L’épiscopat Kenyane demande aux sénateurs de retirer le projet de loi sur les soins de santé génésiques de 2019

Les membres de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB).

Les évêques catholiques du Kenya ont déclaré aux membres du Comité sénatorial pour la santé du pays que le projet de loi controversé sur les soins de santé génésique de 2019 "est incompatible avec la constitution" et doit être retiré de la Chambre Haute du parlement "parce qu'il ne peut être racheté". 

Dans un rapport du mercredi 23 septembre détaillant ce que les membres de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB) ont présenté aux sénateurs lors d'une session virtuelle le 21 septembre, les évêques déclarent que le projet de loi est "inconstitutionnel" et donnent les raisons de cette conclusion. 

"Tout en déclarant que ses préoccupations concernant le projet de loi sont basées sur le fait que le projet de loi propose de graves questions morales qui touchent au droit à la vie, à la dignité de toute personne humaine, à l'intégrité de la famille et à l'éducation des enfants, l'Eglise catholique sous l'égide de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB) dit que le projet de loi est inconstitutionnel", indique le rapport des évêques partagé avec ACI Afrique.

Lors de la séance du 21 septembre avec les membres de la Commission de la Santé du Sénat, le Directeur du Bureau National de Droit Canonique de la KCCB, le Père Ferdinand Lugonzo qui a déposé le mémorandum des évêques a déclaré aux sénateurs que le "Projet de loi est incompatible avec la constitution qui, embrasse la dignité et le droit à la vie qui commence à la conception et se termine avec la mort naturelle".

Le père Lugonzo a également déclaré que "le droit à la vie et à la dignité humaine ne peut être séparé et divisé en de vagues formes de droits".

Il a cité les articles 18, 23 à 30 du projet de loi proposé, disant qu'ils sanctionnent le meurtre des enfants à naître et que le projet de loi "propose des pratiques d'avortement contraires aux articles 26(2) de la Constitution du Kenya", indique le rapport du 23 septembre de la direction du KCCB.

Le projet de loi "présuppose un ensemble nébuleux de droits appelés droits reproductifs qui sapent le droit à la vie protégé par l'article 26(1) de la Constitution du Kenya", a déclaré le père Lugonzo aux membres de la commission sénatoriale pour la santé au Kenya. 

Le projet de loi sur les soins de santé génésique n° 23 de 2019, qui est actuellement examiné par le Sénat kenyan, préconise un "avortement sûr légal et accessible", des services de "planification familiale" adaptés aux adolescents, la maternité de substitution, les bébés-éprouvettes ainsi qu'une éducation sexuelle complète (CSE).

Certaines de ces dispositions que le projet de loi préconise ont été mises en avant lors de la très controversée Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD25).

Le projet de loi a également été rejeté par 26 groupes pro-vie au Kenya ainsi que par le gouvernement par l'intermédiaire du ministère de la santé.  

En présentant ses arguments aux membres de la commission du Sénat, le père Lugonzo a déclaré que les évêques du Kenya sont opposés au projet de loi parce qu'il "dévalorise la vie d'une femme en créant un vide juridique pour toute personne ayant des connaissances en matière de santé afin de faciliter l'avortement, alors que les procédures chirurgicales médicales ordinaires sont toujours recommandées par des médecins qualifiés".

"Ce projet de loi dévalorise le caractère sacré de la vie en disqualifiant la position constitutionnelle, morale et scientifique selon laquelle la vie commence à la conception et se termine par la mort naturelle en essayant de redéfinir le moment où la vie commence", a déclaré aux sénateurs le directeur du Bureau national de droit canonique du KCCB, qui est un prêtre du diocèse de Kakamega au Kenya. 

En ce qui concerne la procréation assistée, que le projet de loi controversé préconise, le père Lugonzo a indiqué que dans le processus "des milliers d'ovules fertilisés (embryons) sont jetés avant l'implantation" et que "c'est en fait un avortement et la négation d'un droit à la vie et à la dignité humaine".

"Cette dévaluation est de conception discriminatoire et peut être une source de punition et de contrainte pour les professionnels de la santé qui vont à l'encontre de leur conscience pour pratiquer des avortements, limitant ainsi la liberté de conscience telle que protégée par la Constitution du Kenya", a déclaré le père Lugonzo aux sénateurs.

Le projet de loi, poursuit-il, "confondra nettement l'esprit des enfants et de la société pour aller à l'encontre du droit même qui promet de protéger la famille au profit des générations présentes et futures par des voies législatives".

Pour les évêques du Kenya, le père Lugonzo a déclaré que le projet de loi "encourage l'eugénisme, c'est-à-dire la reproduction sélective de la population humaine. De cette façon, le projet de loi cherche à faire place à l'avortement des bébés handicapés et ayant des besoins spéciaux. ”

L'élevage sélectif, a déclaré le père Lugonzo aux membres de la commission sénatoriale de la santé, "est un mal qui a été condamné en 1945 lors de la création des Nations unies et mis hors la loi par les procès de Nuremberg".

Les évêques du Kenya souhaitent que les sénateurs retirent le projet de loi de la Chambre Haute du parlement.

Le père Lugonzo a expliqué : "Étant donné que l'avortement et la science de l'eugénisme ont été reconnus comme des crimes contre l'homme, et pour les autres raisons expliquées ci-dessus, l'Église catholique au Kenya a voté un grand NON au projet de loi et a demandé au Sénat de le retirer car il ne peut être racheté. ” 

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]