Les éducateurs catholiques au Ghana demandent le contrôle des écoles de mission suite aux manifestations d'étudiants

Collège St. Augustine Cape Coast Ghana
Credit: Domaine public

Suite aux problèmes signalés par les étudiants dans certains lycées au Ghana, certains éducateurs catholiques de ce pays d'Afrique de l'Ouest ont demandé au gouvernement d'envisager de restituer les écoles confessionnelles, affirmant que l'éducation de qualité et la discipline étaient dispensées par les entités religieuses lorsqu'elles géraient leurs établissements d'enseignement respectifs.

"Je ne pense pas qu'il serait déplacé de demander au gouvernement d'envisager de confier la gestion des écoles à la Mission, car les églises veilleront toujours à maintenir des normes de qualité plutôt que de quantité", a déclaré Gloria Kwasie, une pédagogue catholique au Ghana, au cours d'un entretien avec le correspondant d'ACI Afrique, le mardi 25 août.

Mme Kwasie a ajouté : "Les écoles secondaires supérieures (SHS) ont été créées par les églises pendant l'ère coloniale dans le cadre de leurs objectifs missionnaires, entre autres pour inculquer une discipline morale. En tant que parent et éducateur, j'ai été abasourdi et consterné lorsque j'ai vu les clips de ces adolescents se livrant à de graves actes d'indiscipline".

Réagissant à une vidéo en ligne du 3 août, qui montrait des étudiants de certaines SHS au Ghana détruisant du mobilier scolaire, brisant des bols contenant de la nourriture dans la salle à manger de l'école, attaquant les surveillants des examens et les journalistes, et menaçant les autorités scolaires pour avoir été fermes sur la surveillance pendant l'examen du certificat d'études supérieures d'Afrique de l'Ouest (WASSCE), Mme Kwasie a décrit la conduite comme

"méprisable, honteuse et ridicule".

"Je ne pouvais pas comprendre que des étudiants qui sont préparés à être des citoyens responsables pour l'avenir, puissent avoir recours à la destruction de propriétés scolaires et que certains soient allés jusqu'à proférer des insultes et des mots inimaginables à l'encontre du président de notre pays", a-t-elle déclaré.

Elle a appelé à la condamnation du comportement des étudiants par les Ghanéens bien intentionnés, en particulier les parents, et à la possible restitution des écoles missionnaires aux églises, ce qui, selon elle, inculquerait la discipline et la morale dans le secteur de l'éducation.

"Après réflexion, je me suis demandé ce qui a pu précipiter de tels actes, qui, pour moi, pouvaient être perçus comme le comble de l'indiscipline". Mme Kwasie, qui est également une grande présidente nationale de la Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus au Ghana, s’est interrogée.

Elle a également posé la question suivante : "Tout cela aurait-il pu se produire parce qu'ils n'ont pas pu se préparer correctement à leurs examens finaux ? Est-ce un reflet de notre société actuelle ou pourrait-on dire qu'il s'agit de cas isolés ? Devons-nous aborder les questions en jeu, au niveau national, en examinant le rôle des parents, des écoles, des enseignants et de la société dans son ensemble dans la formation de ces adolescents" ?

L'éducateur ghanéen se demande si la cause de l'indiscipline pourrait être que les parents se sont distancés de l'éducation morale de leurs enfants en raison d'autres engagements au point que les enfants grandissent en ramassant certains vices des médias sociaux.

Une déclaration de 2017 du ministre ghanéen de l'éducation, le Dr Mathew Opoku Prempeh, qui a laissé entendre que le gouvernement pourrait rendre aux églises les écoles missionnaires du Ghana, a été accueillie favorablement par les parties prenantes des écoles confessionnelles, notamment la Conférence des évêques catholiques du Ghana (GCBC) par l'intermédiaire de son président épiscopal de l'éducation, Mgr John Bonaventure Kwofie.

Plus tard dans la même année, le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, s'exprimant lors d'une cérémonie de remise des diplômes au Trinity College d'Accra, a également promis une remise historique des écoles de la mission, dans l'espoir que cela contribuerait à mettre fin à la dégradation des normes morales dans les écoles. 

"La tradition de discipline, de travail acharné et d'intégrité qui caractérise les églises... sont nécessaires dans notre pays", a déclaré le président Akufo-Addo. 

Pour sa part, M. Emmanuel Dogodzi, le président national de l'Association des enseignants catholiques (ACT) au Ghana a déclaré au correspondant de ACI Afrique qu'en tant que berceau de l'éducation de qualité, les parents et les tuteurs ont toujours veillé à ce que leurs enfants fréquentent les écoles de la mission, quelle que soit leur religion.

"Même dans notre situation actuelle de baisse de la qualité de l'éducation, certaines écoles missionnaires qui ont encore beaucoup d'influence dans la gestion de leurs écoles sont les plus recherchées", a déclaré M. Dogodzi.

Il a déploré : "Ces derniers temps, cependant, il est devenu alarmant de constater que l'ancrage à des diplômés de qualité qu'est la discipline a été jeté aux chiens, les raisons étant les interruptions politiques avec la direction de l'école pour un contrôle politique et des politiques qui sont détachées de nos valeurs culturelles entre autres. ”

Lorsque les missions gèrent leurs propres écoles sur la base de leur enseignement, en veillant surtout à ce que la dignité de la personne humaine soit au centre des préoccupations, les apprenants et leurs parents et tuteurs sont persuadés de se conformer aux normes ou d'être exclus des privilèges que l'on trouve dans l'enseignement des écoles des missions, a-t-il ajouté.

Il a ajouté que les trois composantes du développement humain, à savoir l'intellect humain, le cœur humain (la compassion pour le prochain) et la main humaine (le zèle pour travailler avec passion) sont défendues dans les écoles de mission.

Dogodzi, enseignant au SHS de St Thomas d'Aquin dans la capitale du Ghana, a également déclaré au correspondant d’ACI Afrique que les écoles de la mission ne peuvent fonctionner correctement que si le gouvernement soutient le développement des infrastructures des écoles.

Le Ghana compte environ 872 écoles de second cycle, dont 66 % sont contrôlées par le gouvernement.

Si elles étaient rendues aux entités confessionnelles, les églises catholique, presbytérienne, méthodiste et anglicane contrôleraient la majorité des 575 écoles actuellement sous le gouvernement du Ghana


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]