Une délégation des évêques d'Afrique australe se rappelle de sa visite de solidarité au diocèse de Pemba en Mozambique

La délégation de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC).
Credit: Mgr José Luis.

La délégation de quatre membres a été confrontée à une "tragédie humaine" lors de sa visite de solidarité à l'Ordinaire du diocèse de Pemba au Mozambique au début du mois, a raconté un évêque de la délégation.

Dans un message sur son blog intitulé "Cabo Delgado : tragédie et espoir", Mgr José Luís Ponce de León du diocèse de Manzini au Swaziland se rappelle de leur visite de solidarité du 2 au 4 décembre qui leur a permis de constater l'esprit combatif du peuple de Dieu au milieu des attaques des insurgés.

"Nous avons vu une tragédie humaine encore possible de nos jours et dans notre partie du monde : la réalité des gens qui ont dû tout laisser derrière eux sans y réfléchir à deux fois pour pouvoir sauver leur vie et celle de leur famille", déclare Mgr José Luis dans le message sur son blog du jeudi 17 décembre vu par ACI Afrique.

L'évêque ajoute : "Attaqués aux petites heures du matin, les choix étaient de s'échapper, de mourir ou - peut-être - d'être pris."

Au cours de la visite de solidarité de trois jours facilitée par le Dennis Hurley Peace Institute (DHPI), les membres de la délégation ont "vu la tragédie des enfants qui se sont séparés de leurs familles en fuyant dans différentes directions", se souvient Mgr José Luís, membre des Missionnaires Consolata (IMC).

"Dans d'autres cas, les parents étaient dans les champs et les voisins protégeaient les enfants en les emmenant", dit-il et se souvient de Mgr de Pemba, Luiz Fernando Lisboa, qui leur a dit : "Un jour, 35 enfants sont arrivés à Pemba. Ils sont arrivés ensemble, sans leurs parents".

La délégation composée du président de la Commission Justice et Paix de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC), Mgr Victor Phalana, du secrétaire général associé de la SACBC, la dominicaine Tshifiwa Munzhedzi, et du directeur du DHPI, Johan Viljoen, a également vu "des camps de réfugiés organisés par le gouvernement pour s'occuper des personnes déplacées".

Mgr José Luís se souvient que dans l'un des endroits qu'ils ont visités, on leur a dit : "Après les attaques de septembre, 14 000 personnes sont arrivées dans la région et elles ont été organisées en deux camps. "Pemba, avec une population de 200 000 personnes, a accueilli 150 000 personnes déplacées.

"Nous avons vu ce que cela signifie de devoir tout laisser derrière soi en sachant qu'ils ne pourront peut-être jamais revenir en arrière", dit le prélat de 59 ans en faisant référence à la délégation de la SACBC à Cabo Delgado.

Faisant référence aux dirigeants politiques mozambicains, le prélat d'origine argentine ajoute : " (Le) gouvernement alloue des terres à ces familles afin qu'elles puissent reconstruire leur vie dans un nouvel endroit car il est clair qu'il n'y a aucune chance - dans un avenir prévisible - qu'elles puissent y retourner ".

Située dans la partie la plus septentrionale du Mozambique, la province de Cabo Delgado est le centre des attaques des insurgés armés qui font allégeance à l'État islamique d'Irak et de Syrie (ISIS) depuis octobre 2017. 

La crise a commencé lorsqu'un groupe armé islamiste connu localement sous le nom de Al-Sunna wa Jama'a (ASWJ) a attaqué un poste de police dans le district de Mocimboa da Praia, dans la province de Cabo Delgado, riche en gaz. 

Cette crise, qui dure depuis trois ans, a provoqué le déplacement d'au moins 355 000 personnes, selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés, le HCR.

Au milieu de l'insurrection, la délégation de la SACBC a été témoin du "travail extraordinaire accompli par Caritas Pemba", qui vient en aide aux familles déplacées grâce aux dons de nourriture reçus de diverses personnes et organisations de bonne volonté du monde entier, a déclaré Mgr José Luis.

Outre le don de nourriture, Caritas Pemba offre également aux familles déplacées "des outils qui leur permettraient de construire leur avenir", tels que des semences pour les plantations, des machines à coudre et des outils de menuiserie, entre autres, a déclaré l'évêque de Manzini sur son blog.

Lors de la visite du 2 au 4 décembre à Cabo Delgado, la délégation a également vu "un détail intéressant - une boîte où les gens peuvent signaler tout type d'abus", rappelle-t-il, ajoutant que la boîte est destinée aux "personnes vulnérables qui risquent de subir davantage de violence et d'abus ; par conséquent, un moyen leur est offert de partager anonymement tout type d'abus. ”

La délégation a également vu le "cœur du bon pasteur" de l'évêque Lisboa de Pemba, âgé de 64 ans, qui leur a dit : "Nous devons maintenant repenser complètement notre travail pastoral dans le diocèse", se rappelle l'Ordinaire du seul diocèse du Swaziland, Manzini.

Grâce à l'initiative de Mgr Lisboa, "les prêtres, qui vivent maintenant à Pemba après la destruction de leurs églises et de leurs maisons, se réunissent pendant la semaine, les gens arrivant d'une certaine région pour prier ensemble ou pour la célébration de la messe", dit Mgr José Luís sur son blog.

Au cours de ces rencontres, les prêtres et les fidèles "s'informent mutuellement sur les parents disparus, et planifient leur avenir", ajoute-t-il sur son blog.

"Nous avons également été témoins de l'esprit des gens qui n'abandonnent pas et qui mettent le meilleur d'eux-mêmes pour reconstruire leur avenir et celui de leur famille", rappelle le prélat basé au Swaziland.

Pour lui, la visite de solidarité de trois jours à l'évêque de Pemba a été "particulièrement intense et plus nous avons parlé et visité, plus nous sommes restés avec des questions sans réponse : pourquoi tant de silence ?

"Peu de gens semblent être au courant de la tragédie qui touche notre pays voisin. Qui est derrière cette guerre ?" s’interroge-t-il avant d’observer : "Toute guerre nous rend tous plus pauvres, mais quelqu'un en profite clairement".

Mgr José Luís ajoute : "On craint que des réponses faciles soient proposées pour éviter d'approfondir les causes... En attendant, des centaines de milliers de familles ont tout perdu et beaucoup d'autres connaîtront le même sort si rien n'est fait".

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]