Advertisement

Le cardinal Piat : "L'Eglise ne peut rester indifférente à la question politique"

L'évêque du diocèse de Port Louis à l'île Maurice, le cardinal Maurice Piat Diocèse de Port Louis L'évêque du diocèse de Port Louis à l'île Maurice, le cardinal Maurice Piat
Diocèse de Port Louis

Le chef de l'Eglise catholique de Maurice a défendu les dirigeants de l'Eglise de la nation insulaire de l'Océan indien contre les accusations d'ingérence dans la gestion du pays, notant qu'ils ne peuvent pas "rester indifférents".

Dans une interview accordée à l'hebdomadaire La Vie Catholique, l'évêque du diocèse de Port Louis, le cardinal Maurice Piat a déclaré que si les dirigeants des églises "ne doivent pas s'immiscer dans la politique des partis", il ne peut être question qu'ils "restent indifférents à la question politique, au sens de la vie de la ville, du pays".

"A ce niveau, de nombreuses questions se posent, auxquelles tous les citoyens, y compris les chrétiens, doivent rester très vigilants : par exemple les questions relatives à la corruption, à la liberté d'expression, à la justice sociale, aux discriminations, à la grande pauvreté, à la drogue, à l'accès au logement et au travail, etc.", a déclaré le cardinal Piat dans l'interview publiée sur le site internet de son diocèse mardi 2 mars.

En réponse à l'affirmation du journaliste selon laquelle le gouvernement mauricien "n'est pas toujours satisfait de ses positions", le cardinal a déclaré : "Mes discours peuvent contrarier les autorités en place ou plaire à une opposition en quête de soutien, ou vice versa. Mais quand je parle, je ne le fais pas pour plaire ou pour flatter le gouvernement ou l'opposition".

"Mon souci est de contribuer au bien commun de l'ensemble de la société mauricienne", a déclaré le membre de la Congrégation du Saint-Esprit (Spiritains). 

Advertisement

En présentant ses arguments contre les accusations d'ingérence, le cardinal Piat a fait référence à l'exhortation apostolique "Evangelii Gaudium" du pape François pour 2013, dans laquelle le Saint-Père a déclaré : "Les pasteurs ... ont le droit d'exprimer des opinions sur tout ce qui concerne la vie des gens, tant que la tâche d'évangélisation implique et exige la promotion intégrale de chaque être humain".

"Par conséquent, personne ne peut exiger de nous que nous reléguions la religion dans la vie privée secrète des gens, sans aucune influence sur la vie sociale et nationale, sans se soucier de la santé des institutions de la société civile, sans s'exprimer sur elles - des événements qui intéressent les citoyens", a encore déclaré le cardinal, en référence au document papal de 2013. 

Le cardinal de 79 ans a également fait référence aux manifestations anti-gouvernementales organisées le mois dernier par les partis d'opposition dans le pays, au cours desquelles les manifestants ont demandé aux dirigeants du pays de rendre des comptes.

Le cardinal a déclaré que les protestations "sont le signe d'un certain souffle démocratique dans la société mauricienne".

Puisque l'île Maurice est une démocratie régie par l'État de droit, les Mauriciens doivent passer par le vote s'ils veulent un changement de gouvernement ou une consolidation des structures démocratiques, a-t-il dit, mettant en garde contre les tentatives illégales de renverser les dirigeants politiques de la nation insulaire de l'océan Indien.

More in Afrique

"Une élection générale ne demande pas aux citoyens de voter simplement pour un candidat, mais aussi et surtout d'exprimer clairement à tous les candidats présents quelles sont leurs attentes et les conditions qu'ils doivent remplir s'ils veulent que nous votions pour eux", a déclaré le cardinal mauricien.

La "moindre des choses" dans une société démocratique comme celle de la nation insulaire est que "les représentants élus représentent véritablement le peuple et tiennent rigoureusement compte des attentes explicites de ceux qui ont voté pour eux", a-t-il encore observé.

"Voter pour quelqu'un ne signifie pas lui donner un chèque en blanc. C'est pourquoi il est bon que les citoyens se mobilisent, mais ils doivent le faire sur des points concrets tels que le financement des partis politiques, la réforme électorale qui sont des questions centrales, qui conditionnent la santé d'une démocratie", a déclaré le Cardinal Spiritain dans l'interview publiée le 2 mars.

C'est dans un esprit de mobilisation citoyenne que la Commission Justice et Paix du diocèse "a proposé des lignes concrètes de politiques à mener dans plusieurs domaines dans un document intitulé "Voter avec discernement"", a déclaré l'Ordinaire local du diocèse de Port Louis.