Advertisement

"Dieu n'a pas, n'abandonnera jamais son peuple" : Un évêque nigérian dans un contexte d'insécurité régionale

À la suite des menaces à la sécurité dans l'État d'Imo au Nigeria, l'Ordinaire du diocèse catholique d'Orlu, situé dans la région, a cherché à rassurer la population des zones touchées de la nation ouest-africaine sur la présence de Dieu dans un contexte de "peur et d'anxiété". ”

Dans une déclaration publiée lundi 17 mai, Mgr Augustine Tochukwu Ukwuoma déclare : " En ce moment de tension, de peur et d'anxiété accrues, je voudrais rassurer notre peuple que Dieu n'a pas et n'abandonnera jamais son peuple. ”

Mgr Ukwuoma rappelle les événements survenus dans la région couverte par son siège épiscopal en déclarant : "Ces jours-ci, Orlu a fait l'actualité pour de mauvaises raisons, à savoir des affrontements armés constants entre les agences de sécurité et des hommes armés non identifiés, qui ont fait des victimes, des destructions gratuites de propriétés, des perturbations des activités quotidiennes, la fermeture de banques et d'institutions publiques, une tension accrue, la peur et le désespoir".

"En ce moment, Sa parole, 'N'ayez pas peur', est un rappel constant de Sa présence constante et de Son soutien indéfectible", rassure l'évêque nigérian au peuple de Dieu dans l'État d'Imo dans sa déclaration du 17 mai obtenue par ACI Afrique.

Il poursuit : "Dieu apaise la chaleur de la guerre, la tempête du ravage et le vent de l'extermination. Attachons-nous fermement à sa parole indéfectible. N'ayez pas peur et ne soyez pas consternés ; soyez forts et courageux. ” 

Advertisement

La tension est montée dans l'État d'Imo à la suite d'affrontements entre des hommes armés et la police nigériane.

Le 8 mai, au moins neuf hommes armés ont été tués lors d'une attaque contre le poste de police d'Orlu, selon les médias.

Les hommes armés ont pris pour cible le poste de police d'Orlu mais ont été empêchés par des policiers vigilants, a déclaré le commissaire de police, Abutu Yaro, aux journalistes le 8 mai, ajoutant en référence aux hommes armés : "Nous les avons engagés dans une fusillade et dans la fusillade qui a suivi, neuf des hommes armés ont rencontré leur Waterloo. "

"L'insurrection dans le sud-est du Nigeria (initialement connue sous le nom de crise d'Orlu) est un conflit militaire qui a éclaté dans la ville d'Orlu, au Nigeria, lorsque l'armée nigériane a tenté d'écraser l'aile paramilitaire du Peuple indigène du Biafra (IPOB), le Réseau de sécurité de l'Est (ESN)", selon Wikipedia.

Dans sa déclaration du 17 mai, MgrUkwuoma rappelle que "Orlu a toujours été un lieu paisible et hospitalier ; même pendant la guerre Nigeria/Biafra, de nombreuses personnes ont trouvé refuge et secours à Orlu".

More in Afrique

"La réalité est qu'Orlu est un lieu rural où la plupart des gens dépendent de l'agriculture de subsistance, du petit commerce et de l'artisanat. Par conséquent, toute perturbation de l'ordre public affecte leurs moyens de subsistance", déclare l'évêque de 67 ans, à la tête du diocèse d'Orlu depuis juin 2008.

Il ajoute : "Alors que nous, en tant que personnes de foi, assiégeons le trône des cieux avec des prières, car notre secours est dans le nom du Seigneur (Ps. 121:2), nous demandons au gouvernement de respecter son devoir juré de sécuriser la vie et la propriété."

"Nous appelons également chacun à s'abstenir d'actions et de paroles qui menacent la paix de notre peuple. Nous avertissons également les agents de sécurité de s'abstenir de toute action qui pourrait accroître l'anxiété des gens", ajoute Mgr Ukwuoma.

Il poursuit : "Nous ne devons pas laisser la peur drainer notre énergie et nous tuer ; au contraire, volons vers la protection de notre Sainte Mère Marie, qui nous couvre de son manteau maternel alors que nous vaquons à nos occupations normales."

"Suite à ma directive précédente sur la prière et le jeûne pour tout le mois de mai dans notre diocèse, j'ordonne par la présente à chaque paroisse, aumônerie et institution d'organiser une procession du rosaire dans les limites de la paroisse et une bénédiction le dernier dimanche de mai de cette année 2021", ordonne l'Ordinaire d'Orlu dans sa déclaration du 17 mai. 

Advertisement

Le Nigeria connaît l'insécurité depuis 2009, date à laquelle l'insurrection de Boko Haram a lancé des attaques ciblées dans le but de transformer la nation la plus peuplée d'Afrique en un État islamique.

Depuis lors, le groupe, l'un des plus grands groupes islamistes d'Afrique, orchestre des attaques terroristes aveugles contre diverses cibles, notamment des groupes religieux et politiques ainsi que des civils.

La situation d'insécurité dans le pays a été compliquée par l'implication des bergers Fulani, majoritairement musulmans, également connus sous le nom de milices Fulani, qui se heurtent fréquemment aux agriculteurs chrétiens pour des questions de pâturage.

Au début du mois, les membres de la Conférence des évêques catholiques du Nigeria (CBCN) ont exhorté le gouvernement dirigé par Muhammadu Buhari à "écouter chaque Nigérian, tant les acteurs politiques des autres partis que les acteurs non politiques du Nigeria et de la diaspora".

"Le gouvernement fédéral doit être transparent avec chaque Nigérian dans la lutte pour relancer notre économie, industrialiser la nation, traiter objectivement la corruption et réduire de manière significative le niveau élevé d'insécurité et de chômage", ont ajouté les membres du RCCS dans leur déclaration collective du 6 mai.