Les agents pastoraux au Kenya appelés à redéfinir le travail pastoral pour qu'il ait une dimension missionnaire

Le père Bonaventure Luchidio, directeur national des Pontifical Mission Societies (PMS) au Kenya.
Credit: ACI Afrique

La nécessité de veiller à ce que le ministère de l'évangélisation comprenne une dimension de la mission, pour être en contact avec le peuple de Dieu, a été soulignée lors de l'atelier virtuel de trois jours qui a réuni des membres du clergé et des religieux impliqués dans l'animation pastorale au Kenya.

"En tant qu'agents d'évangélisation, nous devons redéfinir et ré-imaginer notre travail pastoral, afin que tout ce que nous faisons et tout ce que nous disons et tout ce dont nous témoignons ait pour dimension la mission. En fait, nous devons maintenant commencer à réfléchir et à ré-imaginer le nom, nous changeons le nom de travail pastoral en travail missionnaire", a déclaré le directeur national des Œuvres Pontificales Missionnaires (EPM) au Kenya, le père Bonaventure Luchidio, vendredi 25 septembre.

Le père Bonaventure a ajouté : "Lorsque la mission devient notre paradigme, nos horaires, notre temps, nos plans de travail ou nos programmes, alors le travail de collaboration devient facile et la communication devient efficace".

"Quand nos plans de travail n'ont pas la mission comme dimension, nous avons des moments de friction, de division et de manque de coopération dans le travail," a expliqué le prêtre kenyan.

Il s'adressait aux participants de l'atelier qui a réuni, le deuxième jour, les membres du comité de liaison de la Commission pour le clergé et les religieux de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB) et les directeurs de OPM au Kenya.

"L'évangélisation ne peut se faire sans un esprit missionnaire, un esprit de don de soi, d'altruisme, de conviction et de disponibilité", a encore déclaré le prêtre kenyan.

Il a souligné la nécessité de favoriser un ministère de collaboration aidé par les moyens de communication modernes en disant : "En tant qu'agents d'évangélisation, la collaboration est essentielle et les médias deviennent notre lien. ”

La collaboration, a-t-il expliqué, implique l'unité et l'unicité de l'esprit, du corps et de l'âme par lesquelles nous "partageons nos missions et nos objectifs".

La mission "n'est pas une entreprise personnelle", a noté le père Bonaventure, qui a ajouté : "Adoptons l'attitude de l'unité, de la solidarité, du travail pour un but commun et notre but commun est l'évangélisation pour le salut des âmes", a-t-il ajouté.

Faisant référence à la réunion virtuelle qui a rassemblé des douzaines d'agents pastoraux de 25 diocèses kenyans sous le thème "Communication pour la collaboration", il a déclaré : "Cet atelier devrait nous aider à nous connecter les uns aux autres afin que nous puissions éviter les préoccupations triviales et les intérêts personnels qui subvertissent la mission et l'œuvre du Seigneur.

"Mais cela devrait nous aider à viser une perspective de plus en plus large de ce que nous sommes", a-t-il ajouté en référence à l'événement virtuel de trois jours qui doit se terminer le samedi 26 septembre.  

Il attend des sessions qu'elles fournissent aux agents pastoraux "des liens et des réseaux qui nous permettront et permettent à chacun d'entre nous, selon notre capacité à sortir et à répondre avec conviction, à l'appel : Qui dois-je envoyer", a-t-il dit.

Le membre du clergé du diocèse de Kakamega au Kenya a souligné la nécessité d'être prêt et engagé au service de Dieu en disant : "Soyons disponibles et prêts, en tant que personnes convaincues et dévouées qui comprennent la mission, des personnes qui sont prêtes pour la mission". 

Il a ensuite réfléchi à la Journée mondiale des missions qui doit avoir lieu le 18 octobre, en soulignant l'importance de l'évangélisation et du soutien aux territoires de mission de l'Église dans le cadre de la COVID-19.

"Je vous invite au mois d'octobre à devenir missionnaires ; et pas seulement en octobre, mais désormais, que la mission devienne notre dimension", a dit le père Bonaventure en ajoutant : "en octobre 2020, notre but commun, notre vision et notre mandat partagés est de réexaminer et de réorganiser nos mandats baptismaux pour être prêts et disponibles pour la mission".

Le champ de mission est vaste, poursuit-il, mais nous sommes comme un hôpital de campagne où les malades viennent nous voir avec leurs blessures, leurs problèmes, tout ce qu'ils ont rencontré sur le champ de bataille, et nous sommes les infirmières.

"Nous sommes les médecins, nous sommes les soignants qui vont soigner, panser et guérir les blessures de la société. Nous ne pouvons le faire que si nous avons pour objectif l'amour et la charité", a ajouté le directeur national de ‘lOPM au Kenya.

Il a identifié la prière et la charité comme des outils efficaces pour aider à guérir les blessures de la société en disant : "Avec la prière et la charité, nous pouvons toucher la vie de nombreuses personnes. ”

"Avec la spiritualité et les charismes des différentes congrégations et institutions religieuses et même la spiritualité diocésaine réunis, nous pouvons répondre de manière convaincante à l'appel, Me voici, Envoie-moi", a-t-il déclaré lors de l'atelier virtuel du 25 septembre.

 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]