Advertisement

Une organisation caritative catholique et une entité de paix condamnent le long silence sur les meurtres d'habitants du Mozambique.

Les affrontements en cours au Mozambique sont le reflet de ce qui se passe depuis des années dans diverses régions de cette nation d'Afrique australe, a déclaré à ACI Afrique la direction d'une organisation catholique de charité et de paix présente dans le pays.

Faisant le point sur les affrontements mortels largement condamnés qui ont commencé le 24 mars par une attaque contre Palma à Cabo Delgado, dans le nord du Mozambique, au sein du diocèse catholique de Pemba, le directeur de l'Institut Denis Hurley pour la paix (DHPI), Johan Viljoen, déclare à ACI Afrique : "Il y a des corps partout dans les rues et sur les plages ; d'innombrables corps de civils innocents".

M. Viljoen partage une vidéo prise à Palma montrant des corps agglutinés en divers endroits des décapitations du 24 mars.

Le silence règne également dans la vidéo qui couvre des rues abandonnées et des maisons brûlées. Les habitants qui ont survécu à l'attaque cherchent actuellement refuge dans la Tanzanie voisine. D'autres ont fui par l'océan Indien vers des villes du sud du pays.

Un convoi de 17 véhicules transportant des travailleurs locaux et étrangers a tenté de fuir Palma pour se rendre dans un hôtel de la compagnie pétrolière et gazière française Total, situé près du lieu de l'attaque. Mais le convoi serait tombé dans une embuscade tendue par les insurgés.
Selon les rapports, seuls sept véhicules ont réussi à se mettre en sécurité. Néanmoins, certains passagers des véhicules ont été abattus.

Advertisement

Les autorités n'ont pas été en mesure de déterminer l'ampleur de la dévastation qui a été revendiquée par la province d'Afrique centrale de l'État islamique (ISCAP).

Depuis le début de l'insurrection en 2017 dans la province de Cabo Delgado, les attaques ont fait au moins 2 500 morts et 700 000 sans-abri, selon les médias.

Le groupe militant qui a revendiqué l'attaque affirme que la dernière attaque a entraîné la mort de 55 forces mozambicaines et de chrétiens, dont des entrepreneurs étrangers.

"Ce qui se passe ici n'est pas différent de ce que nous avons vu en Irak. C'est là que nous sommes rassemblés et, malheureusement, le monde est resté silencieux pendant tout ce temps", déclare M. Viljoen à ACI Afrique.

Le directeur de l'institut pour la paix et la charité, qui est une entité de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC), ajoute qu'il a fallu l'attaque contre des étrangers "pour que le monde prenne enfin conscience de l'ampleur de la crise au Mozambique".

More in Afrique

"Ce que le monde voit maintenant se passe au Mozambique depuis des années. Nous avons essayé d'en parler, mais personne n'a voulu nous écouter", déclare le responsable du DHPI, avant d'ajouter : "Le monde entier s'agite maintenant parce qu'une poignée d'étrangers ont été touchés. Mais cela dure depuis longtemps. Plus de 3 000 Mozambicains innocents sont morts dans cette violence et personne ne s'en est soucié."

M. Viljoen affirme que le monde devrait écouter le cri des Mozambicains qui souffrent à la fois aux mains des insurgés et des autorités qui, poursuit-il, font parfois la guerre à des civils innocents.

"Nous sommes égaux, étrangers et locaux. Chaque vie compte. En tant qu'organisation catholique, nous croyons que nous sommes tous créés à l'image de Dieu", dit-il.

Abordant la crise humanitaire croissante au sud du Mozambique, notamment à Pemba où le DHPI a installé un bureau pour répondre au nombre croissant de personnes déplacées à l'intérieur du pays (PDI), Lelis Quintanilla, le responsable du projet Mozambique du DHPI, a déclaré que des milliers de familles étaient déjà arrivées à Pemba.

"Il y a environ 4 000 familles qui arrivent ce soir à Pemba, ce qui fait environ 20 000 personnes et elles vont être accueillies avec du thé chaud, des biscuits et de l'eau", a déclaré Mme Quintanilla à ACI Afrique lors de l'entretien du lundi 29 mars.

Advertisement

Elle a ajouté, en référence aux personnes nouvellement déplacées, "elles seront ensuite emmenées dans la zone de transit, puis assignées quelque part pour leur logement temporaire."

"Ce que nous avons entendu, c'est qu'il y a beaucoup de gens qui n'ont pas reçu de nouvelles ou entendu quoi que ce soit du reste des membres de leur famille, qu'ils n'ont pas été en mesure de les localiser ou d'avoir des nouvelles d'eux", a-t-elle dit.

Le responsable mexicain de la DHPI, qui supervise la mise en place et le renforcement des bureaux Caritas dans l'archidiocèse catholique de Nampula et dans le diocèse de Pemba, a déclaré que certaines personnes qui avaient fui l'attaque dans le Nord avaient pu passer en Tanzanie et de là, elles espéraient se rendre à Pemba.

Dans l'interview du mardi 30 mars accordée à ACI Afrique, M. Viljoen a déclaré que l'organisation de paix qui sert les personnes en situation de conflit examine les facteurs liés à la violence actuelle au Mozambique afin de déterminer ce qui la dirige.

Il soutient que l'implication militaire croissante des pays occidentaux ne fait qu'aggraver la situation du Mozambique où un certain nombre de puissances occidentales poursuivent leurs intérêts économiques respectifs.

Selon lui, cette attaque, qui survient après que le gouvernement mozambicain a promis d'assurer la sécurité de la compagnie pétrolière française Total, est surtout très stratégique.

En janvier, le président mozambicain Filipe Nyusi a rencontré un responsable de Total et les deux hommes auraient convenu de renforcer la sécurité du camp Total sur la péninsule d'Afungi, dans la province septentrionale de Cabo Delgado. Ceci après que la compagnie pétrolière et gazière ait évacué une partie de la main-d'œuvre du projet d'Afungi en raison de problèmes de sécurité.

Les autres multinationales qui contrôlent le gaz dans cette province riche en minéraux sont l'Italien Eni et l'Américain ExxonMobil.