique du Sud de bénéficier de sa sagesse d'ancien pour aider à établir une démocratie mature dans notre pays".

"Nous reconnaissons la contribution de sa génération à la liberté dont tous jouissent aujourd'hui dans notre pays. Son décès est un moment historique pour le peuple sud-africain", déclarent les évêques dans leur déclaration collective signée par le président de la SACBC, Mgr Sithembele Sipuka.

La vie et le service de M. Mlangeni, disent encore les évêques, "est un défi pour tout notre peuple et nos dirigeants pour faire avancer notre pays dans l'esprit de sacrifice et de service, dont témoigne la vie généreuse de ce héros".

"Malgré la pandémie du COVID-19, nous continuerons à célébrer la vie d'Andrew Mlangeni dans nos cœurs", déclarent les évêques, ajoutant : "Nous souhaitons transmettre nos condoléances particulières au président Cyril Ramaphosa pour la perte de cette icône de notre nation".

"Que l'âme de M. Andrew Mlangeni repose en paix", concluent les membres de la SACBC.

Né dans le township de Soweto, en Afrique du Sud, dans l'archidiocèse de Johannesburg en juin 1925, M. Mlangeni a rejoint l'aile jeunesse du Congrès national africain (ANC) au début des années 1950.

Selon sa biographie de 2017, The Backroom Boy, M. Mlangeni a fait partie des premiers groupes de militants anti-apartheid à être envoyés en Chine pour un entraînement militaire au début des années 1960.

Il retourne en Afrique du Sud en 1963 et devient membre du haut commandement du mouvement armé de l'ANC, Umkhonto we Sizwe.

Déguisé en prêtre, il parcourait le pays en recrutant des jeunes pour les envoyer à l'étranger suivre une formation militaire jusqu'à ce que ses alliés et lui-même soient arrêtés pour trahison et soumis au procès de trahison de Rivorian, du nom de la banlieue de Johannesburg où les dirigeants de l'ANC ont été arrêtés.

Ce procès de huit mois a permis de porter la lutte contre l'apartheid à l'attention du monde entier.  

Avec son allié Nelson Mandela et quatre autres personnes, ils ont été condamnés à la prison à vie pour sabotage. M. Mlangeni a purgé sa peine de prison pendant 26 ans avant d'être libéré.

Avec la réalisation de la démocratie en Afrique du Sud, M. Mlangeni a été membre du Parlement de 1994 à 1999 sous la présidence de son allié, Nelson Mandela de l'ANC.

Parmi les récompenses que M. Mlangeni a reçues pour son rôle dans la réalisation de la démocratie dans le pays, on peut citer la plus haute distinction de l'ANC, Isithwalandwe Seaparankwe, décernée en 1992, et l'Ordre présidentiel pour service méritoire décerné par le président de l'époque et son plus proche allié, Nelson Mandela.

Sur le plan international, M. Mlangeni a reçu le prix Freedom of the City of London en 2018.

"La mort a privé le peuple sud-africain de l'un de ses meilleurs fils, qui accordait plus d'importance à la liberté de son peuple qu'à sa propre vie et à son confort personnel", a déclaré la direction de l'ANC mercredi 22 juillet.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]