"Dites à vos enfants, à vos maris, à vos relations de déposer les armes": l'exhortation d'un prélat nigérian

Mgr Ignatius Kaigama avec les femmes Tiv et Jukun lors d'une conférence sur la construction de la paix qui s'est tenue au Global Suite Hotel dans l'État de Nasarwa au Nigeria.
Credit: Mgr Ignatius Kaigama

Lors d'une conférence sur la consolidation de la paix organisée pour chercher des solutions à la violence interethnique entre les communautés Tiv et Jukun au Nigeria, l'archevêque d'Abuja, dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, a souligné le rôle que les femmes peuvent jouer pour mettre fin au conflit, en les exhortant à tendre la main à leurs "enfants, maris ou relations pour qu'ils déposent les armes".

"Chères femmes Tiv et Jukun, dites à vos enfants, à vos maris ou à vos proches de déposer les armes ; ils devraient éviter les préjugés et la stigmatisation, et apprendre à pardonner et à voir en chacun l'image et la ressemblance de Dieu", a déclaré Mgr Ignatius Kaigama le jeudi 6 août lors de la conférence des femmes pour la construction de la paix qui s'est déroulée au Global Suite Hotel dans l'État de Nasarwa au Nigeria.

"Vous, les femmes, avez une meilleure chance et vous avez l'avantage moral et émotionnel de parler à vos maris, à vos enfants et à vos proches", s'est ensuite adressé Mgr Kaigama aux femmes réunies sous les auspices de la Fondation pour la paix, l'espoir et la gestion des conflits (FPHCM) et les a décrites comme de "véritables instruments de paix". ” 

Selon un rapport publié par The New Humanitarian, les membres des communautés Jukun et Tiv sont hostiles les uns envers les autres depuis plusieurs décennies, avec des cas de confrontations violentes signalés en 1959, 1964, 1976, 1991, 2001 et 2019.

Lors de la conférence de paix du 6 août, Mgr Kaigama a reconnu que "de nombreux efforts de résolution pacifique ont été faits. ”

Cependant, il a déclaré : "la relation tendue entre Jukun et Tiv semble être un furoncle tenace qui refuse de s'en aller".

"La destruction et les meurtres semblent être devenus une constante ! La suspicion, la méfiance et la haine sont si fortes que certains Jukun et Tiv sont allergiques au nom de l'autre", a déclaré l'archevêque nigérian. 

Il a ensuite rappelé le "rassemblement historique du 16 janvier 2019" qui a réuni certains gouverneurs et représentants des deux communautés "pour réfléchir sur la relation Tiv-Jukun", au cours duquel un livre a été présenté par M. Joseph Bem Targema, intitulé "Tiv-Jukun Relationship" : Le modèle d'un évêque Jukun et d'un prêtre Tiv".

"Le livre décrit comment l'amitié entre le révérend père James Bature, un prêtre de Tiv, et Mgr Ignatius Kaigama d'origine Jukun, dure depuis plus de quarante ans et pourrait être un bon et pratique témoignage que l'amitié entre ces deux groupes ethniques est non seulement possible mais aussi très souhaitable", a raconté le prélat de 62 ans lors de la conférence du 6 août. 

Il a également rappelé la réunion d'octobre 2019 des évêques et des prêtres de Tiv et de Jukun, convoquée suite à "la tendance inquiétante de la violence qui a conduit à des morts, à la destruction de maisons et de moyens de subsistance impliquant les groupes ethniques Jukun et Tiv dans certaines parties de l'État de Taraba et dans les colonies frontalières de l'État de Benue. "

Lors de la réunion d'octobre 2019, le clergé a lancé "un appel très passionné pour que les membres des deux groupes ethniques se comprennent et s'embrassent sincèrement".

Sur les causes possibles du conflit, Mgr Kaigama a déclaré : "Les conflits fonciers sont une caractéristique commune aux groupes ethniques voisins (et) les disputes sur les questions de frontières aboutissent souvent à de graves violations de la paix. "

"Ceux-ci refusent de partir, peut-être à cause de ce qui est devenu une politique non officielle au Nigeria, selon laquelle les Etats ou les gouvernements locaux sont associés à des groupes ethniques particuliers, au lieu de mettre l'accent sur la citoyenneté de tous, quelle que soit l'identité ethnique", a déclaré l'archevêque en référence aux conflits fonciers. 

Selon lui, "un Nigérian devrait pouvoir vivre et travailler dans n'importe quelle partie du pays sans être limité par son lieu de naissance ou sa langue maternelle. ”

Il a appelé les responsables gouvernementaux à "contrôler sérieusement les crises récurrentes qui, au lieu de promouvoir des activités agricoles positives et viables dans la région pour attirer les investisseurs, plongent les populations dans une pauvreté de plus en plus grande".

"Il y a beaucoup de Tiv et de Jukun qui ont bien vécu en tant que voisins, se sont mariés entre eux pendant des décennies et vivent encore heureux. Des amitiés ont été cultivées qui ont résisté à l'épreuve du temps", a observé l'archevêque d'Abuja.

Il a rappelé une fois de plus sa propre amitié avec un prêtre de Tiv en disant : "Alors que certains sceptiques penseraient qu'une amitié comme celle du Père Bature et moi serait presque impossible et ne pas parler de la voir s'épanouir et s'améliorer de jour en jour, la réalité est qu'il y a eu par la grâce spéciale de Dieu une amitié sincère, honorable et édifiante qui s'étend sur quarante ans et qui continue de compter. ”

"Nous sommes convaincus que ce sont de telles amitiés qui peuvent faire tomber les murs de la division et neutraliser le poison de la haine, de la division et de la violence", a souligné Mgr Kaigama. 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]