Advertisement

Les universitaires africains affirment que le cléricalisme et le patriarcat sont des instruments d'abus dans l'Église.

Le cléricalisme et le patriarcat font partie des instruments utilisés pour faire progresser les abus dans l'Église catholique et dans la société, ont déclaré les universitaires africains participant au colloque virtuel en cours, dont les membres de la Compagnie de Jésus (Jésuites) sont le fer de lance.

S'exprimant lors de l'événement du mercredi 28 avril intitulé "L'enfant africain : Promouvoir une culture cohérente de protection, de soin et de sauvegarde dans l'Eglise et la société", Sr. Josée Ngalula a noté que le cléricalisme est un problème qui touche l'Eglise universelle.

Pour le père Lawrence Daka, le cléricalisme entrave le processus de traitement des abus sexuels sur mineurs dans l'Église africaine.

" Une observation attentive des situations d'abus d'enfants dans l'Église catholique et dans toutes les religions montre qu'il existe, malheureusement, un lien étroit entre le patriarcat, le cléricalisme et l'abus de personnes vulnérables ", a déclaré Sœur Ngalula lors de l'événement organisé par la Conférence jésuite d'Afrique et de Madagascar (JCAM).

Notant que le patriarcat a influencé le cléricalisme, Sœur Ngalula, membre de la Congrégation des Sœurs de Saint-André, a déclaré : " Le cléricalisme est un instrument dangereux pour importer les ravages du patriarcat dans l'Église, qui est censée être un instrument de salut. "

Advertisement

Dans sa présentation intitulée "Combattre le cléricalisme et le patriarcat comme instruments d'abus dans l'Église et la société", la professeure de théologie dogmatique à l'Université catholique de la RD Congo a observé que dans les cas d'abus sexuels dans l'Église, "les enfants sont les plus vulnérables, car l'abus est au moins triple".

Elle est triple en raison de " l'abus de confiance que l'enfant place dans l'adulte, l'abus de confiance du laïc dans un ministre des grâces divines dans l'Église, et la perversité de profiter de la vulnérabilité physiologique, psychologique et sociale de l'enfant pour l'abuser ", a expliqué Sœur Ngalula.

Cependant, Sœur Ngalula, qui détient un doctorat sur l'évaluation des entreprises/activités de traduction dans le contexte de la mission chrétienne, a noté que le cléricalisme se retrouve également chez les laïcs.

Elle explique : "Les fidèles qui ont assimilé le cléricalisme reproduisent les mêmes comportements déviants des clercs lorsqu'ils ont des postes à responsabilité dans l'Église. Ils n'accusent pas non plus les clercs des abus commis dans l'Église et la société, et enseignent que dire du mal d'un clerc est un péché et une attaque contre l'Église."

"Dans l'Église, il y a des crimes commis par des prêtres qui ne sont pas dénoncés à cause des laïcs qui ont assimilé le cléricalisme et refusent de s'exprimer", a-t-elle ajouté lors de ce séminaire de trois jours, qui vise notamment à élaborer une réponse concrète à l'appel claironnant du pape François à dire "plus jamais ça" à toute forme d'abus.

More in Afrique

Décrivant le cléricalisme comme une "attitude perverse dans la relation d'autorité dans l'Église", la religieuse congolaise a appelé à une lutte absolue et urgente contre cette pratique car elle "a causé et continue de causer de graves péchés et des crimes méchants dans l'Église et la société, en particulier dans le domaine des abus sexuels sur les enfants et autres catégories vulnérables."

Pour combattre le cléricalisme, l'ancienne élève de l'Université catholique de Lyon (France) a proposé de repenser la formation théologique des futurs prêtres en déclarant : "Nous devons insister sur une compréhension et un vécu du sacerdoce ministériel plus proches de ceux du Christ Jésus lui-même, afin de "dépatriarcaliser" la manière de vivre le sacerdoce ministériel dans l'Église et de la faire revenir à l'esprit de l'Évangile."

"La deuxième proposition se situe au niveau des engagements sacerdotaux, qui doivent aujourd'hui être élargis. Les futurs clercs doivent déclarer leur volonté de reconnaître que, dans l'Église catholique, leur Sacerdoce spirituel ne signifie pas puissance, qu'ils ne considéreront pas les fidèles dont ils ont la charge pastorale comme inférieurs", a-t-elle ajouté.

Dans leurs engagements sacerdotaux, les clercs "doivent également promettre de ne jamais considérer le corps d'un autre être humain comme un objet à leur disposition ; de ne jamais utiliser leur position d'autorité pour exploiter ou abuser de la vulnérabilité des fidèles ; de ne jamais intimider les fidèles qui souhaitent dénoncer les abus dans l'Église", a insisté le membre fondateur de l'Association des théologiens africains (AAT).

En ce qui concerne la lutte contre le cléricalisme, Sœur Ngalula a également souligné la nécessité "de développer des politiques efficaces pour protéger les fidèles contre les abus d'autorité cléricaux, d'abord en renforçant les critères d'admission au ministère (et) en sanctionnant systématiquement les abus liés au cléricalisme de manière exemplaire dans l'Église."

Advertisement

Pour sa part, le père jésuite Lawrence Daka a noté que, bien qu'au niveau universel de l'Église, les structures soient maintenant en place et qu'il y ait des preuves que les dirigeants ont pris la pleine responsabilité de la protection des mineurs, la situation est différente dans l'Église en Afrique.

"Dans les structures locales, surtout ici en Afrique, il y a un sentiment de peur générale, de honte et de protectionnisme, tissé dans un certain cléricalisme !", a déclaré le recteur du St. Ignatius College Chishawasha, basé au Zimbabwe, au sein de l'archidiocèse catholique de Harare.

Le titulaire d'un doctorat en philosophie économique et sociale du Boston College a en outre observé que dans l'Église en Afrique, le cléricalisme est tissé dans le silence, ce qui, selon lui, est "emblématique et symptomatique des nombreux défis qui ont entravé et obscurci ce que l'on exige des dirigeants responsables, transparents et redevables dans l'Église et la société en général".

"La création d'une culture de sauvegarde et de protection dans l'Église n'est plus la seule responsabilité des dirigeants de l'Église", a-t-il déclaré, ajoutant : "En Afrique, nous faisons un grand pas en avant si nous collaborons avec les dirigeants traditionnels dans la transformation de la façon dont nous voyons les enfants."

En vue d'un environnement plus sûr pour les mineurs dans l'Église, le père Daka, qui est également professeur à l'Université jésuite Arrupe (AJU) à Harare, a appelé, entre autres, à une "conversion et une restructuration urgentes des Églises locales, menant à la guérison et à la restauration de la dignité de la vie pour chaque enfant".

Lors de sa présentation sur le thème "Renouveler la théologie de l'Église en tant que corps du Christ à l'ère des abus sexuels commis sur des enfants et des adultes vulnérables par des dirigeants de l'Église", le père jésuite Joachim Zoundi a appelé à un renouvellement de la théologie de l'Église.

"Notre théologie a parfois été trop académique ; elle n'est ni assez pastorale ni assez spirituelle pour nourrir les fidèles", a déclaré l'ecclésiastique burkinabé lors du séminaire virtuel du 28 avril, avant d'ajouter : "La crise des abus sexuels sur mineurs, en particulier, témoigne d'un probable échec théologique à orienter les fidèles."

Selon le père Zoundi, titulaire d'un doctorat en théologie spirituelle, la crise des abus sur mineurs dans l'Église "nous rappelle que nous sommes une Église en pèlerinage et qu'en tant que telle, nous devons prendre courage pour nous examiner et couper ce qui ne nous aide pas à progresser, et pour répandre la Bonne Nouvelle du Christ, en appelant à l'amour et à l'attention pour tous, en particulier pour les petits."

Dans le cadre du renouvellement de l'église, l'ecclésiastique jésuite basé au Kenya a appelé à une approche systémique de la question des abus sur mineurs au sein du peuple de Dieu.

Il a expliqué : "Cette approche nécessite de travailler avec toutes les parties concernées : d'abord l'enfant, puis ses parents, les travailleurs sociaux, les responsables de l'éducation et de la santé des enfants, la police, et ceux qui contrôlent les politiques de l'État et édictent ses lois."

Prévu jusqu'au 30 avril, le colloque est une réponse à la lettre apostolique du pape François de 2019 "Vosestislux mundi" qui établit des normes de procédure dans le traitement des abus sexuels dans l'Église.