Advertisement

Le pape François lance un appel à l'harmonie interreligieuse sur le lieu de naissance d'Abraham

Le pape François a appelé samedi à l'harmonie entre les adeptes des principales religions monothéistes du monde lors d'une rencontre interreligieuse dans la plaine d'Ur, au sud de l'Irak.

S'exprimant sur le site antique, dont on pense qu'il est le lieu de naissance d'Abraham, le pape a souligné l'héritage commun des chrétiens, des musulmans et des juifs.

"De ce lieu, où la foi est née, de la terre de notre père Abraham, affirmons que Dieu est miséricordieux et que le plus grand blasphème est de profaner son nom en haïssant nos frères et sœurs", a-t-il déclaré le 6 mars.

"L'hostilité, l'extrémisme et la violence ne sont pas nés d'un cœur religieux : ce sont des trahisons de la religion. Nous, les croyants, ne pouvons pas nous taire lorsque le terrorisme abuse de la religion ; en effet, nous sommes appelés sans ambiguïté à dissiper tous les malentendus".

Advertisement

La Bible nomme le lieu de naissance d'Abraham Ur Kaśdim (traduit par Ur des Chaldéens), ce qui a conduit les chercheurs à identifier la ville du sud de l'Irak comme étant le lieu de sa naissance.

"Ce lieu béni nous ramène à nos origines, aux sources de l'œuvre de Dieu, à la naissance de nos religions. Ici, où Abraham notre père a vécu, nous semblons être rentrés chez nous", a déclaré le pape, assis dans une chaise blanche sur une scène balayée par le vent.

"C'est ici qu'Abraham a entendu l'appel de Dieu ; c'est d'ici qu'il s'est lancé dans un voyage qui allait changer l'histoire. Nous sommes les fruits de cet appel et de ce voyage. Dieu a demandé à Abraham de lever les yeux vers le ciel et de compter ses étoiles. Dans ces étoiles, il a vu la promesse de ses descendants ; il nous a vus".

"Aujourd'hui, nous, juifs, chrétiens et musulmans, avec nos frères et sœurs d'autres religions, honorons notre père Abraham en faisant comme lui : nous levons les yeux vers le ciel et nous voyageons sur la terre."

Ur était autrefois une cité-État sumérienne prospère dans l'ancienne Mésopotamie. La Ziggourat d'Ur, partiellement restaurée et visible lors du discours du pape en direct, témoigne de son histoire. Le temple a été construit au 21e siècle avant J.-C. en l'honneur du dieu sumérien de la lune et ses ruines ont été fouillées à partir des années 1920.

More in Afrique

La rencontre interreligieuse a débuté à 11h10, heure locale, par un chant d'ouverture. Des lectures du livre de la Genèse et du Coran ont ensuite été chantées.

Quatre personnes ont apporté leur témoignage : deux jeunes, une femme adepte du mandaeisme, une religion gnostique monothéiste originaire du sud de la Mésopotamie, et un professeur musulman chiite.

Les deux jeunes -- Dawood Ara, un chrétien, et Hasan Salim, un musulman -- travaillent ensemble à temps partiel dans un magasin de vêtements à Bassora pour financer leurs études.

"Bien que Dawood et moi ne soyons pas de la même religion, notre histoire montre que nous pouvons travailler ensemble et que nous pouvons être amis", a déclaré Salim.

Rafah Husein Baher, un Irakien de Sabean Mandean, a raconté l'histoire de son coreligionnaire Najy, qui a perdu la vie en essayant de sauver la famille de son voisin musulman.

Advertisement

Ali Zghair Thajeel, professeur à l'université de Nassiriya, a parlé de ses efforts pour promouvoir les pèlerinages à Ur, une ville "mentionnée dans la Sainte Bible, le Saint Coran et la plupart des livres divins".

Le pape François a ensuite pris la parole, en insistant sur l'importance de la fraternité entre "les descendants d'Abraham".

Il a déclaré : "Puissions-nous - les descendants d'Abraham et les représentants des différentes religions - sentir que nous avons avant tout ce rôle : aider nos frères et sœurs à lever les yeux et à prier vers le ciel."

Il a poursuivi : "Nous levons les yeux vers le ciel pour nous élever des profondeurs de notre vanité ; nous servons Dieu pour être libérés de l'esclavage de notre ego, parce que Dieu nous pousse à aimer. C'est cela la vraie religiosité : adorer Dieu et aimer son prochain".

En visitant Ur, le pape François a réalisé un rêve du pape Jean-Paul II, qui espérait marquer le tournant du millénaire par un voyage "sur les traces d'Abraham". Mais le pape polonais n'a pas pu se rendre à Ur.

Dans son discours, François a mis en avant des exemples de coopération interreligieuse au milieu des turbulences de l'Irak du XXIe siècle.

 

He said: “When terrorism invaded the north of this beloved country, it wantonly destroyed part of its magnificent religious heritage, including the churches, monasteries and places of worship of various communities.” 

“Yet, even at that dark time, some stars kept shining. I think of the young Muslim volunteers of Mosul, who helped to repair churches and monasteries, building fraternal friendships on the rubble of hatred, and those Christians and Muslims who today are restoring mosques and churches together.” 

The pope described Abraham’s life story as a “journey outwards.” He said that all believers were required to take a similar path.

Quoting from his latest encyclicalFratelli tutti, he said: “Still, the temptation to withdraw from others is never-ending, yet at the same time we know that ‘the notion of “every man for himself” will rapidly degenerate into a free-for-all that would prove worse than any pandemic.’”  

“Amid the tempests we are currently experiencing, such isolation will not save us. Nor will an arms race or the erection of walls that will only make us all the more distant and aggressive. Nor the idolatry of money, for it closes us in on ourselves and creates chasms of inequality that engulf humanity. Nor can we be saved by consumerism, which numbs the mind and deadens the heart.”

Le pape a poursuivi : "Il n'y aura pas de paix si les peuples ne tendent pas la main aux autres peuples. Il n'y aura pas de paix tant que nous verrons les autres comme eux et non comme nous. Il n'y aura pas de paix tant que nos alliances seront contre les autres, car les alliances des uns contre les autres ne font qu'accroître les divisions".

"La paix n'exige pas des gagnants ou des perdants, mais plutôt des frères et des sœurs qui, malgré tous les malentendus et les blessures du passé, passent du conflit à l'unité. Demandons cela en priant pour tout le Moyen-Orient. Ici, je pense en particulier à la Syrie voisine, déchirée par la guerre".

Le pape François a dit que les gens qui croient en Dieu n'ont "aucun ennemi à combattre", à part "l'ennemi qui se tient à la porte du cœur et frappe pour entrer".

"Cet ennemi, c'est la haine", a-t-il dit.

Il a ajouté : "C'est à nous, l'humanité d'aujourd'hui, en particulier à nous, croyants de toutes les religions, de transformer les instruments de la haine en instruments de la paix. C'est à nous d'appeler fermement les dirigeants des nations à faire en sorte que la prolifération croissante des armes cède la place à la distribution de nourriture pour tous".

"C'est à nous de faire taire les accusations mutuelles afin de faire entendre le cri des opprimés et des laissés-pour-compte de notre monde : trop de gens manquent de nourriture, de médicaments, d'éducation, de droits et de dignité !

"C'est à nous de faire la lumière sur les manœuvres louches qui tournent autour de l'argent et d'exiger que l'argent ne finisse pas toujours et seulement par renforcer le luxe débridé de quelques-uns."

Se référant aux discours qui ont précédé le sien, le pape François a déclaré "J'ai été frappé par le témoignage de Dawood et Hasan, un chrétien et un musulman qui, imperturbables devant les différences qui les séparent, ont étudié et travaillé ensemble. Ensemble, ils ont construit l'avenir et ont réalisé qu'ils étaient frères".

"Pour aller de l'avant, nous devons nous aussi réaliser quelque chose de bien et de concret ensemble. C'est la voie à suivre, en particulier pour les jeunes, qui ne doivent pas voir leurs rêves anéantis par les conflits du passé !

Le pape a poursuivi : "C'est seulement avec les autres que les blessures du passé peuvent être guéries. Rafah nous a parlé de l'exemple héroïque de Najy, de la communauté mandéenne de Sabean, qui a perdu la vie en essayant de sauver la famille de son voisin musulman. Combien de personnes ici, dans le silence et l'indifférence du monde, ont entrepris des voyages de fraternité !

A la fin de la rencontre interreligieuse, les participants ont récité une "Prière des enfants d'Abraham".

Elle disait : "Dieu tout-puissant, notre créateur, tu aimes notre famille humaine et chaque œuvre de tes mains : En tant qu'enfants d'Abraham, juifs, chrétiens et musulmans, avec d'autres croyants et toutes les personnes de bonne volonté, nous te remercions de nous avoir donné Abraham, un fils distingué de ce pays noble et bien-aimé, pour être notre père commun dans la foi."

"Nous te remercions pour son exemple d'homme de foi, qui t'a complètement obéi, a laissé derrière lui sa famille, sa tribu et sa terre natale, et est parti pour une terre qu'il ne connaissait pas. Nous vous remercions également pour l'exemple de courage, de résilience, de force d'esprit, de générosité et d'hospitalité que nous a donné notre père commun dans la foi".

"Nous vous remercions tout particulièrement pour sa foi héroïque, dont témoigne sa disposition à sacrifier même son fils pour obéir à votre commandement. Nous savons qu'il s'agissait d'une épreuve extrême, mais dont il est sorti victorieux, car il a eu une confiance sans réserve en vous, qui êtes miséricordieux et qui offre toujours la possibilité de recommencer à zéro".

"Nous te remercions car, en bénissant notre père Abraham, tu as fait de lui une bénédiction pour tous les peuples. Nous te demandons, Dieu de notre père Abraham et de notre Dieu, de nous accorder une foi forte, une foi qui abonde en bonnes œuvres, une foi qui ouvre nos cœurs à toi et à tous nos frères et sœurs ; et une espérance sans limite capable de discerner en toute situation ta fidélité à tes promesses".

"Fais de chacun de nous un témoin de ton amour pour tous, en particulier pour les réfugiés et les personnes déplacées, les veuves et les orphelins, les pauvres et les infirmes. Ouvre nos cœurs au pardon mutuel et fais ainsi de nous des instruments de réconciliation, des bâtisseurs d'une société plus juste et plus fraternelle".

"Accueillez dans votre demeure de paix et de lumière tous ceux qui sont morts, en particulier les victimes de la violence et de la guerre. Aidez les autorités à rechercher et à retrouver les victimes d'enlèvement et, de manière particulière, à protéger les femmes et les enfants".

"Aide-nous à prendre soin de la terre, notre maison commune, que dans ta bonté et ta générosité tu nous as donnée à tous. Guidez nos mains dans le travail de reconstruction de ce pays, et donnez-nous la force nécessaire pour aider ceux qui sont contraints de quitter leurs maisons et leurs terres, en leur permettant de revenir dans la sécurité et la dignité, et d'entreprendre une nouvelle vie, sereine et prospère. Amen".

Après une dernière chanson et une photo de groupe avec les chefs religieux, le pape est retourné à l'aéroport de Nassiriya pour un vol de retour vers Bagdad, qui devait atterrir à 13h20, heure locale.