Advertisement

Les évêques d'Afrique australe dissipent la crainte suscitée par le vaccin COVID-19, affirmant que c’est "un risque sûr".

Les membres de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC) ont cherché à répondre aux préoccupations concernant le vaccin COVID-19.

Dans une déclaration partagée avec ACI Afrique le 5 juin, le président de la SACBC, l'évêque Sithembele Sipuka, attribue le faible taux d'utilisation du vaccin aux problèmes de sécurité et d'éthique qui, selon lui, ont été soulevés, créant une réticence parmi la population, et exhorte le peuple de Dieu en Afrique du Sud à se faire vacciner.

"Certaines personnes et certains groupes ont exprimé quelques inquiétudes concernant la sécurité et l'éthique des vaccins COVID-19. Ces préoccupations ont conduit un certain nombre de personnes à refuser ou à exprimer une réticence à accepter le vaccin", indiquent les membres de la SACBC dans la déclaration datée du 4 juin.

Tout d'abord, la production de vaccins prend généralement beaucoup de temps, car de nombreuses recherches et de nombreux tests sont nécessaires. 

"La production de COVID-19 a pris moins d'un an, et la question est de savoir si elle est vraiment authentique et efficace. "posent les évêques.

Advertisement

Selon les membres de la SACBC, différents scientifiques sud-africains "de confiance" ont assuré à la population que la recherche sur le COVID-19 a été effectuée plus rapidement avec un grand nombre de personnes afin de garantir que les mesures de sécurité et d'efficacité n'étaient pas compromises.

Ils exhortent la population à se rassurer auprès des scientifiques qui ont déclaré : "Les essais étaient totalement solides sur le plan éthique et scientifique et l'homologation totalement approfondie."

En outre, les scientifiques sud-africains ont reconnu que la rapidité du développement des vaccins était "le reflet du niveau de progrès scientifique auquel nous nous trouvons actuellement, et non le résultat d'une quelconque précipitation".  

Dans la déclaration, les membres de la SACBC font référence à une partie de la communauté chrétienne qui, selon eux, a fortement soutenu que le vaccin ne vient pas de Dieu mais fait partie du "nouvel ordre mondial" gouverné par le diable et comporte 666, la "marque de la bête" mentionnée dans le Livre de l'Apocalypse.

Et maintenant, disent les évêques, beaucoup craignent qu'en prenant le vaccin, ils soient forcés de prendre la "marque de la bête".

More in Afrique

"Cette association du vaccin avec la 'marque de la bête' est basée sur une interprétation erronée et fondamentaliste du livre de l'Apocalypse et ignore le contexte historique et biblique", préviennent les membres de la SACBC dans la déclaration signée par l'évêque du diocèse d'Umtata en Afrique du Sud.

La peur du vaccin COVID-19 a également été construite sur la crainte que le vaccin soit un stratagème des riches nations industrialisées de l'Ouest pour réduire la population mondiale par l'élimination de la race noire.  

"Cette théorie est sans fondement. En fait, les vaccins ne sont pas nouveaux. Les vaccins sont une réalité pour chacun d'entre nous depuis la naissance, y compris les vaccins contre la polio, la rougeole et bien d'autres", affirment les évêques.

Pour dissiper la crainte que le vaccin ne modifie l'ADN des gens, ils affirment : "Le vaccin COVID-19 n'est pas constitué d'éléments d'ADN et ne peut donc pas modifier notre code génétique." 

Le fait que le vaccin COVID-19 soit fabriqué à partir de fœtus avortés a également suscité des préoccupations éthiques, une allégation que les évêques catholiques ne réfutent pas entièrement.  "Il est vrai que certains vaccins, y compris le vaccin COVID-19, comprenaient à l'origine une protéine provenant d'un fœtus, mais rien ne prouve que les vaccins actuels sont directement fabriqués à partir de tissus fœtaux, et il n'est pas vrai non plus que des fœtus ont été intentionnellement prélevés pour fabriquer le vaccin COVID-19. Pourtant, l'utilisation de lignées cellulaires de fœtus à un stade du développement du vaccin COVID-19 reste un problème éthique", affirment les membres de la SACBC.

Advertisement

En ce qui concerne les effets secondaires des vaccins COVID-19, y compris la coagulation, ils reconnaissent que certaines personnes ont effectivement réagi au vaccin, certaines ayant ressenti des douleurs, des gonflements, de la fatigue, des maux de tête, de la fièvre, des douleurs musculaires et articulaires.

Les évêques notent que, tout comme pour les autres médicaments, les effets secondaires finissent par disparaître.

"Quelques cas de coagulation sanguine ont également été signalés et un nombre encore plus faible, moins d'un pour cent, est décédé après avoir pris le vaccin, mais il n'y a pas de preuve concluante que moins d'un pour cent des personnes vaccinées sont décédées à cause du vaccin, c'est donc un risque sûr de prendre le vaccin", disent-ils.

Ils ajoutent que le fait que le pape François ainsi que d'autres dirigeants de l'Église aient été vaccinés devrait suffire à motiver les gens à se faire vacciner.

"Comme le pape François a montré l'exemple en se faisant vacciner, nous devrions être encouragés à nous faire vacciner", disent les évêques, et ajoutent : "Le pape émérite Benoît XVI et un grand nombre de chefs religieux à travers le monde et ici en Afrique du Sud se sont fait vacciner."  

Ils soulignent la nécessité de mettre le vaccin à la disposition de tous : "Unissons nos efforts pour une distribution équitable du vaccin et interpellons les pays riches qui thésaurisent le vaccin COVID-19 afin que ce bien commun soit accessible à tous."

"Nous devons tous continuer à prier pour nos travailleurs de la santé et pour tous ceux qui aident les personnes dans le besoin en ce moment", indiquent les membres de la SACBC dans leur déclaration partagée avec ACI Afrique.