Les évêques du Kenya reprochent au gouvernement de "laisser les travailleurs de la santé exposés et vulnérables".

L'incapacité du gouvernement kenyan à soutenir "systématiquement" le système de santé malgré la disponibilité des fonds est une source d'inquiétude pour les évêques catholiques de ce pays d'Afrique de l'Est qui reprochent aux dirigeants du pays de "laisser les travailleurs de la santé exposés et vulnérables". ”

Dans leur message collectif partagé avec l'ACI Afrique vendredi 20 novembre, les membres de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB) appellent le gouvernement à donner la priorité aux ressources disponibles pour la réponse à COVID-19.

"Nous restons préoccupés par le fait que, malgré la disponibilité du budget et l'engagement de l'exécutif, les ressources n'ont pas été fournies de manière cohérente pour soutenir le système de santé afin de répondre de manière adéquate à cette pandémie, laissant les travailleurs de la santé exposés et vulnérables", déclarent les membres du KCCB dans leur déclaration du 20 novembre.

Les évêques se disent "profondément préoccupés" par le fait que COVID-19 a coûté la vie à des travailleurs de la santé qui "ont été la force derrière nos nombreux rétablissements signalés et ont donné aux Kenyans l'espoir dont ils avaient tant besoin pendant cette période difficile".

Depuis que le premier cas de coronavirus a été signalé au Kenya en mars, au moins 30 travailleurs de la santé ont succombé au virus, dont dix spécialistes de haut niveau, selon le Syndicat des médecins, pharmaciens et médecins du Kenya (KMPDU).

"Nous ne pouvons pas continuer à regarder le seul espoir du peuple kenyan s'effondrer à cause de la perte d'espoir et surtout de la perte de vies comme nous l'avons vu ces derniers jours", soulignent les membres du KCCB, en faisant référence aux travailleurs de la santé qui ont succombé au coronavirus.

Pour aller de l'avant, les évêques catholiques du Kenya demandent au gouvernement "d'agir avec hâte afin de donner la priorité aux ressources disponibles au sein du gouvernement et de fournir les facilités nécessaires au système de santé pour lui permettre de répondre au fardeau de cette maladie".

Alors que les médecins de ce pays d'Afrique de l'Est menacent de baisser leurs outils le 7 décembre pour protester contre ce qu'ils considèrent comme de la négligence et de mauvaises conditions de travail, les membres du KCCB appellent à "un dialogue urgent mais véritable avec les syndicats des travailleurs de la santé afin que leurs préoccupations puissent être écoutées et prises en compte de manière significative".

Dans la déclaration de deux pages signée par le président du KCCB, Mgr Philip Anyolo, les prélats expriment leur "profonde reconnaissance et admiration envers les travailleurs de la santé qui ont continué à travailler pour sauver des vies malgré les défis auxquels ils sont confrontés".

"Nous prions Dieu pour votre protection, alors même que vous avez donné votre vie au service des malades et de ceux qui ont le plus besoin de pitié. Que les bénédictions de Dieu soient sur vos vies et vos familles", déclarent les évêques dans leur déclaration du 20 novembre.

Ils déplorent cependant qu'une "partie de la direction du pays" n'ait pas tenu compte de l'appel du président Uhuru Kenyatta "à un état de responsabilité personnelle dans nos opérations et nos interactions" au milieu d'une "récente augmentation des cas de Covid-19, des taux de positivité et des taux de mortalité, en particulier au cours du mois de novembre 2020".

"Notre grande inquiétude est le manque de respect de ces directives de prévention par une partie de la direction du pays et par la suite par de nombreux Kenyans", déclarent les membres du KCCB.

Le Kenya a enregistré une forte augmentation du nombre de cas signalés par COVID-19 et des décès qui y sont liés au mois de novembre, une situation que les dirigeants du ministère de la santé du pays attribuent au mépris du public pour les directives COVID-19. 

Au cours des deux semaines se terminant le 14 novembre, le pays a enregistré 4 081 nouveaux cas de COVID-19 et 253 décès, avec un maximum de 1 470 cas signalés en une seule journée.

À ce jour, le pays a enregistré au moins 74 145 cas, 50 658 récupérations et 1 330 décès.

Face à la recrudescence des infections, les membres du KCCB affirment que "si l'on prend les bonnes mesures, guidées par les autorités sanitaires, et qu'on les adopte rapidement, la propagation de ce virus peut encore être contenue".

Ils soulignent la nécessité d'une responsabilité individuelle "pour se protéger soi-même, sa famille et sa communauté contre le Covid-19".

Ils demandent en outre à tous "de ne pas minimiser cette pandémie même si votre quartier n'a pas été mis en évidence comme un point chaud de la maladie ou si votre âge et votre état de santé général ne sont pas considérés comme risqués".

"Nous vous appelons tous à rester calmes car la panique brouille la vision et soumet le jugement et l'action", disent les membres du KCCB et "invitent tous les Kenyans et les personnes de bonne volonté à continuer de prier pour la fin de cette pandémie".

Ils implorent : "Lorsque nous avons confiance en Dieu, nous avons de l'espoir. Nous ne devons pas craindre car Dieu est avec nous ; nous ne devons pas être consternés car il est notre Dieu ; il nous fortifiera et nous aidera. ”

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]