Advertisement

L'avocat de Mère Teresa dénonce un nouveau podcast assimilant son ordre à une secte

La messe de canonisation de Sainte Thérèse de Calcutta, célébrée par le Pape François le 4 septembre 2016 sur la place Saint-Pierre./ Photo CNA La messe de canonisation de Sainte Thérèse de Calcutta, célébrée par le Pape François le 4 septembre 2016 sur la place Saint-Pierre./ Photo CNA

Un nouveau podcast qui assimile sainte Thérèse de Calcutta à un chef de secte est rempli de "contre-vérités et de fausses accusations", a déclaré vendredi à CNA l'ancien conseiller juridique de sainte Thérèse.

Le podcast, intitulé "The Turning : The Sisters Who Left", traite de Mère Teresa et de l'ordre religieux qu'elle a fondé, les Missionnaires de la Charité ; le podcast pose la question "Quelle est la limite entre la dévotion et le lavage de cerveau ?".

Le podcast présente des allégations d'"abus et de trahison" au sein de l'ordre par d'anciennes sœurs. Un récent article d'opinion du New York Times mettant en avant le podcast était intitulé : "Mère Teresa était-elle un chef de secte ?".

Selon l'article du Times, le podcast présente une femme nommée Mary Johnson, qui dit avoir cherché à "échapper" à l'ordre mais l'avoir finalement quitté "par les voies officielles".

En réponse, Jim Towey - le conseiller juridique catholique de Sainte Thérèse pendant les douze dernières années de sa vie - a critiqué le podcast dans un article de National Review, le qualifiant de "campagne de diffamation".

Advertisement

Il a déclaré à l'ANC vendredi que, selon lui, le podcast fait partie "d'un effort continu de la part de personnes qui tentent d'attirer l'attention sur elles en dégradant la mémoire de Mère Teresa, en attaquant ses sœurs et, ce faisant, en attaquant l'Église catholique, ses enseignements moraux et tout ce que nous représentons".

Il a ajouté : "Il est facile de s'en prendre aux Missionnaires de la Charité, et ce sont toujours des gens qui ne font pas ce travail qui le font."

Fondateur et PDG du groupe Aging with Dignity, un organisme à but non lucratif qui s'occupe des personnes âgées, des handicapés et des malades mentaux, M. Towey affirme que son organisme s'est inspiré du travail de sainte Thérèse auprès des pauvres.

L'une des allégations évoquées dans l'article du New York Times concerne les mauvaises conditions de vie dans les foyers gérés par les Missionnaires de la Charité à Calcutta, conditions dont Mère Teresa serait responsable.

"C'est vraiment un coup bas que d'aller critiquer les Missionnaires de la Charité parce qu'elles n'ont pas de services médicaux sophistiqués, alors que vous n'avez pas la moindre idée de la réalité sur le terrain à Calcutta", a déclaré Mme Towey vendredi.

More in Afrique

"Et bien sûr, les personnes qui formulent ces critiques ne vont pas aider les malades et critiquent plutôt ceux qui le font", a-t-il ajouté.

M. Towey a déploré qu'une recherche en ligne du nom de Mère Teresa donne lieu à "des messages vulgaires", dans le but de "porter atteinte à sa réputation".

Le podcast, a-t-il dit, "est rempli de contre-vérités et de fausses accusations, et c'est pourquoi les sœurs n'ont pas accepté d'interviews, pourquoi perdre du temps qu'elles pourraient consacrer aux pauvres".

M. Towey a déclaré que la société de podcast à l'origine de "The Turning" recherchait la controverse pour gagner des auditeurs.

Il a également déclaré que le podcast accuse Sainte Thérèse de "s'acoquiner avec les dictateurs", mais a qualifié cette accusation de "déformation des faits". Sainte Thérèse voulait servir les pauvres vivant dans des régimes totalitaires et a dû demander l'approbation du gouvernement dans certains cas, a-t-il dit.

Advertisement

"À aucun moment elle n'a transigé avec elle-même, ses valeurs ou la foi catholique", a déclaré M. Towey.