Advertisement

Soudan du Sud : Les prêtres arrêté après l’attaque contre l'évêque élu doit répondre à des accusations d'instigation

Les trois prêtres catholiques sud-soudanais arrêtés à la suite de la fusillade de l'évêque élu du diocèse de Rumbek, au Soudan du Sud, devraient figurer parmi les personnes inculpées pour avoir "incité" les deux hommes armés à tirer sur Mgr Christian Carlassare, a déclaré à ACI Afrique un responsable gouvernemental impliqué dans l'enquête.

Dans l'interview du vendredi 30 avril, le ministre des Affaires du Cabinet de l'État des Lacs et chef du Comité d'enquête et de sécurité du Soudan du Sud, l'honorable Mathiang Deng Monydit, a déclaré que la fusillade du 26 avril sur évêque élu n'était pas "un accident". ”

Les trois membres du clergé du diocèse de Rumbek arrêtés avec neuf autres personnes, a déclaré l'honorable Monydit, "sont accusés d'avoir incité le groupe qui a tiré sur l'évêque élu à agir. Ils sont accusés d'être à l'origine de la fusillade, car il semble qu'il y ait une instigation quelque part, et la fusillade n'est pas un simple accident. ”

Un téléphone portable appartenant à l'un des assaillants, retrouvé sur la scène du crime, ainsi que le téléphone d'un des religieux catholiques, confisqué par les forces de sécurité, ont aidé les agents de sécurité à identifier les personnes liées à la fusillade du membre d'origine italienne des Missionnaires Comboniens.

"Certains prêtres (catholiques), leur personnel et d'autres personnes associées à ce groupe qui a abattu l'évêque élu du diocèse de Rumbek sont actuellement en détention", a déclaré l'honorable Monydit à ACI Afrique. 

Advertisement

Il a ajouté : "Nous avons les enquêteurs de la police qui procèdent à l'interrogatoire des suspects et ils nous informeront des déclarations des personnes arrêtées. ”

Les informations recueillies jusqu'à présent, a déclaré à ACI Afrique le chef du Comité d'enquête et de sécurité de l'État des Lacs, révèlent que la fusillade de Mgr Carlassare était "une question purement administrative dans la politique de l'Église" liée à la nomination de l'évêque du diocèse du Soudan du Sud.

Le père John Mathiang, qui est à la tête du diocèse de Rumbek en tant que coordinateur depuis décembre 2013, le père Luka Dor, qui est curé de la cathédrale de la Sainte Famille, et le diacre Stephen Mangar font partie des 12 suspects détenus par les responsables de la sécurité dans l'État des lacs du Soudan du Sud, couvert par le diocèse catholique sud-soudanais.

Dans l'interview accordée à ACI Afrique, l'honorable Monydit a précisé : "Nous n'avons pas encore atteint le stade où les avocats s'impliquent. Comme les enquêteurs ont commencé, ce sera maintenant au pouvoir judiciaire de décider quand les avocats entreront dans l'affaire ; jusqu'à présent, seul le persécuteur suit de près."

Mgr Carlassare, qui a été nommé évêque du diocèse de Rumbek le 8 mars dernier, après près d'une décennie sans évêque, soigne ses blessures par balle à l'hôpital de Nairobi, au Kenya.

More in Afrique

Il aurait été la cible principale de deux hommes armés qui ont accédé à sa chambre aux premières heures du 26 avril en tirant plusieurs balles sur sa porte, à la résidence des Pères de la cathédrale Sainte-Famille du diocèse de Rumbek. Il a été touché aux deux jambes.

Dans l'interview du 30 avril avec ACI Afrique, l'honorable Monydit a déclaré que les deux hommes armés "sont toujours en fuite mais le comité d'enquête a recueilli des informations sur l'identité des hommes armés et la raison derrière l'attaque de Monseigneur Carlassare. ”

Il a réaffirmé : "Les suspects qui ont tiré sur l'évêque élu ne sont pas arrêtés ; les forces de sécurité les poursuivent toujours, mais les autres suspects liés à ce qui s'est passé sont arrêtés." 

"Jour et nuit, nous poursuivons ceux qui n'ont toujours pas été arrêtés ; ils se déplacent vers le point A et lorsque nous y allons, ils se déplacent vers le point B ; nous sommes plus près de les arrêter ; je vous assure que nous devons les arrêter", a encore dit le représentant du gouvernement, ajoutant : "Nous connaissons les deux personnes en fuite par leur nom et leur identité ; nous avons tous les détails, mais pour des raisons de sécurité, nous ne partagerons pas ces détails dans les médias". ” 

Selon l'honorable Monydit, "il y a deux groupes de suspects : les planificateurs, qui comprennent des membres du clergé, et les exécutants des tirs, qui travailleraient pour la mission catholique de Rumbek."

Advertisement

Ce qui s'est passé aux premières heures du 26 avril "semble être quelque chose de planifié et de réalisé", a-t-il souligné, ajoutant : "Un groupe est le groupe d'exécution qui a tiré sur l'évêque élu et l'autre groupe est accusé d'être à l'origine du plan."

"Il appartiendra aux hauts dirigeants du Soudan du Sud de décider si les accusés restent ici (Rumbek) ou s'ils les emmènent ailleurs", a déclaré l'honorable Monydit, avant d'ajouter : "Une fois que j'aurai terminé l'enquête, le superviseur direct de ce comité sera le gouverneur de l'État et le gouverneur adjoint, puis il fera rapport au niveau suivant, peut-être au niveau national."

Il a ajouté : "Nous souhaitons que l'évêque élu se rétablisse et revienne pour reprendre son travail ; les gens sont heureux de travailler avec lui, il n'y a que ce groupe. ”

"Je vous assure que cette affaire sera la dernière de ce type contre un chef de l'Église ici, car elle est condamnée par toutes les communautés", a également déclaré le responsable gouvernemental, ajoutant : "L'Église catholique a beaucoup fait pour le peuple du Soudan du Sud pendant la guerre (de libération) jusqu'à aujourd'hui et ne peut être récompensée de cette façon. ”

Dans une vidéo enregistrée par ACI Afrique depuis son lit d'hôpital à l'hôpital de Nairobi mardi 27 avril, l'évêque élu Mgr Carlassare a rassuré le peuple de Dieu à Rumbek qu'il est hors de danger et qu'il prévoit de retourner dans le diocèse du Sud-Soudan.

"Je profite de l'occasion pour vous saluer tous, mes frères et sœurs, à Rumbek. Je veux que vous soyez en paix en sachant que je vais bien ici, à l'hôpital de Nairobi", a déclaré Mgr Carlassare, dont l'ordination épiscopale devait avoir lieu le dimanche de Pentecôte, le 23 mai, ajoutant qu'il reçoit de bons soins médicaux et que son état s'améliore.

L'événement d'ordination épiscopale a depuis été "reporté à une date ultérieure".

S'exprimant au nom des membres de la Conférence des évêques catholiques du Soudan (SCBC), qui réunit les évêques catholiques du Soudan et du Soudan du Sud, Mgr Stephen Ameyu de l'archidiocèse de Juba a déclaré que le report était motivé par l'état de santé de l'évêque élu et faisait suite à des consultations avec le nonce apostolique au Soudan du Sud, Mgr Bert van Megen, et le chargé d'affaires, Mgr Mark Kadima.

Une nouvelle date pour l'ordination épiscopale de Mgr Carlassare " sera fixée dès qu'il se sera remis de ses blessures physiques et traumatiques ", a déclaré Mgr Ameyu samedi 1er mai.

"Nous appelons toutes les personnes de bonne volonté à prier pour l'évêque élu et les chrétiens du diocèse de Rumbek", a déclaré l'archevêque du seul siège métropolitain du Soudan du Sud. 

Dans une déclaration séparée datée du dimanche 2 mai et adressée aux prêtres, aux religieux et religieuses et aux laïcs du diocèse de Rumbek, Mgr Ameyu demande de continuer à prier pour l'évêque élu qui "nous a dit qu'il était impatient de revenir parmi vous à Rumbek et qu'il vous gardait tous dans ses prières".

"Entre-temps, le père Andrea Osman, ainsi que certains prêtres, religieuses et laïcs veilleront à ce que l'important travail du diocèse se poursuive", déclare l'archevêque sud-soudanais, qui est à la tête de l'archidiocèse de Juba depuis mars 2020, dans la déclaration du 2 mai partagée avec ACI Afrique.