"Où est la justice ?” : s’interroge un évêque kenyan à l'occasion de l'anniversaire de l'assassinat d'un prêtre américain

P. John Anthony Kaiser
Credit: Commission catholique pour la justice et la paix (CJPC) du Kenya

Deux décennies après l'assassinat d’un missionnaire américain de Mill Hill, le père John Anthony Kaiser, un évêque kenyan a dénoncé le fait que les autorités compétentes n'ont pas rendu compte de la mort du clerc qui dénonçait les injustices et se battait pour les droits des plus faibles de la société.

"Cela fait maintenant 20 ans qu'il a été tué et que son corps a été jeté à Naivasha. Ses assassins n'ont pas été traduits en justice jusqu'à aujourd'hui. Où est la justice ?" s’intorroge Mgr John Oballa Owaa, du diocèse de Ngong au Kenya, le dimanche 23 août lors de la messe à la cathédrale Saint-Joseph de Ngong, où a eu lieu le 20e anniversaire de l'assassinat du père Kaiser.

Mgr Oballa, qui préside la Commission catholique pour la justice et la paix (CJPC) de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB), a ajouté : "Nous continuons à prier pour que justice soit faite, que ceux qui l'ont tué soient retrouvés et que nous priions pour leur conversion. ”

Le mémorial, qui s'est tenu sous le thème "Solidarité et justice pour les vulnérables", a également fait l'objet d'une tendance en ligne sous le hashtag #RememberingKaiser. 

Au cours de l'événement, Mgr Oballa a également déploré les persécutions religieuses dans le monde en disant : "De nombreuses personnes continuent d'être tuées pour leur position religieuse dans de nombreuses régions du monde. Dans certains endroits, les églises et les symboles religieux sont attaqués et même détruits".

"Nous vivons dans un monde qui devient froid, divisé et hostile. Un monde où les persécutions religieuses abondent", a déclaré le prélat kenyan, âgé de 62 ans, avant d'ajouter : "Cette haine incontrôlée doit être combattue".

Il a exhorté les chrétiens de continuer à prier "afin que ce que le Père Kaiser a défendu puisse vivre en nous : s'opposer à l'injustice, parler au nom de ceux qui sont faibles et qui souffrent à cause des injustices, s'opposer à tout ce qui prive la société du progrès nécessaire, comme la corruption". 

Le corps sans vie du père Kaiser a été retrouvé gisant à côté d'un fusil de chasse avec une blessure à l'arrière de la tête le matin du 24 août 2000 le long de l'autoroute Nakuru-Nairobi au Kenya, près de son lieu de ministère.

Le natif du Minnesota aux États-Unis a été tué cinq mois après avoir reçu le prix annuel des droits de l'homme de la Law Society of Kenya pour avoir été "une étude de courage, de détermination et de sacrifice au nom des faibles, des opprimés et des opprimés".

Né le 23 novembre 1932, le père Kaiser avait été ordonné prêtre à Mill Hill en 1964 et envoyé au Kenya.

À la demande des évêques catholiques du Kenya après sa mort, le gouvernement kenyan a ouvert une enquête sur sa mort, qui s'est terminée le 12 juin 2007 après l'audition de 111 témoins.  

Le 1er août 2007, le magistrat présidant l'audience a statué que le père Kaiser avait été assassiné et que la "théorie du suicide" avancée par le gouvernement kenyan et le FBI était basée sur une idée préconçue. 

La magistrat a en outre déclaré qu'elle ne pouvait pas, sur la base des preuves qui lui ont été présentées dans le cadre de l'enquête, indiquer avec certitude qui étaient les assassins du Père Kaiser. 

"Si je meurs, qu’il soit ainsi mais que les gens aient leurs droits", a souvent été cité le père Kaiser.

"Vingt ans après sa mort... L'anniversaire du père Kaiser est devenu non seulement une commémoration de sa mort, mais aussi un jour pour se souvenir des opprimés, des pauvres et de l'injustice qui a lieu dans notre société", ont déclaré les membres du KCCB dans un message d'anniversaire publié dans un quotidien kenyan le samedi 22 août.

Ils ont ajouté : "Père John A. Kaiser (MHM), cela fait vingt (20) ans que vous nous avez quittés dans des circonstances tragiques. Il est regrettable que ceux qui vous ont ôté la vie si brutalement n'aient toujours pas été traduits en justice".

"Vous restez vivants dans le cœur et l'esprit de vos proches, des Missionnaires de Mill Hill (MHM), de la Conférence des évêques catholiques du Kenya, de vos amis, de la société civile et des autres personnes du Kenya que vous avez servies avec tant de dévouement.  Que Dieu accorde au père Kaiser le repos éternel, Amen", ont conclu les membres de la KCCB.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]