Caritas Zambie forme les journalistes sur les méthodes agricoles indigènes, le changement climatique et la nutrition

:Les journalistes venus de différentes régions de Zambie qui ont suivi une formation aux médias organisée par Caritas Zambie.
Credit: Caritas Zambie

Les journalistes venus de diverses régions de Zambie ont suivi une formation aux médias organisée par Caritas Zambie, la branche humanitaire et de développement des évêques catholiques de Zambie.

La formation de deux jours qui s'est achevée mercredi 29 juillet visait à doter les journalistes des compétences nécessaires pour faire des reportages sur le changement climatique, la politique semencière et la nutrition dans ce pays d'Afrique australe, a déclaré un responsable de Caritas Zambie à ACI Afrique dans une interview.

Organisée dans la capitale du pays, Lusaka, la formation avait également pour but d'encourager les journalistes du pays à soutenir les techniques agricoles indigènes, qui sont menacées par les entreprises commerciales de semences et d'intrants agricoles, a déclaré le directeur de Caritas Zambie, Eugene Kabilika, à ACI Afrique, mercredi 29 juillet.

« Il y a eu un intérêt croissant pour les semences de la part des entreprises qui sont intéressées par les profits au détriment de nos agriculteurs. Les agriculteurs sont encouragés à se procurer des semences auprès de ces entreprises et à recourir à des produits chimiques agricoles qui endommagent les sols et menacent la sécurité alimentaire du pays » a déclaré M. Kabilika.

Par conséquent, selon le directeur de Caritas Zambie, les lois qui sont en train d'être adoptées dans le pays pour réglementer l'acquisition des semences limitent l'accès aux petits agriculteurs qui, selon lui, ont, pendant des années, partagé entre eux les semences à planter.

L'Eglise, ainsi que la société civile qui disent non à ces lois n'ont pas voix au chapitre, a déclaré M. Kabilika à ACI Afrique, soulignant la nécessité de former des journalistes qui raconteront désormais des histoires du point de vue de l'Eglise et de la société civile.

« "Nous voulons raconter nos propres histoires, celles des agriculteurs indigènes qui ont échangé des semences pendant des années et obtenu d'énormes récoltes sans avoir recours aux produits chimiques agricoles » a déclaré le responsable de Caritas, ajoutant : « Il existe de nombreuses histoires de réussite de ce type, mais elles ne sont pas mises en évidence. Ce sont plutôt les histoires sur l'intérêt du monde des entreprises qui sont au centre des reportages. »

La formation qui a débuté le mardi 28 juillet a été dispensée en partenariat avec Participatory Ecological Land Use Management (PELUM) Zambie, une organisation non gouvernementale qui donne des moyens d'action aux petits agriculteurs des communautés rurales de Zambie, Livelihoods and Climate Change in Caritas Zambia et CSO SUN, un mouvement d'organisations de la société civile qui s'efforce de faire figurer la nutrition dans le programme de développement national de ce pays d'Afrique australe.

S'adressant à ACI Afrique en marge de la formation, le spécialiste des programmes sur les moyens de subsistance et le changement climatique de Caritas Zambie, Musamba Mubanga a fait remarquer que Caritas Zambie ne reçoit pas de soutien des médias.

« Il y a un manque de connaissances sur certaines des questions critiques concernant le changement climatique, la politique semencière et la nutrition. Par conséquent, si nous voulons nous assurer que notre plaidoyer atteint son but, nous devons obtenir l'adhésion des médias en termes de partage de certaines des questions clés que nous défendons » a déclaré Mme Mubanga à ACI Afrique.

Mme Mubanga a mis l'accent sur la sécheresse en Zambie au cours des deux dernières saisons agricoles, sur les questions liées au changement climatique et sur la manière d'y répondre de manière responsable, comme l'ont montré certains des sujets abordés au cours de la formation de deux jours.

Abordant la politique des semences, le ressortissant zambien a déclaré : « La question est nationale, régionale et mondiale. Nous constatons qu'un certain nombre de politiques ont été révisées et sont alignées sur les objectifs des entreprises multinationales. »

« Mais la question est de savoir où se situe le droit de l'agriculteur local dans toutes ces politiques, programmes et protocoles autour des semences » a-t-elle demandé.

Le spécialiste des programmes sur les moyens de subsistance et le changement climatique de Caritas Zambie a noté que les multinationales de l'industrie semencière « sont celles qui influencent la prise de décision au niveau national, régional, (et) mondial. »

Elle a invité les journalistes à prêter attention à ces questions qui touchent la population vulnérable plutôt que de se concentrer uniquement sur les "questions politiques".

« La question est de savoir quels sont les aspects politiques clés que vous choisissez » a-t-elle demandé, avant de poursuivre : « Il y a quelque chose dans la graine qui est politiquement motivée. Nous avons certains programmes climatiques qui sont politisés, donc si vous trouvez le langage de la politique plus attrayant, pourquoi ne pas choisir certaines questions qui touchent à la politique (et) à la gouvernance. »

Suite à la formation qui a eu lieu à la maison d'hôtes Kapingila à Lusaka, le spécialiste des programmes sur les moyens de subsistance et le changement climatique de Caritas Zambie a déclaré que les membres de la troisième succession devront soumettre des articles sur la politique semencière, le changement climatique et la nutrition pour un prix des médias plus tard dans l'année.

« Nous veillerons à ce que les journalistes fassent quelque chose pour cette formation. Ils pourraient choisir certaines questions basées sur les trois domaines thématiques que nous avons abordés, puis aller sur le terrain et faire des enquêtes, publier des articles et réaliser des documentaires pour un prix des médias autour de novembre » a déclaré Mme Mubanga. 

Elle a ajouté : « Il ne s'agit pas d'une activité ponctuelle. Il s'agit de veiller à ce que nous ayons des engagements fréquents. »

« Nous pensons également à faire venir des militants, des musiciens qui parlent de ces questions et forment un réseau qui sera établi à la fin de cette formation » a déclaré Mme Mubanga.

Elle a déclaré à ACI Afrique que la formation aux médias a été organisée en préparation des prix des médias qui sont prévus plus tard dans l'année pour les journalistes qui font preuve d'une performance exemplaire en écrivant sur le changement climatique et les politiques de semences.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]