Un évêque mozambicain affirme que la paix est toujours un désir 24 ans après la médiation de Rome

Le président Philipe Nyusi et le dirigeant de la RENAMO, Ossufo Momade, ont signé un nouvel accord de paix en août 2019.
Credit: Domaine public.

Un prélat catholique du diocèse de Chimoio, au Mozambique, a pesé le pour et le contre des problèmes de sécurité dans plusieurs régions de ce pays d'Afrique australe. Il a déclaré que les médiations de paix de Rome, signées il y a 24 ans pour mettre fin à la violence dans le pays, n'ont pas encore porté les fruits nécessaires à une paix durable dans le pays.

Dans une interview avec le correspondant d'ACI Afrique au Mozambique, Mgr João Carlos Hatoa Nunes a déclaré que les gens dans plusieurs régions du pays continuaient à vivre dans la peur en raison de la violence prolongée.

"La paix est toujours un désir dans notre pays... Nous voyons encore plusieurs signes très clairs comme les attaques dans les zones du centre et du nord et la peur incessante qui pèse sur plusieurs populations qui se trouvent dans ces zones de conflit", a déclaré Mgr João Carlos dans l'interview du lundi 5 octobre.

Il a ajouté : "Tout cela montre que la paix est encore un désir pour de nombreux Mozambicains et que nous n'avons pas encore réussi à nous rencontrer et à travailler ensemble pour la croissance de notre pays".

Le prélat a parlé des Accords généraux de paix de Rome, un traité de paix qui a été signé entre le gouvernement du Mozambique et la Résistance nationale mozambicaine (RENAMO), mettant fin à la guerre civile du pays le 4 octobre 1992.

Les négociations ont été médiatisées par deux membres de la Communauté de Sant'Egidio, Andrea Riccardi et Matteo Zuppi, ainsi que par l'évêque Jaime Gonçalves et le représentant du gouvernement italien Mario Raffaelli.

Le 21 octobre 2013, les dirigeants de la RENAMO ont déclaré qu'ils annulaient l'accord de paix à la suite d'une attaque du gouvernement sur leur base. Un autre accord pour la cessation des hostilités a été conclu en 2014.

La troisième tentative pour mettre fin aux hostilités a été la signature d'un traité de paix le 6 août 2019 par le président du pays, Filipe Nyusi, et le leader du mouvement de guérilla RENAMO, Ossufo Momade, pour mettre fin à une reprise du conflit armé dans le centre du Mozambique.

L'ancien président Joaquim Alberto Chissano, qui était présent lors de la signature des accords de Rome en Italie le 4 octobre 1992, a déclaré à la presse lorsqu'on lui a demandé ce qui avait échoué dans cet accord : "Cette question m'a été posée plusieurs fois, mais je ne sais pas ce qui a échoué. La RENAMO affirme que le gouvernement n'a pas respecté les accords de Rome, mais elle ne peut pas me montrer ce qui a échoué. "

Dans l'interview du 5 octobre avec le correspondant d'ACI Afrique, l'évêque du diocèse de Chimoio a attribué l'inefficacité de l'accord négocié à Rome au manque d'inclusivité et à la hâte de reprendre les élections au moment de la médiation.

"Je pense que l'accord de Rome n'a pas duré longtemps parce que la question de la réconciliation des Mozambicains a été mise de côté et que les élections étaient prioritaires à l'époque et que le vainqueur des élections a fini par être le vainqueur de la guerre", a déclaré Mgr João Carlos.

Il a ajouté : "Je parle de la guerre de 16 ans, qui était censée être une guerre sans perdants ni gagnants, de sorte que ceux qui ont gouverné le pays m'ont mis de côté certains aspects cruciaux que nous désirions tant".

Le prélat a également déclaré que le pays est incapable de conclure l'ensemble du processus de consolidation et de construction de la paix, qui s'avère être "un processus plutôt ténu et fragile".

"La preuve en est les accords ultérieurs que nous avons signés, qui pour moi, au fond, cherchent à atténuer les aspects qui n'ont pas été observés ou qui n'ont pas été bien approfondis dans les processus passés", a déclaré Mgr João Carlos au correspondant de ACI Afrique.

Selon l'évêque du diocèse de Chimoio, la journée de paix dans la province de Manica en particulier et dans certains districts, a été passée par beaucoup à essayer de survivre.

"Dans les zones qui ont subi des attaques des hommes dits armés de la junte militaire autoproclamée, la population cherche des lieux sûrs. Et l'incertitude plane", a-t-il déclaré.

L'évêque a expliqué que la paix ne dépend pas seulement de la signature de documents, mais aussi de la façon dont les gens vivent après un accord de paix et de la façon dont ils partagent leurs préoccupations et résolvent leurs problèmes.

Malgré la signature de trois accords de paix au Mozambique depuis 1992, l'insécurité règne toujours dans l'ancienne colonie portugaise, créant des milliers de réfugiés, surtout dans le Nord, au milieu des attaques menées par les insurgés et d'autres groupes opposés au gouvernement.

Cabo Delgado, la province la plus septentrionale du diocèse de Pemba au Mozambique, a été la plus touchée par l'insécurité. En août, le pape François a tendu la main à Mgr Luiz Fernando Lisboa, l'Ordinaire du lieu, pour lui exprimer sa proximité avec lui et avec le peuple de Dieu dont il a la charge, au milieu des attaques djihadistes signalées.

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]