Advertisement

Les hommages à une religieuse missionnaire qui a bravé les difficultés pour éduquer les Sud-Soudanais.

Les anciens élèves de Sœur Mary Batchelor, une religieuse missionnaire australienne qui a servi au Soudan du Sud pendant près de deux décennies, ont rendu un vibrant hommage à la religieuse catholique qui a enduré l'hostilité dans ce pays d'Afrique centrale et orientale pour veiller à ce que les enfants, en particulier ceux des familles pauvres, reçoivent une éducation.

Le décès de Sœur Batchelor, 92 ans, membre des Sœurs de Notre-Dame du Sacré-Cœur (OLSH), a été annoncé par Sœur Rita Grunke, également membre de l'OLSH, originaire d'Australie, qui travaille à la mission catholique de Sainte Joséphine Bakhita Mapuordit, dans le diocèse de Rumbek, au Soudan du Sud.

Dans le message partagé avec ACI Afrique le dimanche 6 juin, Sr. Rita a dit que Sr. Batchelor, qui a été la pionnière de l'éducation des membres de l'OLSH au Soudan du Sud, s'est blessée en tombant.

"Ce message informe tous que Sr Mary Batchelor est décédée la nuit dernière à Melbourne. Elle a fait une chute, s'est blessée à la tête et est décédée ce matin à 8h30 heure australienne. Repose en paix chère Mary", a dit Sr Rita dans le message.

Ceux qui ont connu Sœur Batchelor ont décrit une missionnaire animée d'un grand zèle pour donner une éducation formelle aux enfants Soudan du Sudais lorsqu'elle a mis les pieds dans le pays pour la première fois en 1996.

Advertisement

Le père John Malou, prêtre du diocèse de Rumbek, a décrit la religieuse comme une mère, une enseignante, un mentor spirituel et une amie.

"Je suis attristé par la mort soudaine de Sœur Mary Batchelor, causée par une chute comme cela a été rapporté. Que son âme douce et précieuse repose en paix", a déclaré le Père Malou.

"Sœur Mary était une mère, une enseignante, un mentor spirituel et surtout une amie pour moi. Nous avions un lien d'amitié très fort depuis le moment où nous nous sommes rencontrées en classe, la première fois qu'elle a commencé à nous enseigner pendant mes années d'école primaire de 1996 à 1999 à Mapuordit ", a déclaré le Père Malou à l'ACI Afrique dans son hommage à Sœur Batchelor.

Le prêtre Sud-Soudanais s'est souvenu de ce que Sœur Batchelor avait déclaré lors de son ordination sacerdotale en 2013 : " Au cours de mes 67 années d'enseignement, John Malou est le seul qui soit devenu prêtre parmi tous les enfants que j'ai enseignés. "

"Elle était très heureuse de mon ordination", a déclaré le père Malou, et a ajouté : "Pour elle, mon ordination était une couronne à ses efforts de nombreuses années d'enseignement. Je me souviendrai toujours d'elle avec la nostalgie de l'amour qu'elle avait pour moi."

More in Afrique

Les membres de l'OLSH, en décrivant leurs expériences à la Mission Catholique à Mapuordit, ont dit que Sr Batchelor, une enseignante et Sr Maureen Carey, une infirmière, toutes deux d'Australie, sont arrivées dans le pays au plus fort de la violence.

"Au moment de leur arrivée, les bombes explosives étaient encore une réalité, mais comme Mapuordit était une terre de brousse, la mission n'est jamais devenue une cible de guerre majeure. Cependant, les abris habituels étaient disponibles et tous les civils, et même les écoliers, connaissaient le son inquiétant de l'Antinov russe qui s'approchait, signe de bombes réelles en route", explique Sr Rita dans le livret commémoratif pour marquer les 25 ans de présence des membres de l'OLSH au Soudan du Sud.  

Décrivant l'état déplorable de la Mission quand les Sœurs sont arrivées, Sr. Rita dit : " (Il n'y avait) pas de sols en ciment dans les tukuls (huttes) où les Sœurs dormaient ; des murs en bambou clairsemés ; beaucoup de rats ; beaucoup de cafards ; les serpents abondent encore depuis que la mission a empiété sur leurs terres ! ".

On dit que Sœur Batchelor a commencé son apostolat pour l'éducation au Soudan du Sud à partir de zéro lorsqu'elle s'est lancée dans la construction de salles de classe décentes pour les apprenants et qu'elle a également essayé de convaincre les parents de permettre à leurs enfants d'aller à l'école.

Les Sœurs racontent que plus tard, l'infrastructure éducative de la mission de Mapuordit est passée de petits bâtiments éparpillés au toit de chaume et de salles de classe ouvertes sous les arbres, à des structures entièrement permanentes.

Advertisement

Grâce aux efforts pionniers de Sœur Bachelor, la Mission dispose désormais d'un bureau pour chaque élève, de murs peints et de manuels scolaires. 

Selon la direction de la congrégation missionnaire, l'école primaire compte actuellement 1 452 élèves, tandis que l'école secondaire en compte 427, dont plus de 65 filles, et toutes les structures sont permanentes.

Aujourd'hui, les huttes de bambou ont fait place à des bâtiments permanents dans les établissements d'enseignement de la mission de Mapuordit. En outre, une école secondaire bien équipée est en place pour préparer les étudiants à prendre leur place dans la société.

L'éducation des filles est une priorité et en augmentation, ont indiqué les membres de l'OLSH au

Soudan du Sud dans leur brochure commémorative partagée avec l'ACI Afrique, ajoutant : "Sœur Mary Batchelor a jeté les bases du ministère de l'éducation de l'OLSH au Soudan du Sud."

Le pays était un territoire hostile pour les missionnaires qui étaient opposés et parfois attaqués pour avoir dissuadé les enfants de se joindre à la guerre comme enfants soldats dans la violence qui a ravagé le pays pendant de nombreuses années.

Raphael Makuei, un ancien élève de Sœur Batchelor qui a terminé ses études primaires à l'école primaire St. Comboni, Mapuordit en 1998, se souvient de la sœur d'origine australienne qui a toujours fait tout son possible pour rendre l'apprentissage agréable pour les enfants du Soudan du Sud. "Grâce aux leçons de mathématiques de Sœur Mary, je suis tombé amoureux des chiffres et je suis maintenant un comptable avec plus de 10 ans d'expérience", a déclaré à ACI Afrique M. Makuei qui travaille comme caissier à l'Assemblée législative de l'État des Lacs au Soudan du Sud. 

Il se souvient encore : "Après avoir noté nos devoirs ou nos examens, elle (Sœur Batchelor) mettait des autocollants portant la mention "excellent", "bon", "passable" ou "médiocre" sur la feuille de chacun, en fonction de sa performance au test. Elle portait des bonbons et des biscuits pour motiver les élèves".

Il se souvient qu'à un moment donné, les religieuses en poste à Mapuort ainsi que des membres du clergé ont été accusés de communiquer avec le gouvernement basé à Khartoum par le biais de la radio appartenant à l'Église catholique. 

  1. Makuei se souvient que les religieuses ont échappé de justesse à la correction lorsqu'un prêtre local, feu le père Raphaël Riel, a proposé de prendre tous les coups de canne à leur place.

"Les sœurs ont été arrêtées en 1996 avec les pères Raphael Riel et Michael Barton par un homme de la SPLA, Marial Nuor, qui a accusé le clergé et les religieux d'utiliser la radio pour communiquer avec le gouvernement de Khartoum", a déclaré Makuei.

Le clergé et les religieuses ont été emprisonnés dans un buisson appelé Ngop, a rappelé Makuei, ajoutant : "Les sœurs et les prêtres devaient être fouettés par les soldats, mais le père Raphaël Riel a proposé de l'être à leur place à tous. ”

Victoria Aledi, une ancienne élève de l'école Loreto de Rumbek, décrit Sœur Batchelor comme "une femme compatissante, pleine de lumière et d'inspirations".

"Elle était un grand professeur et un mentor pour les élèves, les étudiants et un grand instructeur pour les enseignants", explique à ACI Afrique Mme Aledi qui travaille pour une organisation nationale au sein du diocèse catholique de Wau.

Elle raconte que la sœur missionnaire catholique avait "un grand zèle à transformer des vies tant sur le plan spirituel que scolaire" et qu'elle parrainait souvent des enfants de familles pauvres à l'école.

"Elle avait un esprit ardent avec elle, un esprit qui l'a poussée à travailler jour et nuit dans une communauté où le système éducatif n'était pas bon", dit Mme Aledi, et ajoute : "Malgré tous les hauts et les bas, l'hostilité, la grève des enseignants, la faible inscription des enfants parce que les parents hésitaient à les envoyer à l'école, elle a quand même réussi à produire de grands étudiants avec de grandes compétences de leadership et ces étudiants vivent maintenant des vies épanouies."

Mme Aledi raconte que de nombreux élèves qui ont réussi ont imité la belle écriture de Sr Batchelor et son éloquence.

"Ce dont je me souviens de son passage à Mapuordit, c'est qu'elle nous fournissait des biscuits pour que nous restions à l'école.  Que sa belle âme repose en paix et que nous, ses anciens élèves, continuions à vivre son héritage", a déclaré Mme Aledi à ACI Afrique. 

Deborah Akec Kuonynin, ministre de la fonction publique dans les États des lacs du Soudan du Sud, se souvient de Sœur Batchelor qui a servi avec diligence malgré les épreuves qu'elle a subies.

"Je me souviens de Sr Mary Batchelor comme d'une religieuse qui s'est sacrifiée pour venir servir dans un pays déchiré par la guerre. Elle a servi avec diligence et engagement", a déclaré l'Honorable Akec à ACI Afrique. 

Elle raconte qu'en 1997, Sœur Batchelor et Sœur Moira Lynch ont été emmenées par des membres de l'Armée de libération du peuple soudanais (SPLA) dans un endroit appelé Rol, sous l'accusation qu'elles trompaient les étudiants en les incitant à refuser d'être enrôlés dans l'armée.

Tout au long de l'épreuve, les deux religieuses n'ont jamais paniqué et ont décidé de poursuivre leur service à Mapuordit jusqu'à leur retraite respective, a déclaré à ACI Afrique le représentant du gouvernement de l'État des Lacs. 

L'honorable Taban Abel Guek, ancien gouverneur adjoint de l'ancien État des Lacs orientaux au Soudan du Sud, affirme que la Nonne disparue était comme une mère pour lui.

"Je viens d'apprendre le décès de Sr. Mary Batchelor. C'est triste. Sr. Mary était comme une mère pour moi. Elle m'a façonné et a pris soin de moi. Je n'oublierai jamais Sr. Mary Batchelor de toute ma vie", dit-il.

Peter Manyiel Acuek, le directeur de l'école secondaire St. Comboni à Mapuordit a reconnu avec appréciation la contribution de Sr Batchelor à la croissance de l'école, en particulier dans ses constructions.

La défunte religieuse catholique a construit une bibliothèque et une salle à l'école secondaire St Comboni et un bloc administratif à l'école primaire St Comboni, se souvient M. Manyiel, ajoutant que le bloc administratif s'appelle le Centre Sr Mary Batchelor.

Dans une déclaration partagée avec ACI Afrique lundi 7 juin, M. Manyiel affirme que les deux bâtiments ainsi que les personnes ayant réussi au Soudan du Sud qui ont reçu l'enseignement de Sœur Batchelor seront désormais un rappel du dévouement de la religieuse à l'éducation dans le pays.

"Sœur Mary a dit dans son adieu en juillet 2014 qu'elle ne pouvait pas rentrer chez elle en Australie sans laisser un héritage derrière elle. Et que son héritage ne serait pas seulement les structures des écoles de St. Comboni, mais aussi les étudiants à qui elle avait enseigné et le personnel qu'elle avait formé. Elle a également dit que même si elle mourrait en tant que sœur, elle se souviendrait de tous les enfants qu'elle a enseignés comme de ses propres enfants", a déclaré le directeur de l'école. 

Dans son hommage à la religieuse australienne, M. Manyiel pleure la disparition de la religieuse Siters, qu'il décrit comme la meilleure éducatrice, la meilleure formatrice et la meilleure dirigeante, qui donnait l'exemple dans l'espoir de produire des leaders.

Selon le directeur de l'école secondaire Comboni, Sœur Batchelor a rendu des services inestimables et incessants à l'école et aux jeunes du Soudan du Sud.

"Elle était toujours disponible pour servir, prête à conseiller et à souhaiter le bien aux autres. Elle savait initier le nouveau personnel et l'encourager à se perfectionner sur le plan académique. Elle était une servante qui, même sans nomination, ne peut pas décevoir", dit M. Manyiel dans sa déclaration du 7 juin.