Les évêques du Ghana dénoncent la violence et le manque de respect des étudiants au autorité

Les membres de la Conférence des évêques catholiques du Ghana (GCBC).
Credit: Domaine public

Des cas récents de troubles violents d'étudiants dans certains lycées au Ghana ont attiré l'attention des évêques catholiques de ce pays d'Afrique de l'Ouest qui, dans une déclaration collective, décrivent les actions des étudiants comme "décourageantes" et une "démonstration de manque de respect pour l'autorité". 

Réagissant aux vidéos en ligne montrant des candidats SHS détruisant des biens scolaires et attaquant des personnes, y compris des responsables institutionnels, les membres de la Conférence des évêques catholiques du Ghana (GCBC) ont condamné "en termes très clairs cette manifestation de manque de respect pour l'autorité, allant même jusqu'à insulter le président de la nation". 

Dans leur déclaration du vendredi 7 août, les évêques condamnent en outre les actions des étudiants qui ont attaqué "certains chefs d'établissements, enseignants, membres du personnel du Conseil des examens d'Afrique de l'Ouest (WAEC) et journalistes, ce qui a entraîné des blessures plus ou moins graves pour les victimes".

Une vidéo en ligne du 3 août montre des étudiants de certaines SHS au Ghana en train de détruire du mobilier scolaire, de casser des bols contenant de la nourriture dans le réfectoire de l'école, d'attaquer les surveillants des examens, les journalistes et de menacer les autorités scolaires pour avoir fait preuve de fermeté lors de l'examen du certificat d'études supérieures en Afrique de l'Ouest (WASSCE).

Les élèves de dernière année du lycée de Tweneboa Kodua, dans la région d'Ashanti au Ghana, ont menacé de boycotter l'examen WASSCE en cours après avoir accusé les enseignants d'être trop stricts lors de la supervision de leur examen de sciences intégrées. 

Dans la vidéo virale, on peut voir les étudiants qui admettent avoir reçu des questions avant le début de l'examen WASSCE accuser le président de leur pays, Nana Akufo-Addo, de les avoir "trompés" et de leur avoir fourni des questions passées qui ne les ont pas aidés pendant l'examen. 

Dans un autre incident, des élèves du lycée Bright Senior High School de la région Est ont attaqué des fonctionnaires du Conseil des examens d'Afrique de l'Ouest (WAEC) qui supervisaient l'examen WASSCE en cours dans leur école.

 "Ces malheureux incidents sont pour le moins décourageants", déclarent les évêques du Ghana dans leur déclaration collective signée par le président de la GCBC, Mgr Philip Naameh.

Les dirigeants de l'Eglise "appellent tous les étudiants de dernière année qui écrivent le WASSCE en cours à rester calmes et à se concentrer sur leurs études au lieu de chercher des questions d'examen qui ont fui pour leur permettre de réussir leurs examens".

"Il n'y a pas de raccourci vers le succès mais seulement un travail acharné et de la discipline", ont déclaré les dirigeants de l'Eglise et ont exhorté tous les étudiants à "renoncer à toute forme d'anarchie et de mépris de l'autorité".

Les membres de la GCBC appellent en outre "toutes les parties prenantes majeures de l'éducation et les forces de l'ordre à traduire en justice les auteurs de ces actes conformément aux règles et règlements du Service de l'éducation du Ghana ainsi qu'aux lois du pays afin de dissuader les autres". 

Les membres du GCBC ont également appelé tous les Ghanéens, en particulier les adultes, à "montrer le bon exemple aux jeunes au lieu de les encourager à faire des choses qui mettent en danger leur vie et celle des autres".

"Le chancre de la violence qui s'insinue progressivement dans notre société devrait être une grande source d'inquiétude pour tous les peuples de paix et de bonne volonté", disent les évêques, qui ajoutent : "Plus tôt nous tuerons cela dans l'œuf, mieux ce sera pour nous".

La direction du Service de l'éducation du Ghana (GES) a, dans une déclaration publiée le 7 août, annoncé le renvoi de 14 étudiants "pour indiscipline dans l'examen en cours", une décision censée "servir de dissuasion et assurer que la vie et les biens sont protégés dans les écoles". 

"Tous les élèves qui se trouvent dans les écoles où la destruction des biens scolaires a eu lieu doivent payer un supplément pour le coût total des dommages. Les résultats de ces élèves seront retenus jusqu'à ce qu'ils aient payé la totalité du coût des objets détruits", déclare la direction de GES dans le communiqué de presse du 7 août qui porte les noms des 14 élèves licenciés. 

Administré par le Conseil des examens d'Afrique de l'Ouest pour les candidats résidant dans les pays anglophones d'Afrique de l'Ouest, WASSCE est un examen standardisé qui permet aux candidats qui le réussissent d'obtenir le "West African Senior School Certificate", qui confirme qu'ils ont terminé avec succès leurs études secondaires et qu'ils sont admissibles à l'admission dans des établissements d'enseignement supérieur.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]