Advertisement

Afrique du Sud : Le nouvel évêque du diocèse de Kimberley appelé à aider les gens à "tomber amoureux de Dieu"

Le nouvel évêque de Kimberley, Duncan Theodore Tsoke. Crédit : Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe Le nouvel évêque de Kimberley, Duncan Theodore Tsoke. Crédit : Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe

Le président de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC) a demandé au nouvel Ordinaire du lieu du diocèse de Kimberley, en Afrique du Sud, de s'efforcer d'aider le peuple de Dieu dont il a la charge à grandir dans son amour pour Dieu.

Dans son homélie du samedi 17 avril lors de l'installation de Mgr Duncan Theodore Tsoke, président de la SACBC, Mgr Sithembele Sipuka a fait référence à l'évangile de Saint Jean 21 où le Seigneur ressuscité a réintégré son disciple Pierre, Jésus-Christ demandant trois fois à Pierre s'il aimait le Seigneur.

"Peut-être Mgr Tsoke, plus que d'enseigner Dieu aux personnes que nous vous confions aujourd'hui, à la lumière des lectures que vous avez choisies, vous êtes invité à les aider à tomber amoureux de Dieu", a déclaré Mgr Sipuka.

Mgr Tsoke prenait la responsabilité du diocèse de Kimberley, vacant depuis la nomination, en 2018, de son ordinaire local de l'époque, feu Mgr Abel Gabuza, comme coadjuteur de l'archidiocèse de Durban, poste qu'il a occupé jusqu'à son décès le 17 janvier.

Mgr Sipuka a exhorté le nouvel évêque à proposer des activités pour aider les gens à grandir dans leur amour de Dieu, affirmant que c'est seulement grâce à cet amour que son travail d'évêque sera "sans stress".

Advertisement

"Peut-être que lors du synode diocésain, vous voudrez discerner les activités et les programmes qui faciliteront le fait de tomber amoureux de Dieu, car une fois que votre peuple est amoureux de Dieu, le reste de tout suivra", a déclaré le président de la SACBC.

Il a ajouté : "Mgr Tsoke, en choisissant ces lectures, vous avez prétendu être amoureux de Dieu, ou vous avez exprimé l'intention d'aimer Dieu et de cet amour doit découler votre service au peuple qui vous est confié."

Le nouvel Ordinaire de Kimberley qui officiait en tant qu'évêque auxiliaire de l'archidiocèse de Johannesburg depuis son ordination épiscopale en avril 2016 a été prié d'étendre également son amour au peuple de Dieu qui sera sous sa responsabilité pastorale. 

"Lorsque vous rejoignez le peuple à Kimberly, faites de votre mieux pour l'aimer et encouragez vos prêtres à faire de même. Lorsque vous et les prêtres aimerez le peuple, il aimera à son tour Jésus et son Église", a déclaré à Mgr Tsoke l'évêque du diocèse sud-africain d'Umtata, qui est également premier vice-président du Symposium des Conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM).

L'amour, a-t-on dit à cet évêque sud-africain de 57 ans, doit se manifester par une disponibilité et une présence totales auprès des gens, en leur rendant visite dans leurs paroisses et leurs doyennés, en passant un week-end ou une semaine avec eux, et en apprenant à connaître leurs joies et leurs peines.

More in Afrique

L'amour de l'évêque pour le peuple, a-t-on dit à Mgr Tsoke, se manifesterait également en rêvant avec lui de rêves qui le rendraient désireux et passionné par la mission du Christ.

"Amenez les prêtres et les personnes qui vous sont confiées aujourd'hui à aimer Dieu et vous serez l'évêque le moins stressé et le plus heureux, car les gens ne rempliront pas leurs obligations chrétiennes parce que vous leur dites de le faire, mais ils le feront parce qu'ils aiment Dieu", a déclaré Mgr Sipuka à Mgr Tsoke.

Dans son homélie du 17 avril, Mgr Sipuka, qui est à la tête du diocèse d'Umtata depuis son ordination épiscopale en mai 2008, a exhorté le peuple de Dieu du diocèse de Kimberley à développer une relation d'amour personnelle avec Dieu, affirmant qu'une telle relation ne pouvait être "commandée".

"Une relation avec Dieu n'est pas par procuration ; elle est personnelle", a déclaré le prélat de Mgr Sipuka, et a ajouté : "L'amour ne peut pas être instruit ; il ne peut pas être commandé. À moins que vous, peuple de Kimberly, ne tombiez individuellement amoureux de Dieu, les prêtres et l'évêque peuvent vous enseigner la foi, concevoir et mettre en œuvre les meilleurs programmes et avoir de beaux cours, si vous n'êtes pas tombés amoureux de Dieu, cela ne servira à rien."

L'évêque sud-africain a ensuite invité le peuple de Dieu du diocèse de Kimberley à oublier les difficultés qui ont entaché les deux années de fonctionnement du diocèse sans évêque.

Advertisement

"Cela fait deux ans que nous n'avons pas d'évêque. Il y a peut-être eu des revers, il y a peut-être eu des piétinements, il y a peut-être eu des trahisons, il y a peut-être eu des erreurs, il y a peut-être eu des blessures, mais alors que nous installons un nouvel évêque et que nous le faisons peu après la résurrection du Seigneur, nous sommes invités à prendre un nouveau départ, à recommencer à zéro parce que vous avez un nouvel évêque en cette saison où nous célébrons le Seigneur ressuscité parmi nous", a déclaré Mgr Sipuka.

Il a également fait référence au prophète Jérémie qui, dans l'une des lectures choisies pour la journée, a été envoyé au peuple élu de Dieu pour lui montrer comment il avait dévié de la voie de Dieu. En référence à cette lecture, Mgr Sipuka a mis en garde contre les péchés structurels qui existent dans la société.

"Il y a trop de péchés structurels qui prévalent à notre époque, le péché de l'économie capitaliste injuste qui conduit à ce que quelques-uns aient plus que ce dont ils ont besoin alors que la majorité est démunie, le péché de la corruption, le péché de la violence et le péché du racisme", a déclaré Mgr Sipuka.

L'évêque sud-africain, qui aura 61 ans le 27 avril, a ajouté : "Comme le prophète Jérémie, nous devons nommer ces péchés structurels pour ce qu'ils sont, mais nous ne devons pas non plus oublier l'aspect personnel car, en fin de compte, le péché se trouve dans le cœur des individus."

Il a déclaré que l'instruction donnée à Jérémie au début de son ministère d'arracher et de briser, de détruire et de renverser, de construire et de planter, est "une invitation à traiter directement les attitudes et les comportements de péché dans nos vies".

"Ces attitudes destructrices doivent être détruites et renversées, arrachées et brisées, puis construites et plantées à nouveau ; nous sommes invités à détruire et non à rénover", a déclaré l'évêque.

Il s'est dit confiant qu'avec l'évêque nouvellement installé, tout le peuple de Dieu du diocèse de Kimberley se sentirait inclus dans la construction du diocèse sud-africain.

"Nous remercions Dieu pour le nouveau pasteur en chef des Tsotsi (tribu d'Afrique du Sud) de Johannesburg", a déclaré Mgr Sipuka.

Il a ajouté : "Avec son arrivée à Kimberly, nous prions pour que chacun se sente inclus et ait l'occasion d'apporter sa contribution et que, là où nous nous trompons, comme nous le ferons sûrement, nous acceptions les corrections prophétiques des uns et des autres et grandissions dans notre vie de catholiques et fassions de ce diocèse un grand lieu d'avancement du royaume de Dieu."

Mgr Tsoke a été ordonné prêtre à Johannesburg en 1995. Il a été nommé le 3 mars comme évêque de Kimberley.