Advertisement

Face aux défis, le Nigeria a besoin de "la grâce du renouveau, d'une gouvernance fructueuse"

Face aux multiples défis auxquels le peuple de Dieu est confronté au Nigeria, la nation ouestafricaine a besoin d'un renouveau par la grâce de Dieu et d'un type de gouvernance qui porte ses fruits, a déclaré un archevêque du pays.

Dans son homélie du dimanche 2 mai, l'archevêque Ignatius Ayau Kaigama a souligné "l'insécurité, la pauvreté atroce, la spirale du chômage et la destruction arbitraire de vies humaines" parmi les défis auxquels les Nigérians sont confrontés. 

"Nous devrions demander à Dieu la grâce du renouveau, une gouvernance fructueuse et une gestion pieuse de nos ressources, dépourvue d'individualisme, de népotisme et de sectarisme", a déclaré Mgr Kaigama lors de la célébration eucharistique à la paroisse St Anthony's Jabi de l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria.   

Alors que le Nigéria est considéré comme "l'une des nations les plus religieuses du monde", a observé l'archevêque, de multiples incidents dans le pays "reflètent un large écart par rapport aux principes des religions que nous professons". 

"Malgré notre religiosité, nous continuons à assister à une augmentation aiguë du nombre de terroristes, de bandits, de kidnappeurs et de militants, sans parler des fonctionnaires corrompus", a déclaré l'archevêque nigérian le 2 mai.

Advertisement

Il a ajouté : "Nous donnons la priorité au mal sur le bien, nous louons la violence sur la paix et les intérêts économiques personnels sur la construction collective de la nation."

"Il est très douloureux et honteux qu'un pays doté de ressources abondantes, si bien doté d'intellectuels, de professionnels aux références éminentes, et d'un peuple qui travaille dur, souffre du genre de pauvreté paralysante et de privation sociale qui donnent naissance à la violence multidimensionnelle", a déclaré l'archevêque nigérian de 62 ans.

Face aux défis du pays, l'archevêque Kaigama a déclaré que les citoyens de la nation la plus peuplée d'Afrique devraient "se sentir obligés de demander si ceux qui représentent nos intérêts collectifs à la présidence, au Sénat, à la Chambre des représentants, etc., font en sorte que les dividendes de la démocratie nous parviennent ou s'ils ne profitent des fruits de la démocratie que dans leurs poches, avec leurs familles et leurs amis, au lieu de tous les Nigérians". 

Dans son homélie du 2 mai, l'archevêque a encouragé la participation active au marathon mondial du Rosaire pour la fin du COVID-19 en disant : " Mes chers paroissiens de la paroisse SaintAntoine de Jabi, soyons unis dans de ferventes prières. Que Dieu vous bénisse et vous garde spirituellement et physiquement en bonne santé. ” 

Le Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation a annoncé cette initiative le 21 avril, consacrant le mois de mai à la prière du Rosaire pour la fin de COVID-19.

More in Afrique

"Pour le profond désir du Saint-Père, le mois de mai sera consacré à un marathon de prière sur le thème 'La prière à Dieu est montée sans cesse de toute l'Église'", a déclaré la direction du Conseil du Vatican.