Les jésuites en Afrique en solidarité avec toutes les personnes vivant avec le VIH

À l'occasion de la Journée mondiale du SIDA, célébrée le 1er décembre depuis 1988, les membres de la Compagnie de Jésus (Jésuites) en Afrique ont, dans une déclaration collective, exprimé leur solidarité "avec toutes les personnes vivant avec le VIH" face aux défis posés par la pandémie COVID-19.

Dans la déclaration publiée le 1er décembre par les dirigeants de la Conférence des Jésuites d'Afrique et de Madagascar (JCAM), les membres du clergé et leurs collaborateurs décrivent la pandémie de coronavirus comme "un fardeau supplémentaire pour les personnes vivant avec le VIH" en Afrique.

"La Compagnie de Jésus (Jésuites et collaborateurs) en Afrique et à Madagascar (JCAM) est solidaire de toutes les personnes vivant avec le VIH (PVVIH)" disent les Jésuites lors de la journée consacrée à la sensibilisation à la pandémie du sida causée par la propagation de l'infection par le VIH et au deuil de ceux qui sont morts de la maladie.

Ils ajoutent en référence au VIH : "Nous nous souvenons de tous ceux qui ont perdu la vie à cause du virus. Que leurs âmes reposent en paix. ” 

"La commémoration de cette année s'inscrit dans un contexte particulier. Le monde entier est profondément touché par la pandémie de coronavirus, qui a perturbé les systèmes de santé et a gravement affecté des vies, en particulier celles de ceux qui sont déjà soumis à certaines conditions sous-jacentes, notamment le VIH/SIDA", ajoutent les membres de la JCAM.

"Indéniablement, la nouvelle crise de COVID-19 est un fardeau supplémentaire pour les personnes vivant avec le VIH, en particulier en Afrique où le système de santé publique est mal équipé", observent les Jésuites d'Afrique et de Madagascar dans leur message du 1er décembre partagé avec l'ACI Afrique.

Ils poursuivent : "Les lignes directrices proposées pour arrêter la propagation du coronavirus aggravent une base économique des ménages déjà fragile, affaiblissent les systèmes de soutien social et la fourniture de services essentiels vitaux, et laissent les PVVIH plus exposées et plus vulnérables".

"Même si nous sommes en plein milieu d'une nouvelle urgence de santé publique mondiale, il est essentiel de ne pas baisser la garde dans la lutte contre le VIH/sida, car la guerre est loin d'être terminée", ajoutent les membres du JCAM.

Ils notent que depuis le début de l'épidémie de VIH/sida, 75,7 millions de personnes ont été infectées. Citant ONUSIDA 2020, les Jésuites affirment que les personnes qui ont perdu la vie à cause de maladies liées au sida sont au nombre de 32,7 millions. En attendant, des millions de personnes subissent les conséquences de la maladie sur leurs familles, affirment les jésuites d'Afrique et de Madagascar.

Réfléchissant sur le thème de cette année, "Solidarité mondiale, responsabilité partagée", les membres de la JCAM notent que "la solidarité est une condition de notre succès collectif".

Le thème, notent-ils encore, "nous rappelle notre responsabilité commune les uns envers les autres.

” 

"Le pape François a parlé de l'importance de la solidarité dans le contexte de la crise et a souligné l'élément essentiel qui consiste à affronter la crise ensemble afin d'en sortir meilleur et plus fort. Il nous rappelle que soit nous le faisons ensemble, tous ensemble, dans la solidarité, soit cela ne se fait jamais", ajoutent-ils.

Dans leur message collectif signé par le président de la JCAM, le père Agbonkhianmeghe Orobator, les Jésuites font référence aux "Préférences Apostoliques Universelles (PAU) de la Compagnie de Jésus".

Les UAP, disent-ils, "enjoignent à tous de marcher avec les exclus de la société, c'est-à-dire les personnes vulnérables, faibles et marginalisées par les maladies sociales et physiques, y compris le VIH/sida. ”

"Les jésuites et les collaborateurs en Afrique et à Madagascar continuent d'accorder une grande attention à l'épidémie de sida et à ses implications pour la communauté. La présence du réseau jésuite africain de lutte contre le sida (AJAN) depuis 2002, en tant qu'organisme continental coordonnant les réponses des jésuites au VIH/sida, est un témoignage concret de notre solidarité et de notre responsabilité partagée", ajoutent-ils.

Ils poursuivent en soulignant certains progrès dans les interventions en Afrique en disant : "Sur le plan positif, nous regardons en arrière et reconnaissons les formidables réalisations dans la lutte contre l'épidémie - grâce à la générosité, à la résilience et aux efforts inlassables des gouvernements, des organisations internationales, des sociétés civiles, des organisations religieuses et des communautés. ”

"Il est encourageant qu'une initiative mondiale unie ait enregistré des progrès en matière de dépistage et de traitement du VIH, avec pour résultat que 81 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut, et qu'on estime que 25,4 millions des 38 millions de personnes vivant avec le VIH avaient accès à une thérapie antirétrovirale à la fin de 2019, ce qui a permis d'éviter 12,1 millions de décès liés au sida depuis 2010 (ONUSIDA, 2020)", notent les jésuites.

"Alors que nous nous réunissons pour marquer la Journée mondiale du sida 2020, les jésuites et les collaborateurs en Afrique comprennent qu'en temps de crise sanitaire d'une telle ampleur, il ne s'agit jamais de "nous" et "d'eux". Au contraire, nous formons un seul corps en Christ" disent les membres de la JCAM en faisant référence aux lettres de St Paul.

Ils poursuivent : "AJAN et tous les jésuites et collaborateurs en Afrique joignent leurs voix à celles de la famille mondiale pour réaffirmer notre engagement à la réalisation de l'objectif de développement durable visant à mettre fin à l'épidémie de SIDA d'ici 2030". 

"Bien que cela semble ambitieux, nous croyons que c'est possible si nous agissons de manière solidaire et si nous assumons nos responsabilités", dit le dicton en citant l'Evangile selon Luc, et d'ajouter : "Avec Dieu, rien n'est impossible. ”

Les membres de la JCAM implorent : "Que Dieu continue à nous fortifier alors que nous luttons pour surmonter la crise de COVID-19. Que Dieu nous accorde la grâce d'une plus grande solidarité et responsabilité envers nos sœurs et frères les plus défavorisés par la pandémie, en particulier ceux qui sont touchés par le VIH et qui vivent avec lui".

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]