Advertisement

Les Plaies du Christ sont le "sceau de son amour pour nous" : Le pape François au dimanche de Pâques

Le pape François offre la messe dans la basilique Saint-Pierre le dimanche de Pâques 4 avril 2021. Vatican Media. Le pape François offre la messe dans la basilique Saint-Pierre le dimanche de Pâques 4 avril 2021.
Vatican Media.

Que ceux qui souffrent se réfugient dans les plaies du Christ et, à travers elles, reçoivent l'espérance qui ne déçoit pas, a prié le pape François le dimanche de Pâques.

Dans sa bénédiction Urbi et Orbi du 4 avril, le pape a déclaré que les témoins de la résurrection du Christ "rapportent un détail important : Jésus ressuscité porte les marques des plaies dans ses mains, ses pieds et son côté".

"Ces plaies sont le sceau éternel de son amour pour nous", a déclaré François. "Tous ceux qui vivent une épreuve douloureuse dans leur corps ou dans leur esprit peuvent trouver refuge dans ces plaies et, à travers elles, recevoir la grâce de l'espérance qui ne déçoit pas."

"Au milieu des nombreuses épreuves que nous endurons, n'oublions jamais que nous avons été guéris par les plaies du Christ", a-t-il ajouté.

Le pape a ajouté : "Dans la lumière du Seigneur ressuscité, nos souffrances sont désormais transfigurées. Là où il y avait la mort, il y a maintenant la vie. Là où il y avait le deuil, il y a maintenant la consolation. En embrassant la croix, Jésus a donné un sens à nos souffrances et nous prions maintenant pour que les bienfaits de cette guérison se répandent dans le monde entier. Une bonne, heureuse et sereine Pâques à vous tous !"

Advertisement

Le pape François a donné le message et la bénédiction de Pâques Urbi et Orbi depuis l'autel de la Chaire dans la basilique Saint-Pierre, où il avait offert la messe du dimanche de Pâques avec une congrégation d'environ 200 personnes.

L'Italie étant soumise à un nouveau verrouillage en raison de la pandémie de coronavirus, la bénédiction a été donnée à l'intérieur de la basilique, et non depuis la loggia centrale donnant sur la place Saint-Pierre.

Après la proclamation de l'Évangile, chanté en latin et en grec, le pape n'a pas prononcé d'homélie, mais a gardé un moment de silence pour une réflexion personnelle.

À la fin de la messe, le pape François a remercié tous ceux qui ont contribué à la beauté des liturgies de la Semaine sainte et de Pâques au Vatican. Il a également remercié le cardinal Angelo Comastri, qui a récemment pris sa retraite, pour ses 16 années de service en tant qu'archiprêtre de la basilique Saint-Pierre.

Dans la bénédiction Urbi et Orbi, le pape François a noté que "cette année encore, en divers endroits, de nombreux chrétiens ont célébré Pâques sous de sévères restrictions et, parfois, sans pouvoir assister aux célébrations liturgiques."

More in Afrique

"Nous prions pour que ces restrictions, ainsi que toutes les restrictions à la liberté de culte et de religion dans le monde, soient levées et que chacun puisse prier et louer Dieu librement", a-t-il déclaré.

Le pape a expliqué qu'"aujourd'hui, dans le monde entier, résonne la proclamation de l'Église : "Jésus, qui a été crucifié, est ressuscité comme il l'avait dit. Alléluia !"

Le message de Pâques, a-t-il poursuivi, n'est pas un mirage ou une formule magique, ni une échappatoire à la situation difficile de la pandémie de COVID-19 et aux graves crises sociales et économiques qu'elle a provoquées.

"Néanmoins - et c'est scandaleux - les conflits armés n'ont pas cessé et les arsenaux militaires se renforcent", a-t-il dit.

"Face à, ou mieux, au milieu de cette réalité complexe, le message de Pâques parle avec concision de l'événement qui nous donne l'espérance qui ne déçoit pas", a expliqué le pape. "'Jésus qui a été crucifié est ressuscité'".

Advertisement

Ce message concerne un homme " de chair et d'os, avec un visage et un nom : Jésus ", a-t-il précisé.

"Le Jésus crucifié, nul autre, est ressuscité des morts. Dieu le Père a ressuscité Jésus, son Fils, parce qu'il a pleinement accompli sa volonté salvatrice", a ajouté le pape. "Jésus a pris sur lui notre faiblesse, nos infirmités, et même notre mort. Il a enduré nos souffrances et porté le poids de nos péchés. À cause de cela, Dieu le Père l'a exalté et maintenant Jésus-Christ vit pour toujours ; il est le Seigneur."

Le pape François a prié pour que ceux qui sont malades du coronavirus, ou qui ont perdu des proches dans la pandémie, puissent être réconfortés par le Christ ressuscité.

Il a prié pour les personnes vulnérables, pour celles qui ont perdu leur emploi et pour toute personne en situation d'insécurité financière.

Il a également prié pour que Jésus ressuscité donne de l'espoir à tous les enfants et jeunes adultes contraints de rester longtemps sans aller à l'école ou à l'université, ou sans voir leurs amis.

"J'exprime ma proximité avec les jeunes du monde entier", a déclaré François, "et, en ces jours, en particulier avec les jeunes du Myanmar engagés à soutenir la démocratie et à faire entendre leur voix de manière pacifique, sachant que la haine ne peut être dissipée que par l'amour."

Il a prié pour que Jésus soit une source de renaissance pour les migrants fuyant la guerre et la pauvreté, et a remercié le Liban et la Jordanie d'accueillir tant de réfugiés du conflit en Syrie.

"Que le peuple libanais, qui traverse des moments de difficulté et d'incertitude, fasse l'expérience de la consolation du Seigneur ressuscité et trouve le soutien de la communauté internationale dans sa vocation à être une terre de rencontre, de coexistence et de pluralisme", a-t-il déclaré.

Le pape a prié pour que le Christ apporte la paix dans les conflits en Syrie, au Yémen et en Libye. Se souvenant de son voyage en Irak le mois dernier, il a déclaré : "Je prie pour qu'il continue sur le chemin de la paix et réalise ainsi le rêve de Dieu d'une famille humaine hospitalière et accueillante pour tous ses enfants."

Pour les peuples d'Afrique, il a prié pour qu'ils soient libérés de la violence interne et du terrorisme international, notamment au Sahel, au Nigeria, au Tigré et dans la région de Cabo Delgado.

"Il y a encore trop de guerres et trop de violence dans le monde !" a-t-il souligné. "Que le Seigneur, qui est notre paix, nous aide à surmonter l'état d'esprit de la guerre. Qu'il accorde que les prisonniers des conflits, notamment dans l'est de l'Ukraine et dans le Haut-Karabakh, puissent retourner en toute sécurité auprès de leurs familles, et qu'il inspire les dirigeants du monde à freiner la course aux nouvelles armes."

À la fin du message pascal, le cardinal Mauro Gambetti a lu le prononcé de l'indulgence plénière associée à l'Urbi et Orbi avant que le pape François n'accorde sa bénédiction à la ville de Rome et au monde.