Un nouveau livre sur l'avenir de la vie religieuse en Afrique met à nu les lacunes technologiques

"L'avenir de la vie religieuse en Afrique", un nouveau livre avec une riche collection de réflexions tissées ensemble pour raconter les histoires de la vie consacrée par les religieux en Afrique.

Alors que le père Isaac Kibombwe, membre des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée (OMI), se prépare à une retraite en ligne organisée par la congrégation vers la fin octobre, il réfléchit à la rapidité avec laquelle l'Eglise s'est adaptée à la technologie grâce à la pandémie du COVID-19 qui, selon lui, a accéléré cet ajustement.

Les organisateurs de l'événement qui sera modéré depuis la France ont été clairs lorsqu'ils ont envoyé l'invitation aux membres de l'OMI.

"Seuls ceux qui peuvent être disciplinés tout au long de la retraite en ligne sont invités à y participer", a déclaré le père Isaac, soulignant l'une des exigences de la retraite lorsqu'il s'est adressé à ACI Afrique le jeudi 6 août.

"Une retraite menée en ligne exige un haut niveau de discipline car chacun est seul chez lui, entouré de nombreuses distractions", explique le clerc zambien, ajoutant que 60 participants se sont inscrits à l'événement de sept jours qui se déroulera à partir du 24 octobre.

D'autres limitations aux événements en ligne de la vie religieuse, dit-il, sont les défis de la connectivité et le manque d'engagement physique avec les collègues de l'ordre religieux.

De plus, tous les religieux ne sont pas des experts en technologie, selon le clerc qui reproche aux congrégations religieuses qui n'ont pas inclus des cours de technologie et d'éducation aux médias dans la formation de leurs candidats, de préparer leurs membres assez tôt aux réalités du monde de la technologie.

C'est un sujet que le prêtre, qui donne des conférences à l'Institut Théologique St Joseph en Afrique du Sud, aborde largement dans un nouveau livre, "L'avenir de la vie religieuse en Afrique" qui a été élaboré par une équipe de 12 auteurs issus de différents milieux de la vie religieuse et de pays africains.

Chacun des 12 contributeurs, comprenant des frères, des prêtres et des religieuses, a abordé un sujet distinct dans ce livre de 292 pages qui explore un large éventail de questions touchant la vie religieuse, notamment le défi de vivre la vie consacrée dans le contexte africain, la place de la technologie dans la formation religieuse, le rôle des dirigeants de l'Église dans la gestion des conflits ainsi que l'assistance des religieux et religieuses qui choisissent de quitter leurs ordres respectifs.

Le livre en 13 chapitres, qui sera mis en ligne sur la librairie Amazon le vendredi 7 août, est un riche recueil de réflexions tissées ensemble pour raconter les histoires de la vie consacrée par les religieux qui ont travaillé ensemble pour le compiler. 

Dans son chapitre "Communication, médias, technologie et vie religieuse en Afrique", le père Isaac, qui travaille dans les médias depuis 2001, examine le point de vue de l'Église catholique sur la communication, les médias et la technologie et souligne la nécessité de former les religieux à la manière de naviguer dans l'espace technologique changeant afin de rester pertinents dans leurs vocations.

"La plupart des religieux, y compris ici en Afrique, suivent une formation en ayant très peu appris sur les médias, la communication et la technologie", dit-il.

Et en apportant sa propre expérience, le clerc ajoute : "J'ai personnellement appris à mieux connaître l'Église et les médias lorsqu'on m'a demandé de créer une station de radio pour ma congrégation dans la partie occidentale de la Zambie".

Blazio Manobo, membre de la Congrégation des Frères de St Paul au Zimbabwe, fait écho aux sentiments du clerc en déclarant que l'avenir de la vie religieuse en Afrique dépend énormément des personnes qui investiront massivement dans les médias sociaux.

Le Frère Blazio, qui a compilé le livre publié par le South African Catholic Online Books, affirme qu'au début des médias sociaux, la plupart des ordres religieux et des sociétés de vie apostolique étaient sceptiques quant à l'utilisation de cette technologie, qu'ils jugeaient susceptible d'abuser.

La situation, dit-il, a changé, les membres des ordres religieux et des sociétés de vie apostolique appartenant à plusieurs groupes WhatsApp et participant à des réunions virtuelles avec les restrictions du COVID-19 qui limitent les interactions physiques.

Dans une interview avec ACI Afrique, Sœur Elizabeth Ngozi Okpalaenwe a déclaré que l'adaptation à l'évolution de la technologie ne devait pas se faire au mépris des charismes des Ordres religieux et des Sociétés de vie apostolique. 

"Beaucoup de choses ont changé dans la Vie Religieuse et nous devons en parler", dit Sœur Elizabeth, qui ajoute : "Avant, les gens rejoignaient la Vie Religieuse pour la raison que Dieu les appelait et qu'ils venaient pour servir Dieu. Maintenant, beaucoup de gens sont plus intéressés par le gain matériel que par le service à Dieu".

Le membre des Sœurs Missionnaires de Notre-Dame du Saint-Rosaire (MSHR) note que la technologie est bonne si elle est bien utilisée, mais qu'elle peut aussi être utilisée de manière abusive pour causer une perte de concentration dans la vie religieuse.

"Avant, je savais que les sœurs n'avaient pas le droit de posséder un téléphone. Il y avait un téléphone dans une communauté, qui était utilisé par tous les membres de la communauté dans un esprit de partage et de détachement des biens matériels. Aujourd'hui, j'en vois qui ont même deux ou trois téléphones et je me demande ce qu'elles font de tous ces appareils", dit la religieuse de Nairobi.

Selon la religieuse d'origine nigériane, titulaire d'un doctorat en conseil et chargée de cours à l'Université internationale mariste, basée au Kenya et faisant partie de l'Université catholique d'Afrique de l'Est (CUEA), les religieux et religieuses qui ne planifient pas bien leur temps finissent par passer du temps destiné à la prière sur leur téléphone, à discuter avec leurs amis.

"Nous devons comprendre qu'il y a du temps pour tout. Un temps pour discuter au téléphone et un temps pour prier", dit-elle, et ajoute : "En tant que religieux, il devrait y avoir quelque chose de différent entre nous et les laïcs, car nous avons fait des vœux que les laïcs ne font pas".

Sœur Elizabeth dit que l'amour de Dieu fait défaut à certains membres des Ordres religieux et des Sociétés de vie apostolique et que certains se tournent vers les médias sociaux pour étancher leur soif de l'amour qui leur manque de la part de leurs frères et sœurs dans leurs communautés respectives.

Dans le chapitre de son livre, "La consécration de la vie religieuse comme alliance", Sœur Elisabeth, qui a donné de nombreux ateliers aux sœurs préparant leur profession perpétuelle, a cherché à expliquer le sens de la consécration comme n'étant pas seulement un acte de don de sa vie, mais aussi, "un appel à sanctifier les biens, et les biens spirituels pour le royaume de Dieu".

Cette religieuse, qui a publié de nombreux ouvrages et qui est spécialisée dans le conseil dans le contexte africain, a également écrit le deuxième chapitre du livre, "Discernement de la vie religieuse", dans lequel elle s'interroge sur le degré de discernement au sein des ordres religieux et des sociétés de vie apostolique en Afrique.  

"De nombreuses congrégations (religieuses) en Afrique font beaucoup de sélection et de discernement avant de choisir leurs candidats pour la formation, mais il semble qu'il n'y ait pas assez de discernement avant et quand ils deviennent membres religieux profès", dit-elle.

Elle note que le discernement, qui désigne le processus de réflexion sur ce qui se passe à l'intérieur d'un individu, dans ses pensées, ses sentiments, ses impulsions, ses pulsions et ses craintes, ses goûts et ses aversions, afin d'identifier leur source et de les relier à sa vie et à sa relation avec Dieu, n'est pas une tâche facile.

"En fait, c'est un processus qui dure toute la vie. Il nécessite une communication constante avec Dieu", dit Sœur Elizabeth.

"Certaines personnes passent des années dans une congrégation (religieuse) à discerner leur appel et réalisent, même après leur profession, qu'elles ne sont pas adaptées à cette congrégation particulière", dit-elle à ACI Afrique, soulignant la nécessité pour les membres des ordres religieux et des sociétés de vie apostolique et les laïcs d'être aimables envers les personnes qui expriment leur désir de quitter la vie religieuse.

Dans ce nouveau livre, le frère Blazio, qui enseigne la théologie systématique à l'université catholique du Zimbabwe, aborde également le statut des ordres religieux et des sociétés de vie apostolique en Afrique, où le nombre de personnes qui choisissent la vie religieuse est en constante augmentation, par rapport à l'Europe, où les vocations religieuses sont en baisse.

Le Frère Religieux cite des statistiques fournies par l'Agenzia Fides en 2018, qui indiquent que malgré une diminution globale du nombre de vocations à la Vie Consacrée, l'Afrique semble enregistrer une augmentation du nombre de personnes devenant prêtres et religieuses et une diminution de celles intéressées à devenir Frères Religieux.

Par rapport à 2017, l'Afrique comptait 198 prêtres et 943 religieuses supplémentaires et a enregistré une baisse de 50 religieux.  Une croissance significative a également été enregistrée en Asie.

En Amérique, le nombre de prêtres a diminué de 769 tandis que celui des religieuses a baissé de 503 en 2018. Le nombre de frères religieux en Amérique a également chuté de 3 775, ce qui est énorme. L'Europe a connu la plus forte baisse du nombre de frères religieux, soit 8 370 pour la seule année 2018, indique le frère Blazio en citant l'Agenzia Fides.

Il note que le défi de la Vie Religieuse dans le monde n'est pas dans les chiffres, bien que les statistiques fournissent "la base sur laquelle nous pouvons envisager l'avenir de la vie consacrée en Afrique".

"Les congrégations religieuses (doivent) redéfinir contextuellement leur identité en fonction des signes du temps, tout en restant fidèles à leurs charismes fondateurs", dit le Frère zimbabwéen.

Le frère Blazio, qui a travaillé comme directeur de son ordre religieux, les Frères de Saint-Paul au Zimbabwe, pendant huit ans et comme vicaire général de l'ordre pendant neuf ans, estime que le livre est opportun et cherche à répondre aux questions que les membres des ordres religieux et des sociétés de vie apostolique ont toujours craint de poser.

"Les défis auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui dans la Vie Religieuse sont différents de ceux de nos fondateurs. Nous avons donc besoin de réfléchir à nouveau pour continuer à être pertinents", a-t-il déclaré à ACI Afrique.

Le Frère Blazio divulgue certaines des questions que les membres des Ordres religieux et des Sociétés de vie apostolique se posent, notamment celle de savoir si la vie religieuse est toujours d'actualité dans le monde actuel.

Apporterons-nous une contribution unique au monde ? Vivons-nous la Vie Religieuse telle qu'elle a été définie depuis le début ou y a-t-il des changements que nous devons apporter ? Nos vœux en tant qu'Africains, comme le vœu de pauvreté, intéressent-ils quelqu'un qui a grandi dans la pauvreté ?  Si les vocations diminuent en Europe, quelle est la garantie que l'Afrique ne suivra pas ? Telles sont les questions que le livre tente d'expliquer.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]