En Afrique du Sud, Mgr Kizito demande au gouvernement de fournir une formation sur le vaccin COVID-19 pour dissiper la peur

Il n'y a pas d'informations correctes sur le vaccin COVID-19 qui doit être administré aux Sud-Africains pour combattre le coronavirus, qui se répand rapidement dans le pays, a déclaré un évêque catholique du pays.

Dans une interview accordée à ACI Afrique en début de semaine, Mgr Joseph Kizito du diocèse d'Aliwal en Afrique du Sud a déclaré qu'il y avait beaucoup d'informations déformées sur le vaccin et que la situation causait déjà beaucoup d'anxiété parmi la population. 

L'évêque, d’origine Ougandaise, a appelé le gouvernement sud-africain à éduquer les masses sur la sécurité et les effets secondaires possibles du vaccin.

"La seule information dont disposent les gens sur le vaccin COVID-19 est construite à partir de rumeurs, car personne ne leur a fourni d'informations correctes concernant le vaccin. Certains disent déjà que le vaccin est une question de mondialisation et que ceux qui sont inoculés ne pourront pas avoir d'enfants", a déclaré Mgr Kizito à ACI Afrique lundi 4 janvier.

Il a ajouté : "En tant que bergers de ces personnes, nous devons obtenir des assurances sur la sécurité du vaccin pour rassurer la population. Pour le moment, il n'y a pas de telles informations et nous ne savons pas quoi leur dire".

Mgr Kizito a également appelé les ministres de l'Église "à se lever en tant que pasteurs et à dire aux gens de se faire vacciner si le vaccin arrive".

L'Afrique du Sud connaît une nouvelle vague d'infections COVID-19 caractérisée par ce que les scientifiques ont appelé une nouvelle variante du coronavirus et qui, selon Mgr Kizito, est "plus violente".

"Les infections sont pires que ce que nous avons connu auparavant. Le virus tue tellement de gens et les gens sont plus effrayés qu'ils ne l'étaient lorsque le COVID-19 a été signalé pour la première fois", a déclaré l'évêque.

Partageant sa propre expérience, il a raconté : "J'ai perdu tant de personnes que j'ai connues dans l'Église. Nous perdons deux à trois catholiques chaque jour. L'autre jour, nous avons enterré un prêtre. De nombreuses sœurs religieuses ont également été prises dans cette nouvelle vague d'infections".

Juste avant Noël, les dirigeants de la Conférence des sœurs catholiques d'Afrique du Sud ont exprimé leur inquiétude face à la recrudescence des infections par COVID-19 et des décès qui en découlent dans les communautés religieuses du pays.

Dans sa déclaration du 18 décembre, la Conférence des dirigeants de la vie consacrée (LCCLSA) a souligné le décès de six sœurs des Filles de Saint-François à Port Shepstone, dans le diocèse de Marianhill, qui sont mortes en l'espace d'une semaine, et a exhorté les membres des différents ordres religieux et sociétés de vie apostolique d'Afrique du Sud à adhérer aux mesures préventives de la COVID-19.

Dans l'interview du 4 janvier avec ACI Afrique, Mgr Kizito a déclaré que la situation actuelle de COVID-19 en Afrique du Sud est une terrible façon de commencer l'année.

"Nous avons manqué beaucoup d'interactions l'année dernière à cause de la pandémie. Nous avons beaucoup prié et espéré que la nouvelle année serait différente. Mais cela ne devait pas être le cas", a déclaré à ACI Afrique l'évêque qui dirige le diocèse d'Aliwal dans la province ecclésiastique du Cap-Oriental depuis son ordination en février 2020.

Le peuple de Dieu est resté à l'écart des grandes occasions de l'Eglise et a manqué des célébrations culturelles, a-t-il dit en rappelant les effets des restrictions COVID-19 depuis le début de 2020.

"Nous n'avons pas passé un bon Noël. Nous n'avons jamais fêté le Nouvel An à l'église. Pas de célébration de la solennité de la Sainte Vierge Marie et rien sur l'Epiphanie. Juste la mort et la morosité", a rappelé l'évêque de 53 ans.

Les membres de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC) organisent leur assemblée plénière annuelle qui, une fois de plus, se déroulera de manière virtuelle.

Selon le natif de l'archidiocèse de Kampala, en Ouganda, qui a été incardiné dans le diocèse d'Aliwal lors de son ordination diaconale en décembre 1996, la réunion de deux semaines de la SACBC serait plus efficace si elle était physique.

"Pendant deux ans, nous n'aurons pas nos interactions individuelles habituelles", a déclaré Mgr Kizito à ACI Afrique, ajoutant : "Les interactions physiques nous construisent normalement beaucoup puisque nous avons l'occasion de partager nos expériences. Nous avons généralement des discussions approfondies sur des sujets. Avec les réunions zoom, il n'y a pas de luxe à discuter des problèmes de manière plus approfondie".

Le prélat qui a commencé à gouverner le diocèse sud-africain peu avant que la pandémie ne frappe, dit qu'il n'a jamais eu un mandat normal de berger du peuple de Dieu dans le diocèse.

"Depuis mon ordination, l'Eglise est très faible. Toutes les paroisses ont été contraintes de réduire considérablement leurs coûts et nous avons survécu par la grâce de Dieu. Et maintenant, nous avons fermé nos paroisses pendant trois semaines supplémentaires pour surveiller les infections et assurer la sécurité de notre peuple", partage Mgr Kizito.

En Afrique du Sud, les diocèses aisés ont été appelés à aider ceux qui ont des difficultés financières. Déjà, les paroisses aisées de certains diocèses, comme celui de Port Elizabeth, soutiennent les paroisses plus faibles au sein du diocèse.

Malgré tous les défis, et alors que l'Afrique du Sud s'accroche à l'espoir d'obtenir un vaccin COVID-19, l'évêque a exhorté au calme et à plus de prières au sein des familles.

"Nous disons aux gens de retourner une fois de plus et de continuer à prier au sein de leurs familles où ils sont en sécurité", a déclaré tristement Mgr Kizito.

Il a ajouté lors de l'interview du 4 janvier avec ACI Afrique, "Hier (dimanche), j'ai rendu visite à environ cinq familles pour prier avec elles. Nous faisons cela pour rassurer notre peuple que nous ne les abandonnerons jamais en ces temps difficiles".

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]