Mgr Lisboa : "Nous sommes vraiment dans une crise humanitaire profonde"

Certaines personnes déplacées sur la plage de Paquitequete, dans le diocèse de Pemba.
Credit: Domaine public

Le peuple de Dieu dans la province de Cabo Delgado au Mozambique connaît "une crise humanitaire profonde", a déclaré l'évêque du diocèse de Pemba, qui couvre la province la plus septentrionale de la nation d'Afrique australe, en début de semaine, en lançant un appel à l'aide pour des milliers de familles déplacées.

"Nous avons besoin de soutien, nous avons besoin d'aide. Nous sommes vraiment dans une crise humanitaire profonde et nous avons besoin de solidarité", a déclaré Mgr Luiz Fernando Lisboa mardi 27 octobre, ajoutant que la situation est accablante et nécessite une action immédiate.  

Mgr Lisboa a ajouté : "Il y a beaucoup de gens à soigner et ils ont besoin de tout, mais en ce moment, nous nous occupons des besoins les plus fondamentaux, c'est-à-dire de la nourriture et d'un endroit où rester". 

L'évêque s'exprimait après une visite à la plage de Paquitequete, une des zones les plus peuplées de Pemba, où ceux qui fuient la violence dans la région arrivent dans de petites embarcations.

"Nous avons environ 170 bateaux et peut-être qu'aujourd'hui ils peuvent atteindre 200 bateaux. Environ 10 000 personnes sont déjà arrivées ici. Et d'autres sont en train d'arriver ici. Certains à cause des attaques qu'ils ont subies, d'autres quittent leur place parce qu'ils ont peur. C'est une situation généralisée de grande peur", a-t-il expliqué.

Il a poursuivi : "Les personnes déplacées qui sont arrivées au cours des cinq derniers jours arrivent dans des situations très difficiles. La plupart d'entre elles arrivent déshydratées, certaines sont malades. Nous avons eu une dame qui a accouché à l'intérieur d'un des bateaux". 

L'évêque qui était en compagnie de volontaires dont une équipe de Caritas Pemba était là pour accueillir et offrir de l'aide aux personnes déplacées.

"Beaucoup de gens n'ont pas de documents, ils arrivent avec presque rien", a dit et expliqué le membre de la Congrégation de la Passion de Jésus-Christ (Passionistes - CP), "Ceux qui le peuvent et ceux qui ont fui avant l'arrivée des insurgés, ont rassemblé ce qu'ils avaient. Mais une bonne partie d'entre eux arrivent avec rien, car ils sont partis précipitamment sans avoir pu rassembler leurs quelques affaires". 

La violente insurrection qui se déroule dans la province mozambicaine de Cabo Delgado depuis 2017 a eu un impact négatif sur la vie de plus de 600 000 personnes, avec plus de 200 000 déplacés dans toute la région, selon UNReliefweb.

Ces dernières semaines, au moins 7 402 personnes déplacées sont arrivées sur 127 bateaux sur la plage de Paquitequete, a indiqué l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) des Nations unies.

Dans son message du 27 octobre, lorsqu'il a rendu visite aux personnes déplacées, l'évêque Lisboa a souligné les conditions dans lesquelles elles vivent en disant : "Elles dorment sous des tentes de fortune parce qu'on n'a pas encore vu d'endroit où elles pourraient s'installer".

"Les familles qui sont déplacées finissent par emmener les gens chez eux et d'autres sont emmenées par des proches. D'autres encore, le gouvernement voit ce qu'il va faire d'eux", a déclaré le prélat d'origine brésilienne.

Il a ajouté : "C'est une situation très difficile car il y en a encore des centaines qui dorment ici sur la plage. Ils reçoivent des collations, du thé chaud, mais pas de vraie nourriture solide".

Face à ces défis, l'évêque a déclaré : "Le diocèse de Pemba forme des prêtres, des sœurs et des agents pastoraux laïcs à la prise en charge des traumatismes, afin qu'ils puissent se rendre auprès des familles et des centres de personnes déplacées (IDP) pour leur fournir des soins".

"Cette équipe n'est pas encore venue auprès de ces gens de la plage, car il n'est pas encore temps de leur apporter ce soutien", a-t-il déclaré.

Il a expliqué que les conseillers en traumatisme doivent "ouvrir leurs dossiers ; ils doivent être accueillis ; ils doivent être nourris ; et ensuite ils doivent commencer ce travail".

"Ce travail n'est pas fait immédiatement à votre arrivée ; il y a d'autres choses à faire avant cela. Mais l'équipe est prête à apporter ce soutien par la suite", a déclaré Mgr Lisboa, en faisant référence aux conseillers. 

Il a également reconnu l'aide apportée aux personnes déplacées en disant : "Une grande partie de l'aide est venue de l'extérieur de Pemba, de l'extérieur de la province et même de l'extérieur du pays, petite mais ajoutée aux autres que nous recevons, nous sommes en mesure de répondre à cette situation". 

Il a exprimé sa gratitude aux personnes, organisations et groupes qui ont aidé les familles déplacées à Cabo Delgado.

"Il faut tout d'abord féliciter les habitants de Cabo Delgado pour l'accueil qu'ils nous ont réservé, pour leur solidarité", a-t-il déclaré et a remercié "toutes les personnes qui se sont préoccupées de notre situation". 

Afin de mieux faire face à la crise humanitaire à Cabo Delgado, Mgr Lisboa a lancé un appel à plus d'aide en disant : "Je veux inviter les personnes de bonne volonté, les groupes, les amis de Pemba, les hommes d'affaires, à prendre contact avec nous. ”

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]