Advertisement

Cameroun : Le père Eboka exprime la joie de célébrer la messe pendant ses jours passé en captivité

Le Père Christopher Eboka qui avait été enlevé par des membres du mouvement séparatiste Ambazonia dans le diocèse de Mamfe au Cameroun. Crédit : P. Christopher Eboka Le Père Christopher Eboka qui avait été enlevé par des membres du mouvement séparatiste Ambazonia dans le diocèse de Mamfe au Cameroun. Crédit : P. Christopher Eboka

Le Père Christopher Eboka, le prêtre catholique camerounais qui a été enlevé le 22 mai et ensuite libéré, a déclaré à ACI Afrique que les occasions qu'il a eues de célébrer la Sainte Messe pendant sa captivité ont été ses sources de joie.

Dans l'interview accordée lundi 7 juin à ACI Afrique, le père Eboka, qui a été libéré le 31 mai, a déclaré : "Nous avons eu l'occasion de prier pendant la captivité. J'ai célébré quatre messes alors que j'étais en captivité. C'est la joie que j'ai eue".

Ceux qui le tenaient en captivité "n'avaient aucun problème" chaque fois qu'il demandait la permission de prier, a rappelé le membre du clergé du diocèse de Mamfe, au Cameroun, et a ajouté : "Il était intéressant qu'un jour, le capitaine m'ait demandé de prêcher et nous avons eu le service de la parole de Dieu et des prières. ”

Le père Eboka a été enlevé avec son cycliste alors qu'il se rendait à l'une des stations de la paroisse de la cathédrale Saint-Joseph du diocèse de Mamfe en vue de présider la messe du dimanche de Pentecôte le 23 mai. 

" Je suis l'administrateur de la cathédrale et je dois aller vers les chapels. J'avais organisé des célébrations de la Pentecôte dans deux des stations extérieures et pour rattraper le temps, je suis parti le vendredi 21 mai avec mon cycliste. En raison de la nature de la route, nous n'avons pas pu arriver à destination et nous avons passé la nuit dans une autre station missionnaire", a raconté le père Eboka lors de l'entretien du 7 juin. 

Advertisement

Lorsqu'ils ont repris leur voyage le lendemain, ils ont rencontré des membres du mouvement séparatiste Ambazonie (Amba Boys) qui les ont arrêtés sur ordre d'un de leurs capitaines. L'administrateur de la cathédrale, qui est également directeur diocésain de la communication et directeur de la station Radio Evangelium, a rappelé les événements du 22 mai.

"Le capitaine m'a dit que son intérêt pour moi était dû au fait que je suis un prêtre catholique. Il a dit qu'il ne se serait pas inquiété si j'étais quelqu'un d'autre, mais l'Eglise catholique est très influente et elle travaille avec le gouvernement pour les combattre", a déclaré le membre du clergé du diocèse situé dans la région du Sud-Ouest du Cameroun, l'une des régions touchées par la crise anglophone. 

En tant que prêtre catholique, le père Eboka s'est souvenu du capitaine des séparatistes qui disait qu'ils le détiendraient "afin que l'argent que le gouvernement partage avec l'Église leur soit donné pour soutenir leur lutte".

" Pour cela, ils me facturaient 10 millions de francs CFA (18 600,00 $ US) ", a déclaré le prêtre, ajoutant : " J'ai été enfermé avec mon cavalier et ils ont poursuivi leur mission tandis que nous sommes restés avec quatre de leurs soldats. ”

La nouvelle de son arrestation a circulé rapidement et le dimanche de Pentecôte, des chrétiens de la station où il se rendait lui ont rendu visite et ils ont célébré la Sainte Messe pendant sa captivité, a déclaré le Père Eboka à ACI Afrique.  

More in Afrique

Pendant les quatre jours suivants, le père Eboka a déclaré que lui et son cavalier avaient été chargés de nettoyer le camp des garçons d'Amba. 

Revenant sur l'ensemble de son expérience en captivité, l'ancien élève de l'université Daystar du Kenya a déclaré que ses ravisseurs n'étaient pas toujours cohérents dans la façon dont ils s'adressaient à lui, "ils ne m'ont pas maltraité à un moment donné".

"Ils nous ont donné de la nourriture ; ils nous ont dit de prendre un bain et on nous a enfermés à nouveau", se souvient-il, ajoutant que ses ravisseurs l'écoutaient chaque fois qu'il intervenait pour d'autres personnes enlevées.  

"Trois chrétiens, deux catéchistes et un autre, sont revenus nous rendre visite et on les a enfermés. Le capitaine a ordonné que le chrétien soit battu parce que les deux autres étaient des catéchistes et lui n'était qu'un fidèle. Je suis intervenu ; le capitaine a menacé de me faire sauter la tête avec un fusil mais à la fin de la journée, ils ont arrêté de le battre", a-t-il raconté, ajoutant que les trois ont été libérés après avoir négocié avec le capitaine. 

Ils ont payé 45 500 francs CFA (84 dollars) pour obtenir leur libération, a révélé le père Eboka.

Advertisement

Selon le clerc, sa libération a été provoquée par "tant de bruit dans le monde au sujet de ma situation".

"Ceux qui m'ont arrêté ont reçu des instructions des Ambazoniens qui sont en Amérique et en Europe pour me libérer. Grâce aux campagnes dans les médias sociaux et autres, ils savaient qu'ils avaient un prêtre en détention ; ils ont appelé tous les dirigeants sur le terrain pour savoir où j'étais détenu", a déclaré le directeur de la communication à Mamfe. 

Pendant sa captivité, se rappelle-t-il, il s'inquiétait davantage pour ses collègues, les chrétiens et sa mère, mais il était "paisiblement convaincu qu'il y aurait un moyen pour nous de sortir." 

"Je devais rester fort pour ceux avec qui j'étais enfermé et les encourager", a déclaré le père Eboka qui est prêtre depuis mai 2012. 

Il a exprimé sa reconnaissance au peuple de Dieu au Cameroun et au-delà pour leurs prières et leur campagne en faveur de sa libération, déclarant que "la voix de la prière n'est jamais silencieuse". 

"Prions et préoccupons-nous les uns des autres, car une fois que nous serons des personnes de prière, beaucoup de choses fonctionneront", a déclaré le père Eboka.