Le clergé ghanéen doit renoncer aux prévisions politiques à l'approche des élections nationales

Chaque Ghanéen a un rôle à jouer pour garantir des élections libres, justes, pacifiques et transparentes prévues pour décembre, selon les évêques catholiques de ce pays d'Afrique de l'Ouest qui ont publié une lettre pastorale, mettant en garde le clergé contre les prévisions politiques avant le scrutin.

Dans leur lettre du lundi 10 août obtenue par ACI Afrique, les membres de la Conférence des évêques catholiques du Ghana (GCBC) affirment que divers individus et groupes au Ghana, y compris la présidence, la Commission électorale du Ghana, les organisations de la société civile et les organisations confessionnelles ont un rôle à jouer avant et pendant les élections.

"Chers concitoyens, maintenant, garantir des élections libres, justes, pacifiques et transparentes, même en cette ère de pandémie du COVID-19, est une responsabilité collective de tous les Ghanéens. Toutefois, certaines institutions de l'État portent une plus grande responsabilité", déclarent les membres de la GCBC dans leur lettre collective au peuple de Dieu de ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Quant à l'Église, les évêques du Ghana disent : "Les organisations confessionnelles et le clergé devraient s'abstenir de prendre part ouvertement à la politique partisane, de prêcher des prédictions sur les résultats des élections et de prononcer des prophéties sur les résultats électoraux".

Dans la déclaration du 10 août signée par le président de la GCBC, Mgr Philip Naameh, les évêques du Ghana mettent encore en garde les chefs religieux contre le fait de prophétiser la mort de personnalités publiques dans le but de prendre part à des débats électoraux.

Et c'est le rôle des organisations de la société civile d'intensifier l'éducation des électeurs et l'éducation civique, d'aider à surveiller les processus et le déroulement des élections, d'attirer l'attention sur les comportements erronés et "tout ce qui pourrait porter atteinte aux nobles valeurs de paix, de tranquillité et de développement politique de la nation", selon les évêques du Ghana. 

Dans leur lettre pastorale intitulée "Politique pour la construction de la nation et la cohésion sociale au Ghana", les membres de la GCBC exhortent le peuple de Dieu de la nation ouest-africaine à utiliser la politique comme outil de construction de la paix.

"Dans environ quatre mois, nous participerons à un autre exercice démocratique de grande envergure pour élire notre président et nos 275 législateurs qui dirigeront les affaires de notre pays pour le prochain mandat politique de quatre ans", déclarent les évêques.

Ils ajoutent : "En tant que vos bergers, nous jugeons approprier de publier cette lettre pastorale pour vous rappeler à vous, nos concitoyens, d'adopter la politique comme un outil indispensable à la construction de la nation. ”

"Nous exhortons donc tous les Ghanéens à travailler consciemment à la construction de la paix et nous abhorrons le type de politique acrimonieuse qui gagne actuellement du terrain dans notre cher pays", déclarent les évêques.

Les Ghanéens ont été avertis de renoncer à certaines fautes, notamment la monétisation de la politique électorale, le vigilantisme, le sensationnalisme médiatique, la politique de l'ethnicité et le manque de respect pour l'autorité et les personnes âgées.

Le commerce d'achat et de vente de votes, observent les prélats catholiques du Ghana, corrompt la noblesse de la politique et déforme le pouvoir et la volonté des gens sous l'influence de l'argent. Que lorsque cela se produit, les hommes politiques sont élus non pas pour leurs bonnes qualités de dirigeants, leurs hautes valeurs morales et éthiques, ainsi que pour leur noble vocation à servir le bien commun et le pays, mais pour leur argent.

"Évitons une telle corruption politique et électorale", disent les évêques.

Ils exhortent en outre les Ghanéens à renoncer à participer au vigilantisme et à la violence électorale, soutenant que "ces deux maux ont de nouveau fait surface lors des récentes élections et de manière choquante lors de l'exercice d'inscription des électeurs".

"Si elles ne sont pas dûment exorcisées de notre corps politique, elles menacent d'empoisonner les élections de 2020, malgré la promulgation de lois et l'approbation et la signature d'un code de conduite interpartis et d'une feuille de route pour la paix", disent-ils dans leur lettre collective.

En outre, les évêques appellent les professionnels des médias du pays à respecter des normes journalistiques, une éthique et des valeurs élevées et à éviter le sensationnalisme, les fausses nouvelles et ce que les évêques appellent la "politique de l'insulte" dans leurs reportages sur les processus et les activités électoraux.

Selon les prélats, le journalisme est une composante indispensable de la politique qui, malheureusement, est confrontée à la menace de l'utilisation généralisée de fausses nouvelles, de langage insultant ainsi que de propagande sale dans les campagnes électorales et dans le discours politique.   

Condamnant la politique croissante de l'ethnicité, les évêques déclarent : "Le Ghana, notre cher pays, est notre seul héritage. Nous devons éviter les politiques négatives et très divisés de l'ethnocentrisme, de la médisance et des attaques contre les groupes ethniques et les personnalités... Laissons la politique se concentrer sur des questions qui servent le bien commun, qui apporteront l'unité et la paix, le développement et la dignité à tous nos concitoyens et même à l'"étranger" qui vit parmi nous".

Les élections, disent-ils encore, sont un moment opportun pour le peuple ghanéen de célébrer le succès du pays en tant que démocratie émergente, et aussi pour réfléchir à la meilleure façon de faire face aux inévitables défis socioculturels et économiques qui pourraient menacer les prochaines élections.

"En tant que nation, faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour maintenir la réputation enviable que nous avons établie jusqu'à présent comme l'un des principaux pays africains dont le développement démocratique est un phare brillant que d'autres suivront", dit-il, ajoutant que depuis plus d'un quart de siècle, le Ghana est devenu un îlot de paix et de stabilité dans une sous-région menacée par le terrorisme, l'insurrection et les conflits armés, et l'instabilité sociopolitique. 

Les évêques appellent également les Ghanéens à respecter religieusement tous les protocoles d'hygiène de la COVID-19.

"S'il vous plaît, laissez-nous tous rester en sécurité pour servir Dieu et notre pays", disent-ils dans leur déclaration collective du 10 août. 

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]