L’histoire de sang, de sueur, de larmes derrière les vocations grandissantes de l'Afrique : Le témoignages de spiritains

Une affiche annonçant les voeux perpétuels et l'ordination diaconale de 22 séminaristes de la Congrégation du Saint-Esprit (Spiritains).
Credit: Congrégation du Saint-Esprit (Spiritains).

Les statistiques indiquent une augmentation constante du nombre de personnes rejoignant la prêtrise et la vie religieuse en Afrique, malgré une chute globale de ceux qui choisissent de consacrer leur vie au service de Dieu en tant que prêtres et religieux.

Selon les dernières statistiques du Vatican basées sur l'Annuaire pontifical 2019 et l'Annuarium Statisticum Ecclesiae 2017, alors que le nombre de candidats à la prêtrise dans le monde a diminué de 0,7 % (de 116 160 en 2016 à 115 328 en 2017), l'Afrique et l'Asie ont enregistré une augmentation, l'Afrique contribuant à hauteur de 27,1 % au nombre total de grands séminaristes dans le monde en 2017. 

Les informations fournies par Agenzia Fides en 2018 montrent que l'Afrique, qui avait enregistré 13 708 prêtres en 2017, a fait état de 198 prêtres supplémentaires en 2018. Les pays d'Europe, d'Amérique et d'Océanie ont enregistré une diminution du nombre de prêtres, l'Europe enregistrant la plus forte baisse avec 972 prêtres.

Mais derrière ces admirables statistiques se cachent des témoignages de douleur immense, de rejet et de plus grands sacrifices qui sont faits surtout par ceux qui doivent nager à contre-courant lorsqu'ils décident de consacrer leur vie entière au service de Dieu en tant que prêtres et religieux.

Ce sont les histoires de deux séminaristes de la Congrégation du Saint-Esprit (Spiritains) qui ont été interviewés par ACI Afrique le vendredi 25 septembre, le jour où ils ont prononcé leurs vœux perpétuels dans la Congrégation missionnaire internationale, la veille de leur ordination comme diacres dans la capitale du Kenya, Nairobi, aux côtés de 20 autres personnes de sept pays africains.

Désavouée par son père, l'histoire d'un séminariste de 28 ans originaire du Gabon, en Afrique Centrale

En 2011, Owono Ondo Christopher a pris un engagement spirituel qui a changé sa vie et l'a fait passer par des souffrances inimaginables, des abus et des rejets, parfois de la part de ceux qui lui étaient chers.

Christopher avait 18 ans et était sur le point de passer ses examens de fin d'études secondaires lorsqu'il a pris la ferme décision, en priant devant la Sainte Eucharistie, de devenir prêtre catholique. Il était à un bon endroit dans la vie. 

Élevé par ses grands-parents et une mère mineure, Christopher a longtemps repris contact avec son père et le reste de sa famille. Sa relation avec son père était également florissante, jusqu'à ce qu'il annonce son intention de devenir prêtre religieux.

Mais 2011 n'a pas été le début de l'intérêt de Christopher pour la vie religieuse. Ayant grandi au Gabon, en Afrique Centrale, il admirait les prêtres qui servaient à Saint-Michel de Nkembo dans l'archidiocèse de Libreville, où le jeune Christopher servait à la messe.

"J'avais l'habitude d'imiter les prêtres lorsqu'ils exerçaient leur ministère, en particulier la célébration de la Sainte Eucharistie. J'avais tellement confiance en ce comportement que les gens ont commencé à m'appeler "le Prêtre", a déclaré Christopher à ACI Afrique lors d'une interview le vendredi 25 septembre.

Mais c'est l'expérience de 2011 qui a été la plus profonde.

"Je me souviens qu'un jour avant le début des examens nationaux, il y avait le statut de la Sainte Vierge Marie qui se déplaçait dans les pays. Saint Michel de Nkembo a eu la grâce de le recevoir et ils ont organisé une journée complète de prière et d'adoration. J'y ai assisté et pendant ma prière devant la Sainte Eucharistie et le statut de la Sainte Vierge Marie, j'ai fait un serment avec le Seigneur Jésus, présent dans la Sainte Eucharistie", raconte Christopher.

Il poursuit : "J'ai dit à Jésus que s'il pouvait m'aider à surmonter les peurs que j'avais dans la vie et me donner une note dans mes examens qui me permettrait d'entrer dans la Vie Religieuse, je ne passerais pas une seconde de réflexion ou de méditation ; j'entrerais au séminaire et avec sa grâce divine je deviendrais Prêtre selon sa volonté".

Par la fidélité de Dieu, Christopher a obtenu de bons résultats à ses examens de fin d'année et a rejoint les Spiritains en 2011.

Le séminariste gabonais qui s'est adressé à ACI Afrique à la veille de son ordination diaconale a déclaré que sa décision de rejoindre le sacerdoce a profondément blessé sa mère et a poussé son père à le renier.

Christopher est le premier né de ses parents qui se sont séparés avant sa naissance et un enfant unique de sa mère.

"Ma mère m'a conçu à l'âge de 16 ans et mon père, à l'époque, avait 23 ans. Ils étaient jeunes et évidemment, ils ont fini par se séparer avant ma naissance", raconte le séminariste, qui ajoute : "J'ai grandi avec mes grands-parents et je n'ai vu mon père qu'à l'âge de 10 ans".

Christopher a continué à vivre avec son père qui l'aimait et lui a toujours parlé d'aller étudier en Europe. Pendant tout ce temps, le jeune Christopher a gardé intact son profond désir d'enfance de devenir prêtre religieux. Il avait peur de rompre la relation avec son père en faisant connaître ses désirs. C'est l'une des craintes qu'il a évoquées dans ses prières.

"Pour mon père, ce fut la plus grande trahison lorsque j'ai finalement annoncé mon désir de devenir prêtre religieux. Je me souviens qu'après cette délicate discussion, j'ai passé une semaine avec lui avant de rejoindre la maison des Spiritains et pendant cette semaine, il ne m'a pas dit un seul mot", se souvient-il.

Plus tard, son père a tenté par tous les moyens de le dissuader. Il a même envoyé des messagers. Lorsqu'il n'a plus eu le choix, il a laissé tomber la déclaration qui a transpercé le cœur de Christopher.

Je me souviens encore de ce qu'il m'a dit", explique Christopher, 28 ans, à ACI Afrique, et ajoute : "Il a dit : "Puisque tu as choisi cette vie, n'attends jamais rien de moi et tu peux chercher un autre père parce que désormais tu n'es plus mon fils. J'étais dévasté et j'avais peur à cause de ce qu'il a dit et de l'incertitude de la vie qui s'offrait à moi. J'avais trouvé mon père et je l'avais perdu".

C'est le cœur de sa mère qui a été le plus brisé.

"Ma mère avait une autre relation et a donné naissance à ma sœur qui est morte en 2007. Je suis son fils unique et elle m'a supplié avec des larmes d'oublier la prêtrise et de donner naissance à ses petits-enfants", raconte Christopher.

Il rend parfois visite à sa mère et écoute ses amis parler de son plus grand malheur, celui d'avoir un seul enfant qui a décidé de devenir prêtre religieux sans penser à "laisser un quelconque héritage derrière lui".

"Les amis de ma mère me réprimandent. Ils me disent toutes sortes de mauvaises choses, y compris que je suis inconsidéré. Que je suis méchant. Ma mère pleure tout le temps quand ces choses sont dites", dit Christopher.

"Un jour, certains membres de ma famille m'ont dit que parce que j'avais rejoint la formation religieuse, ils me drogueraient et s'assureraient que je couche avec une femme de leur choix pour qu'elle tombe enceinte et qu'ils élèvent leur enfant par eux-mêmes. Je leur ai dit que Dieu ne permettra jamais qu'une telle chose se produise", raconte-t-il.

Avec le temps et beaucoup d'encouragements, le père de Christopher a accepté sa vocation et est devenu depuis sa plus grande source de soutien.

Quant à sa mère, il dit : "Je prie pour elle parce que je sais que c'est très dur pour elle".

Les autres membres de sa famille ont également changé progressivement d'avis et attendent avec impatience la venue d'un prêtre catholique dans leur famille qui sera "le témoin de leurs mariages".

Quant à son ordination comme diacre le samedi 26 septembre, Christopher dit avoir des sentiments mitigés, "un peu sur les nerfs, mais excité et reconnaissant".

"Je me sens à la fois anxieux et ravi. Je me demande si je suis vraiment prêt à recevoir et à vivre l'ordre de la diaconie (service)", partage Christopher avec ACI Afrique.

Il ajoute : "Je suis très heureux parce que je me rends compte que Dieu est toujours avec moi et que son amour miséricordieux est toujours sur moi. ”

"C'est le jour que le Seigneur a fait et je devrais me réjouir et me réjouir sans oublier que le voyage continue", dit Christopher quelques heures avant de prononcer ses vœux perpétuels dans la Congrégation du Saint-Esprit, les Spiritains. 

Un "missionnaire de l'enfance", rencontre un séminariste tanzanien de 29 ans issu d'une famille mixte

Raymond Joel Riziki est un enfant unique né de sa mère ougandaise et de son père tanzanien.

Élevé à Arusha, dans le nord de la Tanzanie, Raymond a développé une profonde passion pour la vie missionnaire dès son plus jeune âge, lorsqu'il a servi à la messe dans la paroisse Saint-Simon l'Apôtre Loruvani de l'archidiocèse d'Arusha.

"Je n'avais que sept ans quand j'ai commencé à servir la messe, peut-être plus jeune. Je ne m'en souviens pas mais je sais que j'étais un très jeune enfant", raconte Raymond à ACI Afrique, ajoutant qu'il a été pris sous l'aile des Sœurs Missionnaires de Notre-Dame d'Afrique (Sœurs Blanches) qui avaient un apostolat à la paroisse.

"Les sœurs m'ont parlé de leur fondateur, Mgr Charles Lavigerie, et j'ai lu des choses sur lui et médité sur sa vie. Dès mon enfance, j'ai su que je voulais être missionnaire", dit-il.

Mais à l'âge de 12 ans, Raymond a annoncé à ses parents à Arusha qu'il voulait aller vivre en Ouganda où sa mère est née. Enfant unique et recevant un tendre amour, ses parents, perplexes face à sa décision, ont décidé de le laisser partir.

"La vie en Ouganda était difficile ; j'ai dû apprendre une langue totalement différente pour pouvoir communiquer dans ce pays. Mais j'ai persévéré et en six mois, j'ai maîtrisé la langue et j'ai poursuivi mes études jusqu'à la fin de l'école primaire et même jusqu'au lycée", dit-il.

"Avec le recul, je me demande généralement comment quelqu'un peut être aussi audacieux à un si jeune âge. Combien j'étais libre au point de choisir d'aller où je voulais, loin de la sécurité qu'offraient mes deux parents aimants", se souvient Raymond.

Contrairement à Christopher qui a été rejeté lorsqu'il a annoncé son désir de devenir prêtre, les parents de Raymond, qui ont également eu un enfant, l'ont davantage soutenu lorsqu'il a annoncé en 2010 qu'il voulait devenir prêtre religieux, et plus précisément missionnaire.

"Ma mère était ravie. Mon père, cependant, m'a demandé d'y réfléchir clairement et m'a dit qu'il me soutiendrait toujours", partage-t-il avec ACI Afrique dans ses souvenirs. 

Son plus grand défi, qui lui a fait envisager d'abandonner la formation, a été lorsqu'il a été envoyé pour son apostolat à Zanzibar, un endroit qu'il dit avoir été dominé par des musulmans qui ont mené toutes sortes d'hostilités sur les chrétiens.

"J'étais là quand ils ont tiré et tué un prêtre. Ils ont versé de l'acide sur un autre prêtre. Nous avons toujours vécu dans la peur et je redoutais d'être envoyé dans un tel lieu lors de l'ordination. Alors, j'ai commencé à penser à abandonner la vie religieuse", dit-il.

C'est en participant au dialogue interreligieux pendant son apostolat qu'il a progressivement surmonté cette peur.

Partageant son expérience de la formation pendant la pandémie COVID-19, Raymond a déclaré que ce fut un moment difficile où les séminaristes devaient "dépenser leurs ressources avec parcimonie". ”

"Nous avons rencontré de nombreuses difficultés financières et nous avons dû faire preuve de lenteur dans la constitution de nos réserves alimentaires et autres produits de première nécessité. Mais nous avons toujours reçu des dons de l'extérieur", dit-il, avant d’ajouter : "Même si nous passons de nombreux mois enfermés loin de nos familles, nous sommes reconnaissants que notre privilège de la messe quotidienne ne nous ait pas été retiré".

En prévision de l'événement du samedi 26 septembre où Raymond sera ordonné diacre par le représentant du Saint-Père au Kenya (et au Soudan du Sud), Mgr Bert van Megen, aux côtés de 21 autres Spiritains, il regrette que ses parents ne soient pas là pour assister à sa "journée de candidature".

"La seule chose regrettable est que mes parents ne seront pas là pour assister à mon grand jour à cause du confinement actuel", dit Raymond à ACI Afrique avant d’ajouter, "Mais je remercie Dieu d'avoir fait de mon rêve une réalité et je prie pour être un serviteur fidèle".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]